Ici-bas, Ici même  
 

Un album épuré au contenu apaisant



miossec_icibasicimeme_cover_800À ses débuts, le ton était plutôt rageur et subversif. On se souvient des chansons composées avec Bruno Jouan dans l’album Boire en 1995. Le nouvel opus de Miossec est résolument plus intimiste. Le titre de l’album peut d’abord nous sembler énigmatique. Quand nous évoquons l’expression ici–bas, c’est en référence au monde matériel, à notre bas monde, à notre vie sur terre par opposition à un hypothétique au-delà. Miossec ne manque pas de nous éclairer sur ce point : C’est une déclaration un peu unique de quelqu’un d’athée, une chanson religieuse qui ne croit pas en la religion. Autrement dit, on pourrait penser que l’artiste doit avoir la foi mais qu’il doit croire avant tout en l’Homme et ce, même si cette créature est soumise aux assauts du temps.


Le titre qui ouvre l’album nous renvoie au thème de la fuite du temps. Dans la chanson, On vient à peine de commencer , l’artiste brestois nous rappelle notre condition de pauvres mortels impuissants face à un temps qui s’écoule rapidement et inexorablement :


La vie elle a passé


Et on l’a comme pas bien vue


Les années ont filé


Beaucoup plus vite que prévu



Seuls les artistes pourraient constituer un salut possible face à cette situation d’urgence :


C’est pas fini


On vient à peine de commencer


On peut encore se raccrocher à la poésie.


miossec1__c__alban_grosdidier_932630825_north_607x_607



Un album qui conjugue à la fois lucidité et sensibilité


Il y a, dans les chansons de Miossec, une lucidité qui ne sombre jamais dans le pessimisme. Âgé de 49 ans, l’artiste a « vécu », comme on dit communément. Il a beaucoup voyagé et a connu les affres de la maladie et de l’alcoolisme (le chanteur est atteint d’une maladie neuro-musculaire, l’ataxie, et a longtemps souffert d’une dépendance à la boisson). Dans le titre intitulé Samedi soir au Vauban, il nous fait comprendre que les effets du temps sont une réalité à laquelle personne n’échappe mais que ce constat ne doit pas nous empêcher d’aimer et d’être aimé. Dans cette chanson, il évoque son visage…


Ce serait quand même bien dommage


Qu’il ne soit plus jamais caressé


Même s’il a connu des carambolages


Et qu’il en est sorti cabossé.


miossec-chanteur-pas-ordinaire_article_landscape_pm_v8_940


Il nous faut trouver dans la vie plus qu’un simple « cavalier » ou un « partenaire ». L’Amour, le vrai, peut seul nous faire échapper à la tristesse de notre condition. C’est précisément le thème du titre Qui nous aime :


Qui nous aime


Ici- bas


Ici même ?


Qui nous aime


Qui nous lave de nos peines ?



Autrui peut être également le confident auquel nous avouons nos débordements et nos frasques. Bête comme j’étais avant, composée avec la collaboration de Stephan Eicher, nous rappelle cette importance eicher01_350_01de l’amitié :


Je t'écris ces quelques mots


Mais faut pas que tu t'inquiètes


Il n'y en aura pas trop


C'est juste pour te dire que je regrette


D'avoir fait mon numéro


D'avoir hier soir gâché la fête


Notre finitude se manifeste dans le fait que nous ne pouvons rien faire face aux tracas quotidiens. Nos ennuis ont beau se répéter, nous ne pouvons les éviter. Mais il ne s’ensuit pas que nous devions sombrer dans le pessimisme : il en faudrait davantage pour nous anéantir.


Un album qui nous donne une leçon de courage et d’optimisme



Ce qui nous atteint est une chanson de l’album qui reprend cette thématique :


Ce qui nous arrive


Ne dépend plus vraiment de moi


Ce qui nous atteint


Etait dans l’air depuis des mois


Ce qui se passe


C'est que l'histoire bégaye déjà


Ce qui se passe


C’est qu’on en est toujours bel et bien là

On l’a bien compris : cet album est l’œuvre d’un écorché vif qui parle de ses doutes et de ses souffrances. Il émane pourtant de ces chansons un mélange de sérénité, de plénitude et de simplicité. Par son aspect cathartique (la couverture de l’album fait référence au symbolisme de l’eau, à la fois purificatrice et régénératrice), Ici-bas, Ici même est un message de vie et d’espérance. Un album salué par la critique que nous vous invitons à découvrir sans plus attendre.


 


miossec-les-peines-perdues_article_landscape_pm_v8_940



MIOSSEC - On vient à peine de commencer
www.youtube.com/watch?v=as1vAIqcqAk


MIOSSEC Samedi Soir Au Vauban au Printemps de Bourges
www.youtube.com/watch?v=az9pZeg_Qhc


MIOSSEC Qui nous aime ? La Cigale . Paris, le 22/04/2014
www.youtube.com/watch?v=IL73XlfY9QA


 


© Jean-Luc Pichon - Centre International d’Antibes