Cinéma

Papa ou Maman

Sorti le 4 février 2015,  le premier film de Martin Bourboulon, Papa ou Maman, a été la surprise de ce début d’année. En une semaine, cette comédie s’est hissée en tête du Box-Office français avec un total proche des 800 000 entrées payantes en France. Récompensé du prix du public au Festival du Film Comique de l’Alpe d’Huez 2015, Papa ou Maman totalise, après 5 semaines d’exploitation , plus de 2 millions d’entrées et fait déjà l’objet de projets d’adaptations à l’étranger avec, cerise sur le gâteau, la création d’un second volet envisagée par les producteurs.

papa_600_01De proche comme de loin, la famille Leroy a tout pour être heureuse : Vincent est un brillant et beau gynécologue et Florence est une excellente ingénieur en électricité. De leur union sont nés 3 jeunes et beaux enfants, Mathias, Emma et Julien. Résidant dans une superbe maison de la côte normande, la famille a donc tout pour elle, du moins en apparence. En effet, Florence et Vincent ont l’intention de divorcer. Comble de l’ironie, ils sont d’accord sur l’ensemble des conditions de leur séparation à un détail près, la garde des enfants que les deux vont catégoriquement refuser….

jnqm9_1600_01

Dans ce premier film, le réalisateur Martin Bourboulon aborde la thématique du mariage et du divorce avec humour et sympathie. En inversant la problématique de la garde parentale, il arrive à faire ressortir le tiraillement que beaucoup de parents français ont entre la réussite de leur vie professionnelle et celle de leur vie de famille. Ce problème actuel est ainsi mis en relief avec beaucoup de cynisme mais aussi énormément de tendresse et dès les premiers temps de ce long métrage, le spectateur va rapidement comprendre que Vincent et Florence sont tiraillés entre l’amour familial et l’opportunité professionnelle aussi rare qu’exceptionnelle.

C’est ainsi que Vincent (Laurent Lafitte) et Florence (Marina Foïs) vont tout faire pour dégoûter leurs enfants et les pousser à rejoindre l’autre parent. Dans cette optique, le réalisateur et les scénaristes ont donc fait en sorte que les situations loufoques, burlesques et hilarantes s’enchaînent tout au long du film. Le spectateur peut alors aisément se dire que les enfants ne sont, encore et toujours, que les simples victimes des choix parentaux.  Parents qui vont d’ailleurs faire preuve d’une imagination sans limite pour traumatiser leurs progénitures. Les mauvaises blagues, les scènes d’humiliation et les scènes de disputes familiales vont, dès lors, s’enchaîner tout au long du film. De voir ainsi ces quadragénaires se défouler sur leurs enfants est extraordinaire. Cela devient vite addictif et l’on en redemanderait presque encore.  Fous rires garantis !

En plus de l’ingéniosité et de la solidité du scénario, le casting de ce film est absolument parfait. L’excellent Laurent Lafitte, membre de la Comédie Française, et la sublime Marina Foïs, ancienne de la troupe burlesque des Robins des Bois, jouent à merveille le rôle de ces parents tyranniques, machiavéliques mais tellement humains. Nous porterons également une mention particulière aux 3 enfants interprétés par Alexandre Desroussaux (Mathias Leroy), Anna Lemarchand (Emma Leroy) et Achille Potier (Julien Leroy) qui assument avec brio le rôle des victimes éplorées. Le talentueux Michel Vuillermoz apporte, lui aussi, sa pierre à l’édifice en interprétant le chef intransigeant et misogyne de Florence Leroy.

434314_1600_01

Rythme, scénario, acteurs, ce film n’a aucune faiblesse. Il est même nécessaire de souligner la qualité de la photographie puisque la région Normandie y est particulièrement bien filmée à travers ses plages, ses campagnes et ses rivages.

Il est donc impératif de se laisser tenter par ce couple de parents indignes car, après avoir écrit le scénario du film Le Prénom, le duo Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte a réussi encore une fois dans l’écriture de cette comédie.


© Loïc Gastou – Centre international d’Antibes

Partager

Nos autres coups de coeur cinéma

Le centenaire de l'armistice de 1918 nous avait déjà valu l'évocation des morts sur le front avec Au-revoir là-haut d'Albert Dupontel et…

Ce nouveau long-métrage d'Édouard Deluc, Gauguin - Voyage de Tahiti, est inspiré librement de Noa Noa, le carnet de voyage illustré du peintre.

Nadir Moknèche est de retour. Après plusieurs films engagés , le cinéaste franco-algérien offre le premier rôle de son nouveau long-métrage, Lola…

Trois ans après Marguerite - long métrage historique s'inspirant de la cantatrice américaine Florence Foster qui avait la particularité de…

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

L’acteur et réalisateur Yvan Attal, nous offre ici, à la fois une immersion jouissive au pays de la belle langue française et une rencontre…

En attendant l’ouverture du Festival International de Cannes et sa sélection officielle des films en compétition, c’est un film nominé 8 fois à la…

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…

Ce 29ème long-métrage de Jacques Doillon n'est pas un simple biopic. Il se rattache avant tout au drame sentimental : c'est la jalousie et…