30 années en France: 1985 – 2015, souvenirs, souvenirs !  
 

On s’est tous essayé un jour de décembre à répertorier les faits qui ont marqué l’année qui s’achève. Tout professeur de français, a jeté ce regard en arrière pour se souvenir de ce qu'il fallait retenir d'une année en France. L'exercice s'avère plus compliqué qu’il n’y paraît. Que sélectionner dans le flux intarissable des nouvelles, tous sujets confondus, que les médias omnipotents déterminent et déversent quotidiennement ? Comment alors rendre compte, ici, de trente années ? Et comment procéder pour respecter le format du simple édito ? Après réflexion, nous vous proposons un double parcours, un contenu publié en deux étapes, le second le sera dans le numéro de décembre. Bien évidemment aucune prétention à l’exhaustivité ne nous anime et cet édito sera, en revanche, forcément empreint de toute notre subjectivité.


1985 – 2015, les trente années qui sont sur le point de s’achever ont finalement donné lieu à une sélection de faits, d'événements, de personnalités pour constituer un abécédaire. C'est ainsi que nous allons formuler notre regard porté sur le rétroviseur de nos vies. Notre corpus ainsi défini couvre de nombreux domaines civilisationnels de la vie en France et renvoient souvent à des problématiques internationales.


Nous débuterons, par conséquent, notre parcours par la première lettre de l’alphabet. Nous avons choisi d’ouvrir notre abécédaire de la France des années 1985 à 2015 en rendant hommage à une personnalité, mieux, à deux personnalités que tout Français porte dans son cœur.
Ces deux hommes d'exception étaient de fervents défenseurs de la dignité humaine et portaient bien haut les valeurs de fraternité et d’égalité chères à la France.frise1_7053_01


Ce sera donc a_53… comme L’abbé Pierre duquel nous ne pouvons dissocier Coluche. En ces années 1980, tous deux mettent simultanément leur charisme et leur opiniâtreté au service des plus pauvres. En 1985, avec l'aide des Enfoirés, les Restos du Cœur sont lancés par Coluche. Trente ans de solidarité plus tard, Les Restos du coeur s’apprêtent, avec leurs 69 000 bénévoles (dont 700 dans les Alpes-Maritimes) à ouvrir la nouvelle campagne hivernale 2015 - 2016, tout comme la Fondation Abbé-Pierre et Emmaüs France et d'autres associations oeuvrant pour la solidarité avec les personnes défavorisées.


b_53… Si l’on poursuit notre travail de mémoire dans la rubrique « personnalités ayant marqué cette période », l’image d’un jeune chanteur parti trop vite en janvier 1986, et regretté depuis apparaît. Daniel Balavoine, lui aussi défendait ces mêmes valeurs d’humanisme. Son franc-parler servait la cause de la  jeunesse déjà fortement éprouvée par la crise au cours des années 1980.


Par ricochet, en évoquant le milieu des années 1980 et les personnalités, Berlusconi nous vient également à l’esprit. On se souvient, avec le sourire, de sa déconfiture à la tête de sa toute nouvelle chaîne, La 5, qu’il venait de créer en France aux côtés de Jérôme Seydoux. Contrairement à l’Italie avec Canale 5, puis au succès qu’il obtiendra en Espagne avec Telecinco, sa campagne hexagonale n’est que déboires. En février 1986, Berlusconi jette l’éponge. Sa recette magique ne fonctionne décidément pas en France. Elle se heurte à la règlementation française. Impossibilité de diffuser autant de films qu’il le souhaite ni de programmer des films certains jours de la semaine et encore moins de saucissonner les œuvres cinématographiques pour les convertir en support de publicité.


b_53_01… c’est aussi la banlieue qui, à partir du milieu des années 1980, symbolise l'échec de la politique de la ville. Elle sera devenue un abcès urbain avant d'aboutir aux inquiétantes émeutes d’il y a tout juste 10 ans.


c_53… comme ... nous pourrions citer la Crise qui n'aura cessé de nous harceler depuis, mais nous préférons nous souvenir des très nombreuses chansons qui nous ont aidés à traverser ces trente années. A l’étranger, certaines d’entre elles ont réussi un parcours aussi exceptionnel que surprenant. Ce fut le cas pour Joe le Taxi, (1987) de la très jeune Vanessa Paradis âgée de 14 ans ; Moi Lolita (été 2000) d’Alyzée ; Seul au monde (2005) de Corneille ; Ma philosophie (2005) d’Amel Bent avant l’avènement, très récent et quasi simultané, de Stromae et de Zaz.


c_53_01… comme aussi Canal + qui vient de fêter ses trente ans et qui révolutionna en France la façon de faire la télévision.


