Cinéma

Tournée

L’histoire de Tournée est aussi simple qu’extravagante: Joachim (Mathieu Amalric),  un producteur de télévision parisien, a tout quitté pour recommencer une nouvelle vie aux Etats-Unis. Il revient en France parce qu’il entend lancer une Tournée de strip-teaseuses à travers tout le pays.

<p style="text-align: justify;"><strong>Mathieu Amalric</strong> est né le 25 octobre 1965 à Neuilly sur Seine, il est acteur et réalisateur. Son père est un journaliste qui travaille pour <span style="text-decoration: underline;">le Monde</span> et <span style="text-decoration: underline;">Libération,</span> sa mère, Nicole Zand, est critique littéraire au <span style="text-decoration: underline;">Monde.<br /></span>Baigné dans un univers culturel, le jeune homme s’engage très tôt vers sa vocation d’acteur. Dans les années 90, il s’est imposé  en interprétant des intellectuels dépressifs et originaux.<br />Il a reçu le César du meilleur espoir masculin en 1997 pour <strong><em>Comment je me suis disputé</em></strong> d’Arnaud Desplechin, puis deux Césars pour le meilleur acteur en 2005 avec <strong><em>Rois et Reines</em></strong> d’Arnaud Desplechin et avec <strong><em>le Scaphandre et le Papillon</em></strong> en 2008 de Julian Schnabel. Cette même année, <strong>Mathieu Amalric</strong> incarnait le méchant Dominic Green dans <strong><em>Quantum of solace</em></strong>, où il donnait le change au James Bond, Daniel Graig.<br />En 1997, Il entame une carrière de réalisateur avec <strong><em>Mange ta soupe, </em></strong>un film autobiographique, suivi de <strong><em>Stade de Wimbledon </em></strong>en 2001 où il offre un rôle important à Jeanne Balibar (actrice et chanteuse française) et enfin <strong><em>la Chose publique</em></strong> en 2003 qu’il présente à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes.</p><p>Pour son quatrième film, <strong><em>Tournée, </em></strong>il revient à Cannes et reçoit le prix de la mise en scène du Festival.</p>

Mathieu Amalric est né le 25 octobre 1965 à Neuilly sur Seine, il est acteur et réalisateur. Son père est un journaliste qui travaille pour le Monde et Libération, sa mère, Nicole Zand, est critique littéraire au Monde.

Baigné dans un univers culturel, le jeune homme s’engage très tôt vers sa vocation d’acteur. Dans les années 90, il s’est imposé  en interprétant des intellectuels dépressifs et originaux.

Il a reçu le César du meilleur espoir masculin en 1997 pour Comment je me suis disputé d’Arnaud Desplechin, puis deux Césars pour le meilleur acteur en 2005 avec Rois et Reines d’Arnaud Desplechin et avec le Scaphandre et le Papillon en 2008 de Julian Schnabel. Cette même année, Mathieu Amalric incarnait le méchant Dominic Green dans Quantum of solace, où il donnait le change au James Bond, Daniel Graig.

En 1997, Il entame une carrière de réalisateur avec Mange ta soupe, un film autobiographique, suivi de Stade de Wimbledon en 2001 où il offre un rôle important à Jeanne Balibar (actrice et chanteuse française) et enfin la Chose publique en 2003 qu’il présente à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes.

Pour son quatrième film, Tournée, il revient à Cannes et reçoit le prix de la mise en scène du Festival.

 

tournee_400 L’histoire de Tournée est aussi simple qu’extravagante : Joachim,  un producteur de télévision parisien, a tout quitté quelques années auparavant, famille, travail, amis pour partir aux Etats-Unis et recommencer une nouvelle vie. Il revient en France parce qu’il entend lancer une Tournée de strip-teaseuses à travers tout le pays.

La tournée française ouvre sur un univers débridé et coloré magistralement créé par les danseuses qui nous font revivre un incroyable Broadway. C’est une galerie de portraits très contrastés où se chevauchent poésie, insolence, désespoir, burlesque. Ce monde est en décalage avec les hôtels miteux aux ambiances glauques que l’équipe de Tournée traverse. Le personnage de Joachim oscille entre fantaisie et décadence, incarnant ce petit escroc sans grande envergure, floué par le destin.

 La force des actrices de Tournée vient du fait qu’elles s’imposent par leur extravagance, leur spontanéité en jouant de leur physique et de leur rondeur avec fantaisie, sans jamais tomber dans le vulgaire. Dès qu’elles apparaissent à l’écran, c’est le grand spectacle qui nous sort de la réalité mesquine du no man’s land des coulisses. Leur physique généreux rend hommage au monde du Cabaret. Enfin, un film sans  femmes stéréotypées, liftées, "botoxées" et anorexiques, lisses comme le papier glacé des magazines !

  Spectateurs, nous flottons entre un monde de rêve et de spectacle et celui d’une réalité plus étriquée, pétrie par le manque d’argent. Joachim est en quête de rédemption et sa Tournée lui offre l’occasion de se libérer de ce personnage désenchanté. Des scènes intenses dont une où éclate une colère devant une caisse de supermarché ou encore des éclats de rires dans les hôtels glauques qu’ils traversent. Ces moments se révèlent de poésie pure. 
Ce monde de femmes aux allures felliniennes donne toute la force d’amour et de magie à ce film dont le voyage est autant mélancolique que cocasse. Où s’achèvera cette tournée ?

 Allez le voir pour le découvrir !

 

© Muriel Navarro - Centre International d'Antibes

Partager

Nos autres coups de coeur cinéma

En attendant l’ouverture du Festival International de Cannes et sa sélection officielle des films en compétition, c’est un film nominé 8 fois à la…

Ce 29ème long-métrage de Jacques Doillon n'est pas un simple biopic. Il se rattache avant tout au drame sentimental : c'est la jalousie et…

Avec Sage Femme, Martin Provost réunit deux grandes actrices françaises, Catherine Deneuve et Catherine Frot pour une comédie emplie de finesse et…

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…

Ce nouveau long-métrage d'Édouard Deluc, Gauguin - Voyage de Tahiti, est inspiré librement de Noa Noa, le carnet de voyage illustré du peintre.

Nadir Moknèche est de retour. Après plusieurs films engagés , le cinéaste franco-algérien offre le premier rôle de son nouveau long-métrage, Lola…

Les films biographiques ont le vent en poupe. En 2016, nous avons ainsi pu plonger dans les vies de Cézanne et Zola, Cézanne et moi de Danièle…

La Confession, sorti le 8 mars, est une adaptation libre du roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre. C’est un pari pas facile qu’a relevé et…