Le Français et Vous

Le magazine pédagogique du Centre International d'Antibes

https://www.cia-france.com/francais-et-vous/

Cinéma: Fanny

affiche-fanny-2013-1_1500_01Beaucoup d’émotion, de l’humour, des dialogues savoureux, des répliques génialissimes, en somme, tout le talent de Pagnol intelligemment rendu dans cette nouvelle adaptation d’Auteuil.

Les décors sont très beaux, les costumes aussi et nous nous infiltrons avec plaisir dans une tout autre époque et une ambiance bon enfant. Cela sent bon la Provence et le port de Marseille.

Alexandre Desplat signe une très belle musique qui dégage une certaine raimu_1000émotion, voire une certaine tristesse, et dévoile toute la destinée du jeune Marius interprété avec bonheur par Raphaël Personnaz.

Évidemment, Raimu dans le rôle du père de Marius demeure un acteur inimitable, mais point n’est besoin d’imiter lorsqu’on a le talent de Daniel Auteuil qui donne une nouvelle approche du personnage de César.

Quant à Victoire Belezu, elle nous paraît bien plus convaincante qu’Orane Demazis dans le rôle de Fanny.

On peut dire, en résumé, que l’ensemble des comédiens servent honorablement cet épisode de la trilogie de Pagnol et font oublier les acteurs des films originaux.

Mais qui est Fanny ? Amoureuse et abandonnée, elle attend un enfant de Marius et, à d’autres temps d’autres mœurs,  épouse Panisse de 30 ans son aîné (interprété par Jean-Pierre Daroussin) pour échapper à son destin de « fille-mère ».

fanny2_640_01

Ce riche commerçant leur apporte une honorabilité sociale retrouvée et un avenir confortable.

auteuil_640_03

Marius revient et cherche à reconquérir Fanny toujours amoureuse de lui et à reprendre son enfant…

Faire un remake de la trilogie marseillaise n’était pas chose aisée, d’autant que les versions réalisées en 1930 par Marcel Pagnol lui-même mettant en scène le grand Raimu, sont des chefs-d’œuvre. Néanmoins, Daniel Auteuil a réussi à remettre au goût du jour cette trilogie, fidèlement et respectueux de l’œuvre originale.

 

Un joli film à voir absolument pour se divertir et s’évader, après Marius et avant César.

 

 

© Sylviane COLOMER - Centre International d'Antibes