Cinéma

Les Frères Sisters de Jacques Audiard

Jacques Audiard n'est pas un inconnu ni un nouveau venu dans le cinéma français. Fils du célèbre Audiard, dialoguiste des Tontons flingueurs, connu pour son sens du dialogue et sa gouaille. A coup de films originaux et forts (De battre mon coeur s'est arrêté, Un héros très discret, et plus récemment, Un prophète et De rouille et d'os), il dessine une filmographie forte, à la fois très personnelle et très française, ne laissant personne indifférent.

Les Frères Sisters de Jacques Audiard - Date de sortie : le 19 septembre 2018
Novembre 2018

Qui aurait imaginé un Français dirigeant une star  telle que Joaquin Phénix ou un célèbre second couteau  [1] du cinéma américain, dans un grand rôle enfin à se mesure ? Et qui aurait seulement imaginé voir les deux acteurs en tandem ? Cette alchimie hautement improbable fonctionne pourtant à merveille.

Nous suivons le périple de deux frères, deux chasseurs de prime, des tueurs sans pitié, traquer un homme. Seul le frère incarné par John C. Reily montre quelque humanité, même si sa capacité à faire couler le sang égale celle de son frère. En parallèle, nous faisons connaissance avec un détective devant livrer l'homme aux deux frères. Cependant, séduit par l'idéalisme de sa proie et, surtout, tenté par la technique novatrice permettant de découvrir de l'or que ce dernier dit avoir inventée, le détective change de tactique. Ce dernier prend la fuite en compagnie du chimiste et tous se font chercheurs d'or... Échapperont-ils à l'acharnement des deux frères, bien décidés à retrouver leur homme  afin de respecter leur contrat ?

À des lieues de l'hystérie du tempo de certains films contemporains, le long métrage de Jacques Audiard  prend son temps et maintient suffisamment de tension pour nous donner envie de suivre les aventures de cette étrange compagnie de personnages. Par ailleurs, le réalisateur apporte une touche "auteurisante" [2] , une distance assez inhabituelle dans ce genre cinématographique (à l'exception peut-être du très réussi True Grit des Frères Coen), tout en prenant son propos au sérieux. L'humour, bien que discret, n'est pas absent, et on trouve même une légère teinture fantastique, comme par exemple lorsqu'on voit l'or du lit d'une rivière  briller sous l'eau d'une façon peu naturelle mais très picturale. Tout se conjugue donc pour nous offrir un western à la fois classique dans les éléments qui le compose et original dans la manière de les agencer  [3].

Ce n'est pas tout : Les frères Sisters est également un film sur l'amitié. Sur l'amitié fraternelle qui unit les deux frères donnant son titre au film, mais aussi celle, inattendue, entre le détective opportuniste et le chimiste prodige; enfin celle, plus étrange encore, qui prend naissance entre tous ces personnages à mesure qu'on s'achemine [4] vers la fin de l'histoire.

  Un itinéraire qui sort de l'ordinaire et un ton un brin insolite pour un film qui donne bon  espoir quant aux capacités de renouvellement du cinéma français. Ce dernier démontre en effet qu'il sait, lui aussi, s'approprier des codes culturels et y apporter sa sensibilité propre. C'est encore mieux que de l'ouverture au sens où on l'entend communément : c'est de l'art.

 

© Olivier Dalmasso  - Centre International d'Antibes

 

 

[1] Second rôle
[2] Comme dans un film d'auteur
[3] Organiser, mettre en place
[4] Se diriger

 

 

 

 

Partager

D'autres coups de coeur cinéma

Après Le Petit Nicolas adapté à l'écran dans plusieurs longs métrages et séries, c'est au tour de Raoul Taburin, une autre œuvre de Jean

Les bons films récents portant sur des affaires criminelles ne sont pas légion. Une intime conviction semble pourtant déroger à cette règle. Ce film…

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…