d_53… La lettre D, nous fait penser à des mots qui marquent l’ampleur de la crise économique déjà présente en 1985 mais qui n’a cessé de peser sur l’économie et la société françaises. Le premier mot est dette. Ce mot a surgi avec violence sur la scène française avec le dernier coup de boutoir de la crise : muée en crise financière et subie à compter de 2008. Ce mot est devenu omniprésent depuis. L’autre mot tout aussi désagréable est désindustrialisation. Depuis 1980 le secteur industriel a perdu 2 millions d’emplois. La tendance s’est accélérée avec la nouvelle poussée de la crise : en 2011, 3,55 millions de personnes travaillaient dans le secteur, ce qui constitue -18,6% par rapport à l’an 2000. En 1990 l’industrie représentait 18,4% du PIB, en 2013 11,5%.


e_53… comme l’euro, bien sûr. Aujourd’hui la controversée monnaie européenne est accusée de nombreux maux. Beaucoup de Français la tiennent pour responsable d’un renchérissement de la vie depuis sa mise en circulation en janvier 2002. Selon une étude TNS Sofres en septembre 2004, les trois quarts des Français liaient l’érosion financière dont ils se sentaient victimes à l'augmentation des prix due à l’arrivée de l'euro. Une responsabilité niée par les gouvernements successifs mais profondément ressentie par les Français. Ils sont pourtant 59% à se dire attachés à la monnaie unique, si l'on s’en tient au sondage Viavoice publié par le journal Libération le 5 mai 2014.

e_53_01…comment ne pas penser à Erika du nom du pétrolier battant pavillon maltais qui, éprouvé par la tempête, se casse en deux parties le 12 décembre 1999 libérant les 30 000 tonnes de fioul lourd qu’il transportait. Il se trouvait à 55 km au large des côtes de Vendée. 400 km de côte sont souillées, tuant entre 150 000 et 300 000 oiseaux.
La tempête qui allait balayer la France quelques jours après, les 26, 27 et 28 décembre 1999 confortera la dimension catastrophique du passage à l’an 2000.


f_53…comme fête et plus particulièrement fête culturelle qui s’est répandue en France au cours de ces dernières décennies en commençant par les années 1980, les plus favorables à la mise en scène festive de la culture. En 1984, Jack Lang, ministre de la Culture français, lance la Journée portes ouvertes dans les monuments historiques, première version des Journées du patrimoine. Le succès rencontré incite d'autres pays européens à imiter la France dès l'année suivante. Les "Journées du patrimoine" deviendra un événement européen à partir de 1991. Préalablement, une autre manifestation festive française avait également été adoptée en Europe : La fête de la musique. Si 1982 avait vu la musique mise à l’honneur (Faites de la musique !), 1985 serait l’année de naissance de La fête du cinéma qui, en 2015, célèbre aussi ses 30 ans. Le printemps du cinéma né en 2000, avec d’autres opérations de promotion du cinéma, comme le récent "- de 14 ans, 4 €", ont permis à la France de réaliser des records de fréquentation malgré les multiples et polymorphes concurrents que compte aujourd’hui, le grand écran. Ainsi, la fréquentation des salles de cinéma pour l’année 2011, avec 217 millions de spectateurs,  est le meilleur chiffre depuis 1966, et le bilan de 2014 se révèle excellent avec 208,5 millions d’entrées.

f_53_01… précisément comme films. L’attention portée au secteur du cinéma depuis toujours, la règlementation due en particulier, à André Malraux puis à Jack Lang, ont permis au secteur d'être toujours aussi créatif et productif. Plus de 200 films ont été créés chaque année depuis 1985. Parmi eux, certaines pépites inattendues ont touché le public français et étranger. Sans prétendre à l’exhaustivité là encore, retenons des films qui ont ponctué nos 30 dernières années : 3 Hommes et un couffin (1985) de Coline Serreau ; Jean de Florette (1986) de Claude Berri ; 37°2 le matin (1986) de Jean-Jacques Beineix ; Au revoir les enfants (1987) de Louis Malle ; L’Ours (1988) de Jean-Jacques Annaud ; Cyrano de Bergerac (1990) de Jean-Paul Rappeneau ; L'Amant (1992) de Jean-Jacques Annaud ; Les Visiteurs (1993) de Jean-Marie Poiré ;  Un Indien dans la ville (1994) de Hervé Palud ; Les Trois frères (1995) des Inconnus ; La Haine (1995) de Mathieu Kassovitz ; Marius et Jeannette (1997) de Robert Guédiguian ; le Dîner de cons (1998) de Francis Veber ; Le Grand bleu (1998) de Luc Besson ; Le Fabuleux destin d’Amélie Poulin (2001) de Jean-Pierre Jeunet ; Les Choristes (2004) de Christophe Barratier ; La Môme (2007) d’Olivier Dahan ; Bienvenue chez les Ch’tis (2008) de Dany Boon ; Welcome (2009) de Philippe Lioret ; Intouchables (2011) d’Eric Toledano et Olivier Nakache ; The Artist (2011) de Michel Hazanavicius ; Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu (2014) de Philippe de Chauveron ; La Famille Bélier (2014) d’Eric Lartigau…
La culture aux allures de fête, c’est justement ce que promeut l’idée de festival qui ne se cantonne pas au cinéma. Depuis les années 1980, des dizaines, puis des centaines de festivals dédiés au spectacle vivant ont surgi aux quatre coins… pardon, aux six coins de l’Hexagone. En 2015, ce sont plus de 1600 festivals qui ont régné sur notre été. Une effervescence faite de plus de 150 000 spectacles (concerts, ballets, humour et théâtre).


