Musique

Live au Studio 1719 (Luniprod) Grégoire album sorti le 28/01/2022

Grégoire.png

Né en 1979, Grégoire BOISSENOT, dont la maman est enseignante et le père ingénieur, aime raconter que c’est à la suite d’un concert des Beatles qu’il a compris que sa vocation serait de devenir chanteur. En ce qui concerne ses influences musicales, pour le moins éclectiques, elles trouvent leur origine chez des artistes tels que Cat STEVENS, David BOWIE, Elton JOHN ou encore Léo FERRÉ.

 

Précisons que le chanteur a véritablement innové dès le début de sa carrière : il a utilisé internet à la fois comme tremplin et comme source de financement. Son premier album a en effet été produit par des internautes par l’intermédiaire du site participatif My Major Company. Les personnes inscrites sur ce site de « crowdfunding » furent séduites à l’époque par Toi + Moi et décidèrent de parrainer la chanson qui deviendra un tube incontournable de l’année 2008.

Dans Live au studio 1719, Grégoire nous propose également des titres qu’il a interprétés en ligne. Constitué, entre autres, de reprises de grands tubes internationaux et de chansons originales de l’artiste, que contient exactement ce nouvel album et quel message le chanteur veut-il nous délivrer ?

Parmi les titres inédits proposés figure La vie est belle, véritable hymne au bonheur. Ce titre cherche à nous faire comprendre que chaque moment de notre existence est une source de satisfaction, et ce malgré le discours ambiant, les crises sanitaires et autres conflits armés qui cherchent à plomber[1] notre moral.

Et qu'ils continuent de se dire/Malgré le pire et le cruel/Que le plus beau est à venir/Et que la vie est belle

En 1970, Leonard COHEN interprétait The Partisan, une chanson inspirée de La complainte du partisan écrite à Londres en 1943 par un célèbre résistant, Emmanuel d'ASTIER DE LA VIGERIE. Grégoire nous propose une reprise émouvante de ce morceau qui évoque les sacrifices consentis pour une cause noble. Le fait que les résistants, qui ont lutté pour notre liberté, soient pour beaucoup tombés dans l’oubli est inacceptable. Pour ces héros, les renoncements ne sont rien en comparaison de l’estime du pays pour lequel ils se sont battus :

J'ai changé cent fois de nom/J'ai perdu femme et enfants/Mais j'ai tant d'amis/J'ai la France entière

 Enfin, pour aborder le délicat sujet de la rupture amoureuse, Grégoire décide de reprendre Confidentiel, un titre de Jean-Jacques GOLDMAN sorti en 1985. La chanson, extraite de Non homologué, est sans doute une des plus poignante de l’artiste. Après la disparition d’un ami ou d’un conjoint, le désespoir ne doit pas nous envahir car il reste toujours au fond de nous une trace de l’être cher :

Ça restera comme une lumière/Qui me tiendra chaud dans mes hivers/Un petit feu de toi qui s'éteint pas.

Grégoire a su garder la simplicité qui le caractérise tout en accordant une grande importance à l’écriture de textes pleins de sensibilité. Cet album, qui met l’accent sur l’interprétation et le « piano-voix », nous propose une majorité de titres émouvants et apaisants dans lesquels se glisse un message d’espoir. L’interprète de Rue des étoiles nous invite notamment à prendre conscience de la nécessité du temps qui passe, l’important étant « que les gens se rendent compte que l’on peut réaliser ses rêves ». Un idéal plus que louable.

 

© Jean-Luc Pichon – Centre International d'Antibes

[1]Plomber (fam.) : détruire, gâcher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager