LE FRANÇAIS ET VOUS : RESSOURCES POUR PROFESSEURS , ACTUALITÉS CULTURELLES , JEUX ET EXERCICES LUDIQUES
L’eau des collines
Post cover

Les hivers azuréens sont célèbres pour leur douceur. Ils sont arrosés par quelques précipitations mais bénéficient de températures fort agréables qui ne fraîchissent réellement qu’en altitude. L’hiver 2023-2024 s’avère plus humide que ceux des trois ou quatre dernières années. Et c’est une bonne nouvelle.

PARTAGER:

Beaucoup d’oliviers
Mais peu d’eau
Pour qu’elle te soit comme un dieu
Odysseus Elytis

Eh oui ! En dépit de la déconvenue des touristes visitant la Riviera française à cette occasion, un renforcement, même modéré, des épisodes pluvieux constitue une excellente nouvelle. En effet, et sans sombrer dans l’alarmisme, le réchauffement climatique s’impose à tous. Et avec lui des sécheresses de plus en plus intenses et prolongées. Les conséquences sur l’agriculture et la consommation du liquide le plus essentiel à la vie comme à l’hygiène paraissent trop évidentes pour qu’on s’y attarde. Aussi, les Azuréens les  plus perspicaces ne songent-t-ils pas trop à se plaindre, tout particulièrement les adeptes des sports d’hiver ainsi que le milieu professionnel qui en dépend. Les chutes de neiges abondantes bien que tardives offrent un répit salutaire aux stations de ski. Tout un secteur de l’économie reprend des couleurs.

Autre conséquence positive aux yeux des âmes écologistes et aux amoureux des randonnées et de simples promenades : les rivières et ruisseaux regagnent de la vigueur. Le loup, par exemple, qui traverse Villeneuve-Loubet et La Colle-sur-Loup affiche un débit important. Par endroits, on voit même réapparaître des cours d’eau quasiment ou complètement à sec depuis plusieurs années. Ainsi dans le Var, où l’Issole et le Nartuby ont affiché un débit respectable. Et même si chacun a bien conscience du caractère temporaire du phénomène, les locaux s’en réjouissent. Les touristes également, car quoi de plus pittoresque et de plus apaisant qu’un cours d’eau traversant un village provençal ? Vieille inquiétude des autochtones que le manque d’eau, Marcel Pagnol y a consacré un cycle romanesque adapté au cinéma : Jean de Florette et Manon des sources. Dans la Provence d’antan, les sources étaient recherchées et jalousement gardées par ceux qui pouvaient en réclamer la propriété. L’approvisionnement en eau a incité à la construction de canaux, tel le fameux Canal de Provence mais aussi de barrages dont un à l’histoire tragique. Nous avions chroniqué il y a presque dix ans la bande dessinée de Corbeyran et Home retraçant l’histoire de la rupture de la digue de Malpasset, qui coûta la vie à 400 personnes. En cédant, les eaux retenue par le barrage ont déferlé sur la ville de Fréjus. Ce barrage avait été construit dans le but de maîtriser les crues du Reyran, un ruisseau à sec une bonne partie de l’année dont les crues étaient dévastatrices. La solution s’est avérée pire que le mal. Depuis lors, la ville de Fréjus a envisagé d’autres solutions et n’a pas tenté de construire un nouveau barrage.

Toujours en Provence, en 2022, le bas niveau de remplissage de l’immense lac artificiel de Serre-Ponçon soulevait de légitimes inquiétudes. La retenue a cependant fini par retrouver un niveau des plus acceptables, apportant le soulagement aux habitants des localités voisines. Outre la réserve d’eau propre à la consommation comme à l’irrigation des cultures, le lac est un haut lieu d’activité nautique depuis sa création il y a plusieurs décennies. Aussi, comme dans le cas des stations de sport d’hiver, les pluies et leur fréquences sont-elles observées avec attention.

Par ailleurs, chacun dans notre région garde en mémoire la tempête Alex qui en 2020 a ravagé la vallée de la Tinée. Ce qu’on appelle depuis plus d’une dizaine d’années les « épisodes méditerranéens » prennent une dimension nouvelle suite au réchauffement climatique. En effet, si, d’une manière globale, la tendance à la sécheresse s’accentue, les pluies deviennent plus violentes que par le passé. Ainsi, les précipitations de novembre 2019 ont incité les autorités à prendre des mesures de prévention en cas d’alerte rouge : les écoles ferment désormais pour la durée des intempéries.

Chers étudiants, collègues de l’étranger ou touristes curieux, s’il est peu raisonnable de vous aventurer à l’extérieur et notamment  en bord de mer ou en montagne en cas d’épisode méditerranéen, ne maugréez pas trop contre la pluie, devenue si rare. Car l’eau permet que la Côte d’Azur reste verte et revête sa palette si caractéristique.


CATÉGORIES
lesson_listing

Inscrivez-vous à la Lettre d’informations

Recevez tous les mois nos coups de coeur culturels et nos exercices ludiques pour apprendre le français avec Le Français et Vous.