Cinéma

9 mois ferme

Albert Dupontel revient derrière et devant la caméra avec une comédie policière romantique sur fond de filiation tordue et de déni de grossesse. Un film où le talent burlesque de Dupontel en cambrioleur niais, se conjugue à merveille avec le jeu subtil de Sandrine Kiberlain, remarquable dans ce rôle de juge coincée, et qui décidément a l’art de donner du souffle à la comédie française.

Ariane Felder, juge sérieuse et coincée, promue à une brillante carrière, voit sa vie basculer suite à un réveillon trop arrosé au palais 358820-affiche-frarncaise-9-mois-ferme-orig-1_1366de justice. Dès le premier plan, elle apparaît affairée, isolée dans son bureau empli de dossiers, quand soudain ses collègues l’embarquent de force en pleine fête de réveillon. Quelques mois plus tard, c’est le choc quand elle découvre qu’elle est enceinte. De qui ? Comment ? Tout chavire ! Elle se met donc en quête de trouver le père. Elle tombe alors sur la terrible nouvelle : c’est Bob Nolan, un cambrioleur recherché pour un crime odieux et zz-9-mois-ferme-albert-dupontel-1_450surnommé le « globophage » car il gobe les yeux de ses victimes.  Les scènes où elle découvre comment cela s’est produit grâce aux enregistrements de sécurité de la ville sont totalement cocasses. Puis, sa rencontre avec Bob va lui révéler qui il est réellement et l’amener à prouver son innocence pour le meurtre dont il est accusé. Les scènes où Bob tente de lui prouver son innocence en décrivant les causes probables de la mort du veuf agressé sont délirantes, burlesques à souhait. Dupontel part dans des divagations de grand guignol et Kiberlain tente de résister pour ne pas hurler de rire.

Le médecin légiste, complètement fou, le collègue d’Ariane joueur de golf, sur qui le mauvais sort s’acharne, le flic niais à la poursuite de Bob, sont autant de tableaux drôles et déformants pour 9_mois_ferme_3_600marquer le mauvais goût revendiqué par le réalisateur et souligner à la fois la fade morale condescendante d’une justice abrutie. Là encore, A. Dupontel prend plaisir à dénoncer la tyrannie des puissants sur les plus démunis ne s’interdisant rien : « Je n'ai de comptes à rendre à personne. Je vis comme Gandhi, je n'ai besoin de rien. On ne peut pas m'avoir. Le vrai luxe dans ce métier, c'est la liberté de dire non ou de dire oui. Il faut savoir ce qu'on veut. (…)» tiré du magazine Télérama, 2001.

S. Kiberlain, après le rôle de détective dans Pauline Détective de M. Fitoussi et de la flic toute molle dans Tip Top dealbert-dupontel-770x472_472 S. Bozon nous surprend encore avec ce personnage coincé qui excelle dans cet univers déjanté et tordu. Sa rectitude, son chignon impeccable jure avec les allures du cambrioleur niais et désaxé. De ce contraste étonnant  sort une bonne comédie où le loufoque est au rendez-vous, et qui par son côté romantique, attendrit plus qu’elle ne recherche la subversion. Ces deux acteurs avaient d’ailleurs été nommés pour un César de second rôle dans le film Un héros très discret de Jacques Audiard, en 1996, mais dont la teneur dramatique et obscure est à l’opposé de cette comédie. Avec 1.300 000 spectateurs en trois semaines, ce film est déjà le plus important succès en salle de ce réalisateur!

 

©Muriel NAVARRO - Centre International d’Antibes

Partager

Nos autres coups de coeur cinéma

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…

Avec Sage Femme, Martin Provost réunit deux grandes actrices françaises, Catherine Deneuve et Catherine Frot pour une comédie emplie de finesse et…

Les films biographiques ont le vent en poupe. En 2016, nous avons ainsi pu plonger dans les vies de Cézanne et Zola, Cézanne et moi de Danièle…

Ce nouveau long-métrage d'Édouard Deluc, Gauguin - Voyage de Tahiti, est inspiré librement de Noa Noa, le carnet de voyage illustré du peintre.

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

En attendant l’ouverture du Festival International de Cannes et sa sélection officielle des films en compétition, c’est un film nominé 8 fois à la…

Ce 29ème long-métrage de Jacques Doillon n'est pas un simple biopic. Il se rattache avant tout au drame sentimental : c'est la jalousie et…

La Confession, sorti le 8 mars, est une adaptation libre du roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre. C’est un pari pas facile qu’a relevé et…

Nadir Moknèche est de retour. Après plusieurs films engagés , le cinéaste franco-algérien offre le premier rôle de son nouveau long-métrage, Lola…