Littérature

Les Aérostats d'Amélie Nothomb Éditeur : Le Livre de Poche/ janvier 2022

amélie Nothomb.jpg

Par l'intermédiaire de ses deux protagonistes, Ange et Pie, Amélie Nothomb[1] célèbre dans ce roman réédité en ce début d'année par Les Livres de Poche, Les Aérostats, la lecture comme une activité qui fait grandir, qui fait débattre,  et peut-être même vivre si l'on en croit l'écrivaine férue de littérature. Elle nous conte aussi avec talent l'adolescence et ses tourments au fil des 150 pages de ce petit livre qui se lit avec délectation...

Né dans une famille riche, d'un père omnipotent et d'une mère « stupide », Pie, 16 ans, est dyslexique et n'aime pas la littérature. Son père avec qui il entretient une relation compliquée, embauche Ange, 19 ans, une étudiante belge en philologie, afin de transformer son fils en lecteur et le préparer à son bac de français. L'intrigue est simple mais émaillée de réflexions qui maintiennent en haleine.

Durant les cours auxquels le père assiste en cachette [-Mademoiselle, c'est à prendre ou à laisser.] p.63 malgré les réticences d'Ange [...le vrai manque de respect, c'est votre espionnage.] p.63, elle va faire découvrir les grands textes de la littérature à Pie, qui a la passion des aérostats ; ces zeppelins fragiles, chers et encombrants...[Mais c'est si beau, ces baleines volantes, silencieuses et gracieuses. Pour une fois que l'homme invente quelque chose de poétique!] p.64 inspirent le jeune adolescent.

L'ouvrage est composé de dialogues, l'occasion de relater des débats sur la signification des textes donnés à lire à celui qui n'en avait pas forcément envie ! Selon les commentaires d'Amélie Nothomb à propos de son roman, les opinions du jeune garçon Pie sont toutes issues de considérations que l'écrivaine a entendues de la bouche d'adolescents de 15 et 16 ans.

À commencer par Le Rouge et le Noir de Stendhal qui n'enthousiasme pas le jeune lecteur : [C'est une histoire d'ambition, donc déjà c'est nul, et en plus, c'est une ambition qui échoue pour des motifs ridicules.] p.35 Avec la prochaine lecture, L'Iliade d'Homère qui ne figure pas à son programme de français, l'adhésion sera parfaite : [...j'aime Hector. Je m'identifie à lui. En lisant Le Rouge et le Noir, j'étais incapable de m'identifier à Julien- à plus forte raison aux bonnes femmes. Alors qu'avec Hector, ça s'est fait de soi-même.] p.47 Suivra L'Odyssée pour laquelle Pie sera plus sévère : [J'ai aimé L'Odyssée, moins que L'Iliade cependant. Ce n'est jamais que l'histoire d'un seul homme.] p.51 car il n'aime pas Ulysse : [Il ment comme il respire !] p.52 Mais ses lectures auront porté leurs fruits puisque lors d'un devoir sur Le Rouge et le Noir, il obtiendra la meilleure note : [Je me suis rappelé la théorie[2] que vous aviez dite, selon laquelle tout roman est soit une iliade, soit une odyssée. J'ai expliqué que le bouquin de Stendhal était une Odyssée : Julien, c'était Ulysse, madame de Rénal, c'était Pénélope, Mathilde , c'était Circé, etc.] p.72

 La métamorphose de Kafka va déclencher les confidences sombres du jeune adolescent:[ ... à partir du vingtième siècle, l'héritage que nous laisse la génération précédente, c'est la mort. Même pas la mort instantanée : il s'agit de traîner une longue angoisse de cancrelat blessé avant d'être écrasé.] p.83 Puis ce sera Le diable au corps de Radiguet que le jeune homme lira de sa propre initiative ; il aimera beaucoup [cette façon d'écrire l'amour sans mièvrerie.] p. 95. La leçon sur Les Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau pour laquelle [une promenade s'imposait.] p.143 amènera l'élève et son professeur à des confidences plus intimistes. Ange va ainsi se retrouver entre deux êtres que tout oppose, son élève de 16 ans et son professeur de mythologies comparées de 50 ans...L'histoire ne se résume pas aux seules leçons sur les textes littéraires !

Avec Les Aérostats, Amélie Nothomb nous conte d'une plume légère où se mêlent les trois registres de langue, familier, standard et soutenu, une histoire simple, mais riche de considérations, dont nous vous laissons le soin de découvrir la chute.

 

© Sylviane Colomer – Centre International d'Antibes

 Notes

[1]Amélie Nothomb a reçu le Prix Renaudot 2021 pour son dernier roman Premier sang.

[2]Chaque roman est soit un texte de chaos qui ne se conclut pas du tout, comme l'Iliade, soit un voyage heureux, comme L'Odyssée, qui finit plutôt agréablement.

 

 

 

 

 

Partager