La Famille Bélier  
 

1013008_fr_la_famille_belier_1418221255824_800Quand tout va mal, qu'il n'y a plus aucun espoir, il reste Michel Sardou. Cette phrase d’un petit professeur de musique mayennais est pleine de sens et de vie. Pourtant, il ne s’agit là que d’une simple réplique de l’excellent acteur Eric Elmosnino jouant dans le non moins excellent La Famille Bélier réalisé par Eric Lartigau.


La Famille Bélier, c’est l’histoire d’une famille d’agriculteur de 4 personnes dont 3 sont sourds et muets. Le père, Rodolphe Bélier (François Damiens), la mère, Gigi Bélier (Karine Viard) et le fils, Quentin Bélier (Luca Gelberg) sont tous trois malentendants. Seule l’ainée de la famille, Paula Bélier (Louane Emera) a la capacité de parler et d’entendre. C’est ainsi que cette jeune adolescente va servir de lien entre ses proches malentendants et notre société entendante. Interprète sur les marchés de Mayenne, avec la banque, avec le gynécologue de sa mère, la petite Paula Bélier doit conjuguer sa vie d’adolescente tout en se comportant comme une vraie adulte afin d’épauler les membres de sa famille dans leur 11_640handicap. La tâche n’en devient que plus difficile lorsque son père, Rodolphe Bélier, décide de se lancer dans la politique locale en se présentant aux élections municipales. Comble du hasard, c’est au même moment que Paula, encouragée par son professeur de musique M. Thomasson (Eric Elmosnino), va s’inscrire au concours musical de Radio France. Ce professeur, blasé d’être coincé dans ce coin perdu de la France, a une obsession : Michel Sardou et les années 80 ; Michel Sardou est à la variété française ce que Mozart est à la musique classique : intemporel. Néanmoins, malgré son mauvais caractère, il va tout faire pour accompagner Paula Bélier sur la voie du succès. De cette relation, va naître un sentiment d’indépendance chez Paula alors que ses parents vont, eux, se sentir abandonnés par leur progéniture.


22_640La réussite populaire et critique de ce film repose sur plusieurs éléments. Bien qu’il n’apparaisse pas dans ce long métrage, Michel Sardou, ou du moins son répertoire, s’adapte merveilleusement à l’histoire.  La Maladie dAmour, Je vole, Je vais taimer, donnent une saveur particulière à cette comédie dramatique. En effet, les sublimes paroles de ces morceaux, interprétés par Paula Bélier, nous vont droit au coeur. Indépendance, amour parental, amour filial, adolescence, tout y passe et tout nous touche. Car là est une des forces de ce film : la dimension humaine. Dans notre société où tout va vite, l’articulation du répertoire de Michel Sardou, le jeu des 33_640acteurs, l’atmosphère de la vie dans la campagne mayennaise et la thématique de la surdité, nous rappellent que le plus important dans la vie c’est la famille. Ce feu sacré qui nous anime, qui nous parcourt, l’amour de nos parents, nos origines.  De plus, la distribution du film est sans nul doute son autre grande force. La justesse des acteurs expérimentés, François Damiens, Karine Viard, Eric Elmosnino, conjuguée à la fraîcheur et au talent de Louane Emera et de Luca Gelberg fabrique un subtil mélange et rend ces personnages attachants.


D’ailleurs, lors de la 40ème cérémonie des Césars, les 20 et 21 Février 2015, Louane Emera s’est vue récompensée du César du Meilleur Espoir Féminin. Au vu de sa prestation sublime, le jury ne s’est pas trompé et ce n’est que mérité.


 


© Loïc Gastou – Centre international d’Antibes


 


Crédits Photos : Allociné