Littérature

Pierre Christin, Jean-Claude Mézières - Les habitants du ciel

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40 ans d'existence, se poursuit encore un peu sous la forme d'un atlas. Avec Yoko Tsuno et Le Vagabond des Limbes (à la différence de séries plus datées car trop marquées par leur époque, comme Luc Orient), Valérian constitue l'un des trois grand piliers -sans doute le plus grand- de la science-fiction et du space opéra à la française. Un tome 22, hors cycle, Souvenirs du futur, avait un peu prolongé le plaisir sous forme de parcours de différents moments forts de la saga...
Embarquons aujourd'hui avec Les habitants du ciel !

Au début était l'image

Remontons un peu dans le temps. Nous sommes à la fin des années 60. deux compères, Pierre Christin (qui signera également des scénarios pour le grand dessinateur Enki Bilal1) et Jean-Claude Mézières posent les jalons des premières aventures de Valérian, agent spatio-temporel, sorte de James Bond du futur au service de Galaxity, capitale de l'empire terrien. Le héros rencontre Laureline lors d'une mission au XIème siècle terrien ; elle deviendra l'inséparable compagne de toutes ses aventures. Que dire de cette série que Wikipédia ne dira déjà pas ? Qu'elle est une des toutes premières du genre science-fiction/space opera moderne dans la bande dessinée franco-belge, que la saga a été régulièrement pillée par le Septième art, et que l'esthétique de Star Wars lui doit beaucoup. (Sans compter Le cinquième élément, de Luc Besson, dont les emprunts sont voulus puisque Mézières lui-même travailla avec Moebius aux décors du film. A l'époque, Mézières préparait un nouvel opus de la série, Les cercles du pouvoir.). Le succès a vite été au rendez-vous et ne s'est jamais démenti. 40 ans de création presque continue, avec une qualité jamais prise en défaut. Les titres seuls des albums font rêver : Les héros de l'équinoxe, Les foudres d'Hypsis, Métro Châtelet direction Cassiopée...

Le trait de Mézières, réaliste et souple sans être  enfantin (on trouve toujours un détail à observer), les histoires imaginées par Christin, toujours prenantes (on ne s'y ennuie jamais), au minimum capables de porter une intrigue avec ce qu'il faut de rebondissements, ont créé une série unique. La dimension visuelle distille une poésie évidente et sans égale. Par ailleurs, la saga ne se perd jamais dans des digressions ésotériques à la manière d'un Jodorowsky2. Elle n'a pas le côté certes grandiose mais inquiétant -parfois brouillon, en dépit de son incontestable talent de dessinateur- des œuvres de Philippe Druillet3. Elle n'est pas trop marquée par l'empreinte d'une époque (comme Luc Orient ou Magellan, des œuvres qui ne déméritent pourtant pas). Au final, l'oeuvre est réussie au point d'en devenir intemporelle.

Voyages dans l'espace, exploration de planètes aux histoires et aux reliefs variés, aux personnages attachants ou odieux, trafiquants, rebelles, politiciens roués et même roublards, voleurs, espions, chauffeurs de « limouzingue » (les taxis de l'espace) débrouillards et malhonnêtes, pirates, contrebandiers, peuples guerriers, extra-terrestres tous plus originaux les uns que les autres, en bref un enchantement perpétuel.

 Le guide du routard de l'espace

  Si ce n'est pas la première fois que des créateurs de série proposent un atlas de leur monde, c'est ici avec un réel plaisir que l'on parcourt cet ouvrage, déjà esquissé dans le tome 22 Souvenirs du futur, dont nous parlions plus haut, mais qui se concrétise pleinement dans ce volume. Est-ce uniquement pour les fans ? Certainement pas. Bien au contraire, on peut très bien faire connaissance avec le monde de Valérian et Laureline en plongeant dans ces pages, à la manière d'un guide interstellaire. Nous découvrons planètes, races exotiques, faune, flore, habitations, petites trames narratives de quelques pages avec un plaisir évident. Pour peu, on envierait le regard vierge pour qui l'album serait un atlas cosmique.jpg porte d'entrée dans l'univers de Mézières.

  A chaque pas que nous faisons sur cet itinéraire, tout nous appelle à percevoir une véritable dimension universelle dans, par et grâce à l'imaginaire (ce dernier n'est pas qu'une évasion, il devient aussi un révélateur) des auteurs. Le connaisseur y trouve son compte : clins d'oeil, mises en abîme (les aventures de Valérian, par exemple, sont devenues des films hollywoodiens). Le néophyte aussi, tout simplement parce que c'est beau, et parce que le beau, à lui seul, a valeur d'universel. Et, après tout, si la dimension interculturelle est un pont, le beau est son véhicule. 

