Cinéma

Jean de Florette (d'après Marcel Pagnol) de Claude Berry

Jean de Florette.jpg

Le confinement qui s'impose en ces temps de pandémie due au coronavirus nous permet de voir ou de revoir sur le petit écran des œuvres cinématographiques qu'on ne se lasse pas de regarder. Pour ce numéro d'avril 2020, c'est le film de Claude Berry, Jean de Florette, qui aura retenu notre attention... Les senteurs de la garrigue provençale y sont pour beaucoup!

Avril 2020

Premier long métrage du diptyque tiré du récit L'eau des collines de Marcel Pagnol[1], Jean de Florette, suivi de Manon des sources, a été magnifiquement adapté et réalisé par Claude Berry en 1986 . Les deux volets de cette saga provençale connurent un immense succès à un an d'intervalle. Michel Auteuil dans le rôle du niais Ugolin sous l'emprise de son oncle machiavélique, le Papet (incarné magistralement par Yves Montant) avait reçu pour sa prestation saisissante le César du meilleur acteur en 1987.

Nous sommes donc en Provence, en pleine garrigue[2]. Jean de Florette (Gérard Depardieu) , sa femme (dans la vie aussi à cette époque, Elisabeth Depardieu) et leur fillette Manon, viennent s'installer dans une bastide qu'ils ont reçue en héritage. L'héritier est un citadin original, un amoureux de la nature, frustré dans son travail de percepteur des impôts. Il a envie de réaliser son rêve et commence un élevage ambitieux de lapins! Mais la sècheresse ambiante et une source bouchée aura raison de son rêve qui va se transformer en véritable cauchemar!

Il faut dire que le Papet et son neveu avaient un autre projet sur ce terrain – y planter des oeillets- et que la source en question, ils la connaissent...

L'intrigue n'est pas complexe, un simple lopin de terre qui intéresse, une tragique querelle, voilà qui est tout à fait classique; mais les personnages sont hauts en couleur et manifestent une profonde humanité, avec ce qu'elle a de bon mais aussi de mauvais. Qui plus est, le verbe de Pagnol donne une touche à nulle autre pareille, baignée du soleil méditerranéen; Clause Berry a su élever son adaptation à la hauteur de l'écrivain.

Il signe là un film empreint d'académisme certes mais remarquable. Alors, laissez-vous bercer par les cigales et enivrer par le thym, le romarin et la lavande de ce Sud que Pagnol nous offre encore en 2020!

Et si vous voulez connaître la suite de cette histoire, Emmanuelle Béart vous séduira, comme elle  séduit Ugolin dans Manon des sources...

 

© Sylviane Colomer – Centre International d'Antibes

 

[1]    Marcel Pagnol (1895-1974) est un écrivain, auteur dramatique et cinéaste français dont plusieurs  romans ont été portés à l'écran dèjà dans les années 30 avec  la célèbre trilogie,marseillaise Marius (1931), Fanny (1932) et César (1936).

[2]    La garrigue : Terrain méditerranéen rocailleux, couvert d'une végétation broussailleuse et odorante (les herbes de Provence).

Partager

D'autres coups de coeur cinéma

À la fin du XIXème siècle, l'affaire Dreyfus déchira la France et se répercuta dans le monde entier, pendant les douze années que dura le procès…

Prix du jury au Festival de Cannes 2019, en course pour les Oscars, Les Misérables s'annonce comme l'un des meilleurs films de l'année.

En 1993, Max a 13 ans quand on lui offre sa première caméra. Pendant 25 ans, il va filmer la bande de ses potes, ses amours , les succès, les échecs.