Musique

"Icare" d'Emily Loiseau chez PIAS - album sorti en septembre 2021

Emily LOIZEAU Icare.png

Artiste pour le moins discrète, Emily Loizeau, qui ne fait pas l’objet de cette omniprésence médiatique dont bénéficient d’autres artistes de sa génération, nous propose avec Icare son cinquième album. Écrites et composées en plein confinement avec la collaboration de John Parish et enregistrées au Pays de Galles, ces chansons évoquent des thèmes intemporels. Installée en France depuis de nombreuses années, elle fait partie des artistes qui possèdent une double culture franco-britannique au même titre que Kristin Scott Thomas, Petula Clark, Jude Todd ou encore Jane Birkin.

 

Née le 7 février 1975, d'une mère anglaise et d'un père français, la jeune femme a étudié le piano et a été baignée très tôt par des artistes appartenant à des horizons musicaux variés (E.Piaf, Bob Dylan, J.Brel, L.Ferré,…) Depuis 2006, elle possède un public fidèle qui fut d’abord séduit par L’Autre bout du monde, un album autobiographique qui suscita de nombreux éloges de la critique. Artiste aux multiples facettes, Emily Loizeau met aussi son talent au service du septième art en travaillant sur des bandes originales de films tels que  Gainsbourg, vie héroïque  de Joann Sfar ou King Guillaume de Pierre-François Martin-Laval

Comment expliquer le titre de cet album ? La chanteuse précise qu’elle se réfère en premier lieu à La Chute d’Icare de Pierre Brueghel l'Ancien. De plus, le mot Icare fait penser à la formule anglo-saxonne « I care » et renvoie aux thèmes présents dans ce nouvel opus. La crise sanitaire ne nous oblige-t-elle pas à prendre soin de nous-mêmes et de nos proches ? Le changement climatique n’est-il pas une exhortation à nous occuper d’une planète qui souffre ?

Un des plus beaux titres de Icare est sans doute Renversé car ce morceau est emblématique du style de la chanteuse. Le clip officiel en surprendra plus d’un : on y voit des hommes et des femmes affublés de têtes d’animaux qui évoluent tour à tour dans la forêt ou en milieu urbain. Le message est clair : notre salut dépendra de notre capacité à mettre sens dessus dessous notre monde actuel, bref à renverser les valeurs qui ont fait le succès de la société de consommation.

Le compte à rebours a commencé/Le monde est comme un sablier/Sur le point de se retourner/Est-ce qu'on retombera sur nos pieds ?

Le capitalisme n’a pas seulement des conséquences environnementales. La mauvaise répartition des richesses au niveau mondial favorise aussi le départ de nombreux habitants de pays pauvres vers l’Europe. Dans Eldorado, Emily Loizeau évoque ainsi la nouvelle vie que les migrants veulent entamer lorsqu’ils quittent leur pays natal

Tends le bras vers le large/Au bout de ton doigt/L’Eldorado est là/Tout changera

Enfin, le morceau intitulé Le poids de l’existence renvoie à la nostalgie des décennies précédant la crise sanitaire et les menaces climatiques. Le texte, rédigé à la suite des attentats de novembre 2015 à Paris, est animé par le souvenir des années bénies durant lesquelles idéaux sociaux et stabilité économique avaient un sens

L’insouciance était telle/Que nous pensions ensemble soulever de nos mains/Le Monde qui semblait éternel

« Une chanson, c’est sérieux, même si ça doit apporter de la joie et de la légèreté ». Cette réflexion de la chanteuse résume parfaitement le contenu d’Icare, album plein de maturité qui laisse entrevoir la possibilité d’un monde meilleur dont les jeunes seraient les artisans. Maniant aussi bien la langue de Shakespeare que celle de Molière, Emily Loizeau reprend donc le mythe d’Icare pour symboliser l’arrogance et l’impétuosité de l’homme moderne. À découvrir d’urgence !

 

© Jean-Luc Pichon – Centre International d'Antibes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager