Cinéma

À l'ombre des filles d'Étienne Comar - Sortie 13 avril 2022

A l'ombre des filles.jpg

Malgré le clin d’œil aux jeunes filles en fleur de Marcel Proust[1], les filles dont il est question dans le dernier film d’Étienne Comar[2], À l'ombre des filles, ne sont pas en fleur mais bel et bien à l'ombre et certaines pour longtemps.

Avril 2022

Le casting du dernier film d'Étienne Comar, À l'ombre des filles , est exceptionnel : toutes les actrices sont formidables et Alex Lutz joue la partition de Luc à la perfection.

Confronté à six volontaires de sa chorale en détention, le célèbre chanteur d'opéra, Luc, se retrouve presque sans défense. J'ai trouvé que c'était un beau projet, se justifie-t-il. Mais qu'allait-il donc faire dans cette galère ?  : Jeannine (Marie Berto) chante faux, Jess (Hafsia Herzi) parle si bas qu'on a du mal à l'entendre, la Polonaise Marzena (Anna Nadjer) parle à peine le français, Carole (Veerle Baetens) est une écorchée vive, Noor (Fatima Berriah) une rebelle et Catherine (Agnès Jaoui) dissimule une violence sous-jacente qui ne demande qu'à s'extérioriser.

Malgré tout, entre bonne conscience et quête personnelle, il va tenter d'offrir à ces détenues un semblant de liberté. On ne saura rien de leurs condamnations à l'exception (discrète) de celle de Catherine qui va la rapprocher de Luc et de ses tourments. Ce drame carcéral et musical ne juge pas ces femmes, il est comme la peinture de leur féminité, de leurs secrets et de leur arrogante fierté dont le chanteur fluet, qui chante comme une femme, va être le révélateur.

Avec une mise en scène dépouillée, Étienne Comar orchestre son film comme une symphonie âpre et rugueuse, sans affectation, a cappella, pour ainsi dire. La prison n'y est pas édulcorée et pourtant le film reste lumineux grâce à ses interprètes et à la blancheur des décors. La scène, en particulier, où les détenues, chacune dans sa cellule, reprennent la chanson India Song interprétée jadis par Jeanne Moreau[3], est riche d'intensité émotionnelle.

Film touchant et sensible, À l'ombre des filles illustre une grande évasion par le chant... en milieu féminin carcéral.

 © Sylviane Colomer – Centre International d'Antibes

 

 

[1]Le célèbre écrivain français, Marcel Proust (1871-1922), a remporté le prix Goncourt en 1919 pour son non moins célèbre roman, À l'ombre des jeunes filles en fleur.

[2]Étienne Comar s'était fait remarquer en 2017 avec  Django, un film biographique sur le célèbre guitariste tzigane Django Reinhart.

[3]Jeanne Moreau (1928-2017) est une célèbre actrice, chanteuse et réalisatrice française. Elle a interprété la chanson India Song écrite par Marguerite Duras et tirée de son film homonyme en 1975.

 

 

Partager