  Le plaisir du voyageur curieux de découvrir des paysages, des espèces, des portraits de personnages hauts en couleur, tout concourt à un plaisir de lecture, à une jubilation visuelle. Interviews imaginaires, rapports d'ethnographes de l'espace, témoignages, anecdotes, planches anatomiques, qui resterait de marbre face à un tel foisonnement ? Si la diversité ne doit pas être un vain mot ou l'humanisme autre chose qu'un cache-misère, c'est en faisant quelques pas sur les traces de Valérian et Laureline qu'on le touchera du doigt -et avec les yeux !

  Ce serait bien le diable si un professeur de français bien sûr, mais aussi d'histoire-géo, de sciences ou d'arts plastiques n'y trouvait pas son compte. Cet atlas se présente comme une auberge espagnole inversée ; le lecteur n'a rien à y amener sinon sa bonne volonté et un soupçon de curiosité. Le reste lui est servi sur plateau. Il y dénichera forcément quelque chose à son goût, le contraire serait étonnant.

 

Star Wars, c'est la France !

Connaissez-vous les redoutables Oiseaux-folie ? Les mystérieux Zypanons de Zyp ? Les espions Shingouz ? Les terribles Fauves mange-matière ? Tous vous attendent, et bien d'autres encore, au détour d'une page, d'un croquis, d'un dessin. Venez découvrir la grouillante Rubanis et Point central la cosmopolite. Venez découvrir l'imaginaire de ces deux auteurs français sans qui les standards de la science-fiction et du space opera, de Star Wars à Avatar, ne seraient pas ce qu'il sont.  Eh oui : le casque de Darth Vader, le fameux bikini de la princesse Leïa, Han Solo congelé dans la carbonite. tout ça, ce sont des trouvailles de Christin et Mézières (voir L'empire des mille planètes et Le monde sans étoiles). Sans compter le design de nombreuses races extra-terrestres (nous pensons notamment à la scène du saloon, dans l'épisode IV, Un nouvel espoir) qui doit beaucoup à Mézières. Les deux compères créateurs de la série ont fait bien plus que « marquer leur époque », ils l'ont devancée tant ils ont innové. Que bon nombre de ces innovations soient restées en partie confidentielles -connues essentiellement des amateurs de bd. : à l'époque, ils étaient moins nombreux qu'aujourd'hui-  ne les empêche en rien d'avoir été des précurseurs, de fait. Sans elles, la science-fiction et le space opera à l'américaine, tant prisés -à juste titre-, ne seraient pas tout à fait ce qu'ils sont. Cocorico , alors ? Bien sûr que oui.  

 

 

 © Olivier Dalmasso - Centre International d'Antibes

 

Notes :

1. Enki Bilal : dessinateur et réalisateur français d'origine slovaque et bosniaque. Son trait unique s'est imposé bien au-delà du monde de la bd.

 2. Alejandro Jodorowky : cinéaste, scénariste, romancier chilien vivant en France depuis des décennies. Son inspiration, foisonnante bien qu'inégale, a laissé quelques œuvres marquantes dans la bande dessinée (L'Incal, Bouncer) et le cinéma « d'auteur » des années»s 70 (La montagne sacrée, El topo).

3. Philippe Druillet : dessinateur et scénariste au style très reconnaissable, il s'est fait un nom dans la bd de science-fiction. On peut citer Salammbô ou les aventures de Lone sloane.

 

Partager

Nos autres coups de coeur littérature

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…

Peu connu du grand public, Francis Schull a été un proche de quelqu'un de bien plus connu, un humoriste acerbe et lettré disparu en 1988 et qui…

Une grande nouvelle pour la littérature française et francophone est tombée le 9 octobre : Jean-Marie Gustave Le Clézio a obtenu le prix Nobel de…

Ce recueil de textes choisis mêle des lettres de civils, des textes d’écrivains ou d’historiens, des discours de personnalités politiques ou encore…

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…

Après avoir enseigné la sociologie à Strasbourg de 1973 à 1982 et publié cinq essais salués par Roland Barthes, Pierre Bourdieu et Jacques Derrida…

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Nous avons tous nos souvenirs de bancs d’école puis ceux que nos parents et nos grands-parents nous ont contés. Chaque génération a connu ses joies…