Au-Delà Des Maux  
 

Avec son sixième album, Chimène Badi nous propose des morceaux au caractère personnel et intimiste. Elle ne le cache pas, « c’est un album hyper honnête, très sincère, parce que je me suis livrée. J’ai voulu parler de choses importantes », se plaît-elle à dire. Musicalement, on pourra noter des tendances Soul ainsi qu’une nette influence des grands classiques du jazz, ce qui rapproche Au-delà des Maux de son cinquième album, Gospel and Soul sorti en 2011. Forte d’une certaine maturité, la chanteuse a mis un point d’honneur à aborder des sujets actuels avec une conviction et un engagement certains. Aujourd’hui âgée de 33 ans, il lui semblait nécessaire de montrer à son public qu’elle avait mûri. Parmi les artistes qui ont participé à l’enregistrement de cet album figurent Emmanuel Moire, Zaho et Indila entre autres.


zaho_484 indila_574


Le titre de l’album, Au-delà des Maux, est une évocation de la période pendant laquelle la chanteuse a perdu sa voix en raison d’un surmenage professionnel. Mais l’artiste a voulu également nous faire comprendre, par ce jeu de mots, que « le chant est un vrai mode de communication » et que « les sons parfois touchent plus que les mots ».Aller plus loin que ce qui est directement exprimable verbalement, telle est l’intention de la chanteuse dans ce nouvel opus. En effet, outre ses ennuis de voix, la chanteuse a connu des problèmes de poids qu’elle a su surmonter. De plus, elle a dû faire face avec courage à la maladie de sa mère, atteinte d’un cancer du poumon.


Certains titres présents sur cet album semblent être en harmonie avec les thématiques chères à Chimène Badi tandis que d’autres marquent un tournant vers des sujets plus graves qui invitent à une réflexion sur notre société.


De quoi on se souvient inaugure l’album et évoque avec mélancolie une histoire d’amour passée :


Je sens encore partout en moi les endroits où tu t'es posé / J'entends encore les mots, les voix / Je reste proche de ce passé


Parallèlement à ces morceaux (parmi lesquels on trouve également Seule et Qui parle d’elle), se distinguent des titres résolument engagés. Changer le monde qui nous entoure est devenu un leitmotiv pour Chimène Badi. Rappelons qu’elle a lutté contre le harcèlement scolaire, comme l’atteste son engagement lors de la campagne Agir contre le harcèlement à l’école en 2013. L’aide aux victimes de catastrophes naturelles avec le collectif Solidarité-Asie, la lutte contre la leucémie au sein de l’Association Laurette Fugain mais aussi la sensibilisation du public au trafic et à la contrefaçon des médicaments font également partie des actions qui tiennent à cœur à notre artiste.


badi1_880


L’usine est une chanson qu’on pourrait qualifier d’autobiographique .Chimène Badi évoque son enfance et nous parle des conditions de travail difficiles de sa mère. « Ma mère a passé sa vie à travailler comme ouvrière dans une usine. Et un jour, elle s’est faite jeter (…) ».


badi2_800J’ai passé la porte sans rien dire / Sans personne pour me retenir / Le navire va sombrer / Demain l’usine resserre les vis / Et malgré mes loyaux services / D’office je suis virée


Quant à la chanson éponyme de l’album, elle aborde la période durant laquelle l’artiste, victime d’œdèmes, tentait de récupérer sa voix : on n’a guère de mal à imaginer ce que cela représente pour une chanteuse qui veut exprimer ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense. Elle y décrit avec justesse le décalage qui existe entre ce qu’un corps malade réalise péniblement et ce que notre esprit voudrait accomplir malgré tout .


Parfois mes mots / Me font défaut / Parfois tout peut sonner faux


Et la chanteuse d’ajouter :


Mes mélodies sont dans ma peau / Même quand le doute fait écho / J'ai beau maudire / Je ne peux mentir / J’ai trop de choses à vous dire


Le titre intitulé Elle vit possède, quant à lui, une portée sociale. Cette chanson était destinée à l’origine à Tina Turner mais Chimène a insisté pour l’interpréter. On y découvre une femme qui, réduite à la condition de Sans Domicile Fixe, est victime de l’indifférence des passants. « J’ai vu une femme boulevard Haussmann il y a des années, à mes débuts, qui m’a vraiment marquée ». Elle vivait


Là comme si le monde n’avait pas envie de voir sous sa peur


Il suffirait pourtant qu’on s’intéresse aux exclus pour les réconforter :


L’écoute et la douceur / Ça touche à l’intérieur / Ça change de vie


La chanteuse cherche à nous rappeler que les aléas de l’existence peuvent nous désocialiser de façon irrémédiable :


enfoires_530


Maladresse de la vie / Son adresse ressemble trop à l'oubli


Cet engagement contre l’exclusion  n’est pas un vain mot. Depuis 2004, l’artiste a participé sept fois aux Enfoirés, notamment en 2014 pour le spectacle Bon anniversaire Les Enfoirés.


Cet album se présente donc comme une œuvre pleine de sensibilité et de maturité, oscillant entre confidences émouvantes et prises de position passionnées. Au-delà des mots réussit cette gageure de posséder à la fois une portée cathartique et de défendre des valeurs universelles.




© Jean-Luc Pichon
- Centre International d’Antibes



Trailer Au-delà des maux


Elle vit


Episode 1 Les invités


Episode 2 L'enregistrement