g_53… comme Grands projets. De grandes opérations d’architecture, d’urbanisme mais également de travaux publics ont jalonné la période 1985 - 2015. Réalisations pour la plupart parisiennes comme La Grande Arche de la Fraternité ou Grande Arche de la Défense, inaugurée en 1989 tout comme l’Opéra Bastille commémorant à la fois le bicentenaire de la Révolution et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, et le centenaire de la Tour Eiffel. L’automne 1993 voit l’ouverture du Grand Louvre avec ses 75 000m2 et sa fameuse pyramide. En 1994, le Tunnel sous la Manche, réalisation franco-britannique arrimant la Grande-Bretagne au continent. En 2004, une nouvelle performance est réalisée avec le viaduc de Millau. Toutes confirment qu’en matière de génie civil et travaux publics, la France est un leader mondial réalisant par-delà ses frontières des projets aussi gigantesques que le port marocain Tanger Med construit en 2004 puis renforcé en 2007 par l’extension Tanger Med 2.


h_53… comme habitudes des Français. Beaucoup de comportements ont changé au cours de ces trente années. Personne ne parlait, par exemple, de Low Cost en 1985. Cette tendance mondiale de consommation a véritablement séduit les Français au cours des années 2000. Outre les compagnies aériennes, d’autres secteurs comme celui de la grande distribution ou de l’automobile ont versé dans ce modèle économique. Ainsi la grande distribution, qui fut jadis en Europe une affaire française, s'y convertit. En particulier le groupe Casino qui en 1998, compte sur un réseau de 650 magasins Leader Price et Franprix.
Dans l'industrie automobile, c'est Renault qui adopte le concept malgré la tendance marketing qui prévaut alors dans le secteur: offrir toujours plus de sophistication et d’options technologiques. A contrecourant, et dans le scepticisme général, Renault, avec la marque Dacia, met sur le marché des voitures au confort basique. Le succès des Dacia Logan dans le milieu des années 2000, puis de la Dacia Sendero confirmeront l’implantation de ce modèle économique qui semble répondre à la fois à la baisse du pouvoir d’achat par temps de crise mais également à une autre manière de consommer.

h_53_01… Parmi les changements de comportement, il convient de parler des habitudes alimentaires. Combien de farouches défenseurs du bio comptait la France en 1985 ? Depuis, la consommation du bio s’est ancrée chez les Français, les rayons des supermarchés, les magasins spécialisés et les producteurs n’ont cessé d’augmenter. Selon l’enquête annuelle de l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique, réalisée en 2012, 64% des Français déclaraient avoir consommé bio et ils étaient 43% à l’avoir fait au moins une fois par mois. Ces consommateurs réguliers étaient 40% en 2011 et seulement 37% en 2003. De 1990 à 2013 le marché du bio a enregistré un développement d’environ +10% par an.
Les Français plébiscitaient déjà les produits du terroir, à la recherche d'une authenticité de plus en plus rare. Les baguettes et autres préparations "à l'ancienne", produits façon "grand-mère" ou "bonne maman" confirmaient ce besoin devenu plus fort à compter de 1985. Souvenons-nous des nombreux et retentissants scandales alimentaires successifs qui ont choqué l'opinion publique : la crise de la vache folle (1985 et années suivantes);  contaminations à la dioxine (à partir de 2003), jusqu’à celui de la viande de cheval convertie en bœuf (en 2013). Ces événements qui ont défrayé la chronique n’ont pas manqué de convaincre les consommateurs d'être plus attentifs, d'être plus exigeants, de rechercher des produits plus sains et de s'intéresser aux enjeux du développement durable.
C’est précisément une recherche de vie plus saine et d’un milieu moins stressant qui poussent chaque année 200 000 personnes à quitter Paris et à 80% des actifs franciliens à se déclarer prêts à quitter l’Île de France. beaucoup s'installent dans des zones rurales ou périurbaines. Un nouveau retour à la terre facilité par la combinaison de deux facteurs: l’accroissement du réseau TGV (à titre d’exemple, depuis 2001, Marseille n’est plus qu’à 3 heures de Paris et Montpellier qu’à 3h15) et le développement du télétravail grâce à Internet.


i_53... justement comme Internet bien sûr. L'innovation mondiale de la fin du siècle dernier est sans doute l'une de celles qui ont eu la plus grande capacité d'impacter, en France comme ailleurs, sur nos comportements à la fois au travail et dans nos vies quotidienne.


j_53... comme Jeunes, mais nous vous donnons rendez-vous avec la jeunesse française dans notre prochain numéro de décembre pour pousuivre notre parcours  "1985 - 2015, trente années en France" avec lequel Le Français et Vous célébre les 30 ans de notre école, le Centre International d'Antibes sans laquelle il n'existerait pas.


 


© Alexandre Garcia - Centre International d’Antibes