Musique

Indocile Heureux de Bénabar sorti chez RCA en janvier 2021

Bénabar Indocile heureux.jpg

Quand on contemple son physique d’éternel adolescent, il est difficile de réaliser que Bénabar sort son neuvième album et qu’il fait partie de la scène musicale française depuis plus de 25 ans.

Bien qu’ayant commencé sa carrière en 1997, Bruno Nicolini a vraiment connu le succès auprès du grand public avec Les risques du métier sorti en 2003. Les autres albums qui ont suivi ont confirmé le talent de cet artiste dont la mère était libraire et le père régisseur de cinéma. Nous nous souvenons notamment de Reprise des négociations sorti deux ans plus tard. Peu à peu, certaines chansons telles que Maritie et Gilbert Carpentier ou encore L’effet Papillon sont devenues incontournables. Si ce Bénabar nous touche, c’est avant tout parce qu’il évoque le quotidien de tout un chacun. En fin observateur, il excelle dans l’évocation de nos moments de joie et de tristesse, n’a pas sa pareille pour pointer nos travers mais sait aussi mettre en valeur ce qu’il y a de noble en nous.

Le titre de ce neuvième album cache une certaine autodérision : on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre « indocile heureux » et « imbécile heureux ».Sommes-nous heureux tant que nous sommes dans l’illusion ? Quoi qu’il en soit, Bénabar entend pointer du doigt les faux rebelles qui passent leur temps à contester la moindre décision, à inonder les réseaux sociaux de leur discours contestataire ou à prétendre changer le monde en restant devant un écran. Le bon comportement, selon le chanteur, est de faire preuve d’une certaine indocilité. Être  « indocile », c’est être constructif et vouloir garder une part de libre arbitre.

Y'a les rebelles d'Internet, révolutionnaires de Twitter/Et qui vont sauver la planète en postant partout des petits cœurs

Parmi les autres morceaux emblématiques d’Indocile heureux, William et Jack possède un  titre quelque peu énigmatique. Nous comprenons d’abord que Bénabar fait allusion de manière métaphorique à Lucky Luke et aux frères Dalton. Avec pudeur et humour, le chanteur évoque, en fait, la condition de la classe moyenne et, de manière générale, rend hommage à  tous les gens qui se sentent oubliés. Ce sont eux qui travaillent le plus et qui subissent les premiers les crises économiques et le déclassement.[1]

William et Jack/Sont des hommes et des femmes/Qui prennent souvent des claques[2]

Dans la célèbre bande dessinée, les lecteurs identifient facilement Joe et Averell car il sont souvent mis en avant. Les frères « du milieu », eux, sont curieusement relégués à l’arrière-plan

Coincés dans la masse/De la queue quotidienne/Classe moyenne, classe quand même

Enfin, Au nom du temps perdu se démarque par un côté profond et mélancolique qui semble correspondre aux préoccupations d’un cinquantenaire. Le chanteur choisit de traiter du problème du pardon et de la fuite du temps pour évoquer la complexité des relations amicales. Pour se prémunir contre les regrets et les relations conflictuelles, autant enterrer la hache de guerre et faire la paix avec ceux que nous n’aimons pas. Par le biais de la description des funérailles d’un rival, Bénabar nous rappelle ainsi la nécessité de se réconcilier avant qu’il ne soit trop tard et que la mort ne nous rattrape.

Ils assistent à tes funérailles,/Je viens pour nos retrouvailles/Après des années de rancunes,/Je viens pour une paix posthume

Indocile heureux s’inscrit donc dans la lignée des précédents opus dans la mesure où les grands thèmes chers au chanteur sont présents : le temps, l’amour, l’amitié, la famille, l’enfance… Quant aux textes et aux musiques, ils ont été particulièrement  travaillés comme si Bénabar voulait renouer avec la grande tradition de la variété française des années quatre-vingt. En dosant de façon savante la réflexion et le divertissement, l’auteur nous propose donc une réflexion sur la nature humaine à la fois sarcastique et bienveillante. 

 

© Jean-Luc Pichon – Centre International d'Antibes

[1] Déclassement (nom masc.) : fait d’être réduit à une catégorie sociale inférieure, dévalorisation

[2] Prendre une claque : subir un échec, être humilié

 

 

 

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur musique

Année de commémoration de l’inoubliable interprète Barbara, légende de notre chanson française, puisqu’elle mourut en novembre 1997. 20 ans déjà. Un…

Priscilla Betti est une artiste qui n’a pas attendu longtemps pour nous faire profiter de ses talents d’interprète. Ayant débuté sa carrière à douze…

Quand on évoque les chanteurs belges actuels, beaucoup de Français pensent immédiatement à Stromae, à Arno, à la regrettée Maurane [1] ou encore à…