PORTRAIT d'un grand cinéaste : Jean-Paul Rappeneau  
 

image1_1600_01.Avec ce nouveau film Belles familles, on réalise qu’il a manqué au cinéma français et que ses films se font trop rares, comme le souligne artoff5046_1212Isabelle Adjani dans un entretien au magazine Première On regrette tous qu’il n’ait pas fait plus de films, mais il y a quelque chose de très beau et de très excitant dans le fait qu’il soit si rare : pour moi attendre un film de Jean-Paul Rappeneau, c’est comme attendre Noël lorsqu’on est enfant.


Pourtant, il appartient à notre patrimoine et chacun de nous a un de ses films en mémoire parce que chacune de ses oeuvres a su marquer des générations. Pour certains, c’est la comédie Le Sauvage (1975) avec Catherine Deneuve, lumineuse parce que filmée sous l’angle de sa beauté naturelle, sans fard, aux côtés d’Yves Montand en aventurier solitaire. Une histoire d’amour improbable entre deux êtres que tout oppose.


Tout feu tout flamme, une autre comédie sur la relation houleuse entre un père et sa fille, interprétés par Isabelle Adjani (au début de sa brillante carrière) et l'incroyable Yves Montand. Pour d’autres, c’est la remarquable adaptation de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (1990) avec Gérard Depardieu qui a connu un succès international et avec laquelle il signe sa réussite artistique incontestée. Puis, il se relance dans l'adaptation littéraire avec Le Hussard sur le toit de l'oeuvre de Jean Giono avec Juliette Binoche et Olivier Martinez. Même si sa réalisation a su retranscrire le souffle épique de ce récit, il n'a pas atteint la beauté de Cyrano.


Le cinéaste compose avec intensité des univers prodigieusement rythmés dont la direction d’acteurs est d’une rare justesse. Catherine Deneuve a aimé tourné avec lui parce qu’il est à l’écoute des acteurs :  Jean-Paul, c’est quelqu’un qui tient au rythme, il écoute beaucoup les acteurs, et pas seulement pour la justesse, mais surtout pour le tempo, la rapidité d’exécution, ce qui est essentiel dans la comédie.


tout_feu_tout_flamme_1363Comédie, drame, il arpente tous les genres avec habileté et passion, veillant au souffle du texte comme si c’était une musique. Il consacre 1313943839_836d’ailleurs énormément de temps à l’écriture de ses scénarios. Pour Gérard Depardieu, c’est un musicien :  Truffaut était un littéraire, Pialat était un peintre, Rappeneau, lui, est un musicien. Sur Cyrano il m’avait demandé de jouer un personnage "mezzo vocce", c’était ça sa grande directive, son obsession. Et dans le film, tout ce qui était écrit dans le script, vous pouvez le retrouver à l’écran à la virgule près. Cette méticulosité c’est la grande qualité de Jean-Paul.


Un réalisateur qui séduit parce qu’il a su émerveiller son public en restant discret et rare.


Huit longs-métrages en 49 ans de carrière! Nominé souvent pour ses films, il a toujours gardé sa modestie et n’a pas cherché à filmer plus, même après deux Césars pour Cyrano (celui du meilleur film et du meilleur réalisateur) et un Golden globe du meilleur film étranger. Des années après, il réalise Bon Voyage (2003) où il réunit les plus grands acteurs du moment (Isabelle Adjani, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu ...) un drame qui se déroule durant le seconde guerre mondiale.


Un créatif avant tout et un passionné de cinéma, amoureux des comédies de l'âge d'or américain, qui a commencé sa carrière en 1960 comme assistant et scénariste de Louis Malle avec Zazie dans le métro. Puis en 1964, il a aussi été le co-scénariste de Philippe de Broca dans L’Homme de Rio avec Jean-Paul Belmondo. Des débuts particulièrement prometteurs puisque ces deux réalisateurs et ces deux films sont aujourd’hui considérés comme des classiques du cinéma français. Avec un talent certain pour l’écriture et un regard singulier derrière la caméra, comment ne pas devenir à son tour un incontournable du cinéma. Il se fait d’abord remarquer avec La Vie de château en 1966, film pour lequel il obtient le prix Louis Deluc. Il poursuit avec Les Mariés de l’an II en 1971, un récit drôle et original situé durant la révolution où jouent cyrano_de_bergerac_1363_01Jean- Paul Belmondo (star de l’époque) et Marlène Jobert. Sa vraie réussite réside dans ses dialogues enlevés et des scénarios bien travaillés avec lesquels collaborent Jean-Claude Carrière, Jean-Loup Dabadie et Claude Sautet. Puis il explose avec Cyrano, sans doute son plus grand succès!


De retour avec Belles Familles, après 12 ans d’absence, on retrouve son éternelle jeunesse et son sens aigu du tempo sachant toujours cerner ses acteurs avec précision. Mathieu Amalric, acteur phare du cinéma actuel qui interprète Jérôme Varenne, l’un des rôles principaux dans cette dernière comédie exprime ce qui l' a poussé à tourner avec ce cinéaste : Quand c'est irrésistible ! C'est-à-dire quand il y a un cinéaste et donc là, pour Rappeneau. Jean-Paul Rappeneau est un réalisateur qui m'a toujours bouleversé.


Il était important de consacrer un portrait à ce cinéaste qui, encore à 83 ans, nous prouve bien que passion rime avec éternelle jeunesse. Et c’est ainsi que Gérard Depardieu le voit et que nous le voyons : Il a gardé profondément ancré en lui ce qui l'émerveillait lorsqu’il était enfant, et avec le temps, il a su organiser ça à merveille. Jean-Paul a certainement un âge, mais il a toujours l’âge de l’enfance.


 


Les acteurs de Belles Familles parlent de Jean-Paul Rappeneau :
http://www.premiere.fr/Bandes-annonces/Video/Belles-Familles-Interview-equipe-du-film


 


Jean Paul-Rappeneau s'adresse à son public :
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-10509/interviews/?cmedia=19555964



©Muriel NAVARRO
- Centre International d’Antibes