Musique

Les Oubliés de Gauvain Sers - Universal

Son prénom, qui n’est autre que celui du neveu du roi Arthur, signifie "faucon de la plaine" en vieux gallois. Il fait aujourd’hui partie des jeunes talents de la chanson française et s’est fait connaître dès 2017 avec des morceaux tels que "Pourvu" ou "Hénin-Beaumont". Nous faisons référence bien sûr à Gauvain Sers, un artiste prometteur qui a su conquérir le public, comme en témoigne le disque de platine[1] que le chanteur a amplement mérité pour son premier album. C’est de son deuxième opus, sobrement intitulé Les oubliés et sorti récemment, dont nous allons parler maintenant. Son style musical et vestimentaire ainsi que son côté un peu gouailleur font inévitablement penser à Renaud. Ce qui est sûr, c’est que ce Gavroche des temps modernes ne manque pas une occasion d’évoquer dans ces textes les problèmes de notre époque.

Les Oubliés de Gauvain Sers - Universal

Parmi les sujets traités, Gauvain Sers est particulièrement sensible à la thématique de l’éducation. Avec un père professeur de mathématiques, il pouvait difficilement être indifférent aux préoccupations du monde enseignant. Écoles rurales fermées, classes en sureffectif, développement d’une éducation à "deux vitesses" qui ne répond plus aux exigences d’égalitarisme prônées par l’idéal républicain : toutes ses difficultés méritent pour lui le plus grand intérêt et font l’objet du titre phare de l’album, "Les oubliés" [2].

Le chanteur a choisi de tourner le clip de Les Oubliés à Ponthoile, une petite ville située dans le département de la Somme [3]. Pour dénoncer les fermetures d’écoles et dans un souci de vérité, il a choisi de ne pas faire appel à des comédiens professionnels mais aux écoliers concernés ainsi qu’à leur instituteur, Jean-Luc Massalon. Rappelons que notre artiste a passé son enfance dans la Creuse, un autre département touché de plein fouet par les problèmes démographiques et les regroupements scolaires. Pour Gauvain Sers, la situation est d’autant plus dure qu’elle s’appuie sur des décisions prises par de hauts fonctionnaires dont la vision semble strictement dictée par des motifs budgétaires. Les services publics sont pourtant garantis pour tous les citoyens et la présence d’une école est souvent un facteur déterminant pour la vie d’un village.

Quand dans les plus hautes sphères, couloirs du ministère/Les élèves sont des chiffres/Y'a des gens sur l'terrain, de la craie plein les mains/Qu'on prend pour des sous-fifres [4]

Dans Excuse-moi mon amour, nous changeons de registre pour aborder un autre problème actuel, celui du harcèlement de rue. Nous savons que beaucoup de femmes doivent faire face à des sifflements, à des propos sexistes, ce qui rend impérieuse la nécessité de ne pas banaliser ces comportements.  Le chanteur se met alors dans la peau d’une femme qui hésite à porter une jupe en raison des remarques déplacées ou des regards insistants dont certains hommes sont coutumiers.

J'pense à toi mon amour/Quand tu rentres en métro/Avec tous ces vautours/Aux instincts d'animaux

Or, cette attitude écervelée et machiste est vécue comme une agression et s’oppose à la liberté des femmes en général :

La liberté d'une femme/Qu'elle soit brune, qu'elle soit blonde/La liberté d'une femme/Ça vaut tout l'or du monde

Enfin, conformément à sa philosophie d’artiste ouvertement engagé, Gauvain Sers évoque la question des migrants dans la chanson Au pays des lumières. Pour lui, les responsables politiques ne cessent de répéter que les pays européens ne peuvent accueillir toute la misère du monde mais refusent d’ouvrir les yeux :

Au pays des lumières /Faut changer l'éclairage/Pour que nos ministères/Voient le carnage

Pourtant, il ne suffit pas de couvrir d’opprobre les pouvoirs publics pour avoir bonne conscience. Chacun de nous a une part de responsabilité et seule une indignation massive de la population pourrait mettre un terme à ce phénomène révoltant :

Faudrait s'mettre à leur place/Pour pouvoir le matin /Se regarder dans la glace

Gauvain Sers, au travers des quatorze titres qui forment ce nouvel album, nous propose donc une sorte de radioscopie de la société française. Les Oubliés se présente comme un plaidoyer pour les petites gens méprisés par les élites. Le chanteur cherche à mobiliser les esprits en faveur de tous les patelins [5] tombés dans l’oubli à cause de la désertification mais aussi prend la défense des femmes et des minorités peu écoutées. Des mélodies simples et des textes travaillés contribuent en outre à rendre attachant ce nouvel opus que nous vous conseillons d’écouter sans plus attendre. 

 

 

© Jean-Luc Pichon - Centre International d’Antibes

 

Notes

[1] Disque de platine : en France, cette certification équivaut à 100 000 exemplaires écoulés (ventes physiques et téléchargements)

[2] Voir la Fiche Pédagogique que nous consacrons à l'exploitation de cette chanson en classe. la chanson "Pourvu" avait également fait l'objet d'une Fiche pédagogique

[3] La Somme est un département des Hauts-de-France dont la ville principale est Amiens

[4] Sous-fifre (n. masc.) : terme péjoratif désignant une personne qui effectue des tâches secondaires au profit d’autres individus.

[5] Un patelin (fam.) : un petit village

Partager

D'autres coups de coeur musique

Est-il nécessaire de présenter la chanteuse française actuelle la plus populaire à l‘étranger ? Zaz nous dévoile aujourd’hui un quatrième album qui…

Année de commémoration de l’inoubliable interprète Barbara, légende de notre chanson française, puisqu’elle mourut en novembre 1997. 20 ans déjà. Un…

Quand on évoque les chanteurs belges actuels, beaucoup de Français pensent immédiatement à Stromae, à Arno, à la regrettée Maurane [1] ou encore à…