La vie très privée de Monsieur Sim  
 

cdc-cine_900François Sim est un homme seul et inintéressant au possible. Sa femme vient de le quitter et son métier de vendeur ne lui permet pas d’être heureux. Pourtant, il est l’un des meilleurs employés de son entreprise, et à ce titre, il lui est demandé de vendre un nouveau produit révolutionnaire touchant à la santé bucco-dentaire : la brosse à dents en poils de sanglier à tête jetable !


4832210_7_26a5_jean-pierre-bacri-dans-le-film-francais-de_b58d35fddcbf48b1dac0eb8f3c34b6a4_534


Les quatre vendeurs devront sillonner les quatre coins de la France pour tenter de vendre au mieux cette nouvelle brosse...


Grâce à Emmanuel – c’est ainsi que François nomme son système de navigation – il va parcourir la France accompagné de sa dépression et de sa solitude.


Il cherchera à nouer un contact au travers de son périple avec les personnes qu’il 5114_213rencontrera. Raisonnant comme un enfant, il pense qu’en allant vers les gens, il sera compris, voire aimé. En route, il retrouvera Luigia (Valeria Golino) qu’il avait connue alors qu’il avait 18 ans (Luigia plus jeune : Lucile Krier) et dont il était amoureux. Ce voyage lui permettra de réaliser ce qu’il cherchait auprès des autres et à mieux se comprendre.


54_213Sorte de Road-movie, le film pose la question de l’humain et de sa relation à l’autre, des moyens modernes de communication et de la nécessité de les dépasser pour comprendre que ce n’est finalement pas tant la forme de communication qui compte, mais bien plutôt ce que l’on a à se dire.


Vulnérable, humain, fragile et profondément imparfait, Jean-Pierre Bacri réussit à incarner un François Sim touchant, attachant et extrêmement intéressant, car il nous renvoie à l’essentiel de ce qui crée la relation humaine : l’autre.


Michel Leclerc – réalisateur du film – n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réalisé l’excellent Le nom des gens. Tiré du roman de Jonathan Coe, il a su faire de cette adaptation sur grand écran une véritable réussite dans un film que l’on pourrait qualifier d’introspectif, tout en ayant su réaliser une réelle comédie.


 


© Eric Bischoff - Centre international d'Antibes