Chaleur humaine  
 

Un succès à la mesure de son talent


Elle n’a que 26 ans et sa vraie carrière ne fait que commencer. Depuis la sortie de son premier album, son succès est à la hauteur de son talent : Chaleur humaine a rapidement atteint les 100 000 exemplaires vendus. Depuis, elle accumule les récompenses, multiplie les concerts et bat tous les records de vente. En mars 2015, l'album devient triple disque de platine, ce qui représente près de 300 000 ventes ! Au mois de février, la chanteuse est élue « Meilleure artiste féminine de l’année » aux Victoires de la Musique. Quant à son clip, Saint - Claude, il obtient le prix du « Vidéo-clip de l’année ». Si on ajoute à cela les nombreuses dates prévues pour la période estivale ainsi que sa tournée programmée aux États-Unis, on voit que Christine and the Queens aura une année 2015 bien remplie.


alb_505Dans ce premier album à la tonalité électro-pop, elle nous emmène dans son univers singulier. Alternant la langue de Shakespeare et celle de Molière, elle nous subjugue par des chansons qui se démarquent du paysage musical habituel.


Des chansons  qui défendent des valeurs universelles


Le titre phare de l’album, Saint-Claude, nous plonge dans le monde si particulier de l’artiste, à la fois poétique et réaliste. Déroutant au premier abord, le texte devient plus clair lorsque  la chanteuse expliquera, lors d’une interview, que tout est parti d’une situation vécue un jour dans un transport en commun. Alors qu’elle se trouve dans un bus, elle aperçoit un  passager qui  est victime de moqueries de la part des autres usagers :


Souffle saccadé/Voilà qui laisse deviner/Que tout se décide



Cet homme, seul et rejeté par la société, est tatoué de façon singulière, ce qui contribue à sa marginalisation :


Un seul de tes poignets est tatoué/Défiguré par ta manche/Le lion ne sourit qu’à moitié



La jeune Nantaise voudrait aider cet homme à la dérive mais doit descendre à la prochaine station appelée Saint-Claude, ce qui provoquera en elle un sentiment d’impuissance voire de culpabilité .


Je descends deux enfers plus loin/Pour que l’orage s’annonce


Comme elle l’avoue elle-même, cette situation d’impuissance a été le point de départ de l’écriture. Les thèmes principaux tournent donc autour de la solitude, de l’exclusion mais aussi de notre passivité à l’égard de ces phénomènes de société. On n’arrive plus à trouver de dialogue en commun. Je n’ai pas de solution miracle à cela, mais oui on manque de « chaleur humaine » a pu récemment confier l’artiste à un journaliste qui l’interrogeait sur l’origine du titre de son album.


5_574_02


Un album aux textes travaillés qui évoquent l’amour et la vie d’artiste


Dans le titre Nuit 17 à 52, la chanteuse évoque encore le thème de la solitude mais par le biais, cette fois-ci, de la rupture amoureuse. Cette chanson a été interprétée de façon remarquée lors des Victoires de la Musique 2014. Le texte est particulièrement conforme à ce que l’artiste affectionne : les phrases polysémiques et les sous-entendus y abondent. L’auteure-compositrice-interprète comptabilise les nuits passées par un couple jusqu’à l’ultime soirée qui marquera leur séparation :


Je crois que l’ombre lutte contre l’oubli/Et je hais, hais, hais déjà/La triste nuit 53




2_640


L’opus éponyme Christine revêt un caractère énigmatique. Il est malaisé de l’interpréter car on ne sait pas avec certitude si l’artiste nous parle du personnage qu’elle a créé ou de sa véritable personnalité. Nous savons, par son apparence androgyne assumée, qu’elle adore tout ce qui est ambigu ! Quoi qu’il en soit, l’impatience, la fierté et une grande sensibilité semblent être, en somme, les substantifs qui décrivent le mieux son caractère :


Je commence les livres par la fin/Et j’ai le menton haut pour un rien(…)/Mes absences, c’est du sentiment


Certaines phrases évoquent sans doute le rapport aux journalistes et les dizaines d’interviews que la chanteuse doit accepter depuis qu’elle est devenue une icône de la chanson.


Il sourient rouge et me parlent gris/Je fais semblant d’avoir tout compris


La « reine Christine » (comme certains médias l’ont surnommée) doit admettre qu’il faut parfois protéger sa vie privée des médias intrusifs. Le paradoxe est que tous les artistes de notre époque doivent beaucoup à internet et aux réseaux sociaux pour promouvoir et diffuser leurs œuvres.


J’fais tout mon make-up au mercurochrome/Contre les pop-up qui m’assurent le trône



Des influences musicales à la fois traditionnelles et modernes


Fan de Michael Jackson, admiratrice de Kate Bush et de Gainsbourg, Christine and the Queens possède des influences musicales pour le moins variées. Parmi celles-ci, nous pourrions citer William Sheller ou Christophe. Christine and the Queens nous propose d’ailleurs une remarquable reprise des Paradis Perdus.


Dans ma veste de soie rose/Je déambule morose/Le crépuscule est grandiose


La chanteuse accomplit la gageure de parvenir à transfigurer le morceau sans en altérer  l’authenticité.


Par sa modernité, sa couleur musicale unique, sa sobriété ainsi que par les chorégraphies remarquables de ses clips, Chaleur humaine est donc un premier album particulièrement réussi que nous vous invitons à découvrir ou à réécouter au plus vite.


queen_540


 


© Jean-Luc Pichon – Centre International d'Antibes


 


Saint-Claude
https://www.youtube.com/watch?v=ZzFYmz2lfT4&list=RDZzFYmz2lfT4


Nuit 17 à 52
https://www.youtube.com/watch?v=FONX8V7qZlw


Christine
https://www.youtube.com/watch?v=rs40yxHjTxQ


Les Paradis perdus
https://www.youtube.com/watch?v=w4YGwMdfEyI