Fête de la Musique  
 







Cette année, pour sa trente-troisième édition, ce moment festif aura pour thème central les Musiques Urbaines.




fetemusi_632_01


Une fête qui cherche à mettre la musique à la portée de tous


La Fête de la Musique a été créée le 21 juin 1982 par le Ministère de la Culture. Le Ministre de l’époque, Jack Lang, joua un rôle jacklang_600déterminant dans son lancement officiel. Maurice Fleuret, le Directeur de la Musique et de la Danse du Ministère de la Culture d’alors, soutint le aff85_369_01principe d’une participation active des citoyens à la pratique musicale dans son ensemble, tout en évitant une trop grande technicité. Il faut montrer que la France est musicienne avant d’être mélomane, aimait-il répéter.


Jack Lang et Maurice Fleuret étaient partis  d’un constat simple : en France, la musique est partout et le concert nulle part.  L’Hexagone, il est vrai, comptait plus de 5 millions de musiciens amateurs mais il n’existait pas de grand rassemblement populaire capable de se substituer aux traditionnels concerts, à la fois élitistes et peu nombreux.


Les objectifs de cette manifestation sont, bien entendu, de promouvoir la « musique vivante », de souligner la diversité des pratiques musicales mais aussi d’ « inciter » et de « sensibiliser » la population à l’expression musicale. Évidemment, cette volonté de démocratisation et de rassemblement populaire repose sur le principe de gratuité des spectacles.


Une manifestation qui a pris une dimension internationale

La simple « idée de potache », pour reprendre le mot de Jack Lang, ne va pas se cantonner aux frontières de la France. À partir de 1985, la Fête de la Musique prend une dimension internationale. C’est ainsi qu’en 2011, on estime que 110 pays dans le monde consacrent une journée à cette célébration musicale. C’est pourquoi, dans beaucoup de nations, on peut lire le slogan Make Music !


Aujourd’hui, près de 340 villes dans le monde participent à la Fête de la Musique. On peut citer des agglomérations telles que Mexico, Budapest, Istanbul, Prague, Liverpool ou encore Beyrouth. Parmi les pays qui organisent régulièrement des manifestations figurent l’Équateur, le Pérou, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, la Russie, la Chine, etc.


Festa della Musica en Italie, Fiesta de la Música en Espagne, Dünya Müzik Günü en Turquie, ou encore Święto Muzyki en Pologne, ce rassemblement festif dépasse largement les frontières de l’Etat qui l’a vu naître.


fete1_640


Les musiques urbaines à l’honneur cette année



En 2013, le Ministère de la Culture avait choisi de consacrer la trente-deuxième édition à La Voix sous toutes ses formes (chant lyrique, chorale, polyphonies,…). Cette année-là, commémoration des 50 ans de la disparition d’Edith Piaf oblige, un fervent hommage fut rendu à cette voix d’exception  de la chanson française.


fete2_800


En 2014, c’est au tour des musiques urbaines : ce terme englobe des styles musicaux divers tels que le Hip Hop, le Rap, la Techno, la House ou encore le Ragga ou la Soul. Cette diversité musicale se présente comme une sorte de contre-culture qui veut prendre le contre-pied d’un savoir qui serait la propriété exclusive d’un petit monde d’initiés.


Le concept de Musiques Urbaines correspond bien à la philosophie de la Fête de la Musique : L’Urban Music est étroitement liée aux notions de métissage culturel et de démocratisation de l’expression musicale. Ce style artistique n’est pas réservé à des spécialistes, il n’exclut  pas l’improvisation et défend la spontanéité, il exprime les joies et les peines de la vie quotidienne et son terrain favori d’expression est le monde urbain. Tous les 21 juin, c’est dans la rue que les habitants de toutes les appartenances sociales descendent pour célébrer la musique sous tous ses aspects. Ces notions de partage, de brassage social et d’interactivité revêtent un aspect essentiel dans une société qui se veut plus juste et plus égalitaire.


La chanson française toujours en bonne place


On ne répétera jamais assez que la chanson française doit beaucoup à l’influence des musiques urbaines. Cette année, la cérémonie des Victoires de la Musique a consacré les artistes du groupe de Rap français 1995 et son album  Paris Sud minute. Parmi les nommés, on pouvait trouver  Grand Corps Malade avec son album studio Funambule. Maître Gims,  ancien membre du groupe Sexion d’Assaut, était le troisième prétendant pour son recueil de titres Subliminal. Cet album, rapidement écoulé à 450 000 exemplaires, comporte des titres tels que le fameux Bella.


paris_sud_minute_750


Manifestation culturelle populaire par excellence, la Fête de la Musique contribue à mieux faire connaître les chanteurs français à l’étranger. Bon nombre d’artistes francophones ont confirmé leur talent depuis le début de l’année 2014 et certains ont des styles musicaux directement inspirés des musiques urbaines.


compo1_1250


Parmi ces artistes, on peut citer le chanteur belge Stromae qui, rappelons-le, est toujours influencé par le Hip-Hop et les musiques électroniques (à ses débuts, il faisait partie du groupe de Rap Suspicion et participa à la Hip-Hop Family en 2006). On connaît le succès de l’album Racine Carrée et ses tubes tels que Papaoutai, Formidable et Tous les Mêmes.


Cette 33ème édition, en raison de sa thématique et de son succès sans cesse croissant en France comme à l’international, promet d’être l’évènement musical populaire de l’année. Manifestations artistiques accessibles à tous par excellence, les Musiques Urbaines contribueront à préserver son aspect festif et convivial !


fete3_600



© Jean-Luc Pichon
- Centre International d'Antibes



Pour de plus amples informations, quelques sites utiles :


www.fetedelamusique.culture.fr
www.diplomatie.gouv.fr
www.institutfrancais.com
www.fondation-alliancefr.org
www.francodiff.org/fr