A bouche que veux-tu  
 

brigitte_900Les filles du groupe Brigitte (Sylvie Hoarau et Aurélie Saada) commençaient à nous manquer, disent ceux qui ont aimé leurs tubes : Oh La La (juin 2010) ou Battez-vous de leur excellent premier album, Et vous, tu m’aimes ? sorti en avril 2011 et certifié double disque de platine avec plus de 200 000 exemplaires vendus en France. Elles pousuivent leur lancée avec Encore en 2012 composé essentiellement de reprises telles que The Bay (Metronomy), Allumer le feu (Johnny Hallyday) ou I Want Your Sex (George Michael) et d'une chanson originale inédite : La Poudrière. Elles ravivent la scène musicale non seulement par leurs ingénieuses reprises et leurs captivantes voix mais par leur réel talent d'auteur puisqu'elles composent tous leurs morceaux. Depuis, elles avaient enchaîné des concerts à travers l’Europe, l’Asie du Sud, le Moyen-Orient, laissant languir leur public français.


La surprise avec cet album, c’est aussi leur look, puisque Sylvie Hoarau a quitté ses lunettes et Aurélie Saada son look bohème. L’une et l’autre se confondent désormais avec le port de perruques identiques, devenant un duo gémellaire proche de la scène phare Des demoiselles de Rochefort de Jacques DemyCatherine Deneuve et sa sœur Françoise Dorléac chantaient en robes brigitte_romeo_c_dimitricoste_500longues à paillettes. Leur style et leur voix ressemblent aussi parfois à celui de Grace Jones interprétant  La Vie en rose . Elles soulèvent pour chacun de nous des clins d’œil divers tant à la musique qu’au cinéma. Bien entendu, la chanson phare de ce disque, A bouche que veux-tu, est l’elixir du moment, diffusé en boucle sur les radios, et dont la vidéo est en parfait accord avec leur style. J’ sais pas très suggestive répond volontiers à  A bouche que veux-tu , car la rythmique occupe aussi une place prépondérante. Les phrases « J’ai chaud » et « J’ai peur » scandées dans un murmure deviennent presque obsédantes donnant ainsi un climat envoûtant et sensuel à cette chanson. L’échappée belle, avec sa grosse rythmique, parle d’une rencontre sans lendemain où, loin de l’ordinaire et de ses contraintes, on peut tout oser. L’écriture de ce texte est travaillée habilement pour montrer progressivement l’abandon vers cet inconnu car les jours pétillent comme du soda/ L'inconnu m’électrise/ Seule dans cette vie à la Polka Diurne, je cicatrise. Et le refrain souligne ce désir : Vous semblez si fort, moi si fragile entre chien et loup/ Une folle envie animale de me blottir contre vous. Le titre Plurielle est dans cette veine évoquant qu’il faut s’offrir l’infini des possibles dans une ambiance reggae étonnante. Leurs voix se font plus langoureuses jouant avec le texte et les notes, dessinant aussi un portrait de femme qui vit avec plusieurs visages :


Entre les deux mon cœur balance


La fragile, la délinquante


L'ambitieuse, la battante


L’insoumise, l'obéissante


L’extravagante
Je n'ai pas de chapelle
Je veux tout et son contraire
Je suis plurielle


La femme et la mère.
Côté humour, Oh Clarlie chéri est bien construite, animée par des paroles au premier degré qui dressent le portrait d’un mâle séducteur que toutes les jupes du quartier attendent. Certaines phrases rappellent les paroles de la chanson emblématique de Marilyn Monroe My heart belongs to Daddy, relevant le trait du glamour et surtout de l’humour :


Ton indifférence si sexy
Oh Charlie chéri
T'es beau comme je rougis
My heart belongs to Charlie
.


Côté mélancolie, Le déclin annonce la nostalgie que provoque toute rupture, combinant le passé et le présent avec une musique plus discrète et évoquant les pensées qui traversent une femme quand l’amour meurt :


Te souviens-tu comme on se trouvait jolis,


Il y a l’amour et puis il y a la vie,


Son plus grand ennemi.


Pour les autres surprises, il est temps d’aller écouter cet album qui apporte un souffle nouveau à la scène française qui manquait en « dessous chics » nous dirait Serge Gainsbourg, et qui travaille à ravir la pop y mêlant diverses tendances musicales, comme la chanson Hier encore aux sonorités plus arabisantes. Deux chanteuses exquises s’amusant avec le registre sexy et glamour, sans se prendre au sérieux, et déclarant volontiers :  On a envie d’être sur scène et que les hommes soient à nos pieds. C’est vraiment ce qu’il fallait oser pour compléter le surprenant et talentueux tableau qui existe déjà avec Nolwenn Leroy, Olivia Ruiz, La Grande Sophie, Zaz ou encore Christine and the Queens.


 


©Muriel NAVARRO - Centre International d’Antibes


 


Pour les voir en pleine création découvrez leur making off


Leur vidéo de A bouche que veux-tu


Leur surprenante reprise de Ma Benz de NTM