Cinéma

Encore Heureux, sortie : 27/01/2016, Benoît Graffin

affiche encore heureux

Deux histoires en une, c’est le cadeau que nous offre Benoit Graffin dans ce film d’amour, étonnant et drôle, bien que parfois immoral.

Mai 2016

A travers l’histoire de cette famille et du merveilleux tandem formé par le couple Sandrine Kiberlain- Edouard Baer accompagné par leurs enfants qui les soutiendront de leur amour tout au long de leurs mésaventures, Benoit Graffin nous fait un beau cadeau en ce début d’année.

 

Ce n’est pas la première fois que ces deux acteurs jouent ensemble. On les avait déjà vus à l’œuvre en 1999 dans Rien sur Robert de Pascal Bonitzer et Claude Miller les avait réunis en 2001 dans son long-métrage Betty Fisher et autres histoires.

 

Dans ce film, c’est un couple fatigué que l’on retrouve avec Edouard Baer dans le rôle de Sam, un cadre supérieur au chômage depuis déjà deux ans et qui n’est pas prêt à retrouver un travail. Sa femme Marie – jouée par Sandrine Kiberlain – est fatiguée par son comportement, lui qui commence à fouiller les poubelles pensant sérieusement qu’il pourrait en faire une source d’argent… Cette lassitude commence à la pousser dans les bras d’un autre homme incarné par Benjamin Biolay.

 

Ce couple que l’on perçoit à la dérive et au bord de l’explosion, tout comme de l’expulsion de son domicile, pourrait bien compter sur le destin grâce à leur fille, elle qui joue du piano chez leur voisine fortunée, Madeleine.

 

Vive, drôle, décalée, loufoque, cette comédie est une véritable surprise avec des personnages dont les répliques font souvent mouche, et parviennent à faire rire le spectateur à travers des dialogues dont le contenu traduit bien souvent le désespoir et  les difficultés d’une société où le spectre du chômage est omniprésent.

 

Il ne faudrait surtout pas oublier l’aide ineffable de la grand-mère – Bulle Ogier – dont les mots raisonnent dans ce film à travers de nombreuses réparties qu'il faudrait souvent prendre en notes :

 

« L’honnêteté, c’est un concept inventé par les riches pour que les pauvres ferment leur gueule. ».

 

 

© Eric Bischoff -  Centre International d'Antibes

Partager

D'autres coups de coeur cinéma

En 1993, Max a 13 ans quand on lui offre sa première caméra. Pendant 25 ans, il va filmer la bande de ses potes, ses amours , les succès, les échecs.

À la fin du XIXème siècle, l'affaire Dreyfus déchira la France et se répercuta dans le monde entier, pendant les douze années que dura le procès…

Le confinement qui s'impose en ces temps de pandémie due au coronavirus nous permet de voir ou de revoir sur le petit écran des œuvres…

Prix du jury au Festival de Cannes 2019, en course pour les Oscars, Les Misérables s'annonce comme l'un des meilleurs films de l'année.