Le mois de mai : une longue histoire, des fleurs et une particularité niçoise  
 

Origine du mot

la-nymphe-maia_540Dans la mythologie grecque, la déesse Maïa incarnant le printemps est la fille de Faunus, le dieu de la fécondité des troupeaux et des champs, et l’épouse de Vulcain, le dieu du feu. Le nom signifie littéralement, en grec, « petite mère », un terme affectueux donné à la grand-mère, la nourrice ou la sage-femme. Les Romains fêtaient la déesse le cinquième mois du calendrier grégorien et auraient adopté son nom pour le désigner, à moins qu’ils aient consacré ce mois aux anciens, le mot dérivant alors de « majores » (hommes âgés, sénateurs).


L’origine du mot mai n’est donc pas très nettement établie, les deux interprétations paraissent toutefois plausibles, dans un cas (honneur au printemps) comme dans l’autre (honneur aux élus). En tout état de cause, il s’agit toujours de renouvellement !


La fête du 1er mai : une double origine


La première remonte au Moyen-Age. Originaire du Japon, cette plante à clochettes est présente en Europe depuis cette période. Elle muguet-je-porte-bonheur_900_01symbolisait le printemps, et les Celtes lui prêtaient des vertus porte-bonheur. Dès le XVIème siècle, le roi Charles IX officialisait les choses en offrant chaque année un brin de muguet aux dames de la Cour. La tradition était en marche ! Longtemps furent aussi organisés en Europe « les bals du muguet », le seul bal où les parents n’avaient pas le droit de cité. Au XIXème siècle, article_parispremiermai2_590même les couturiers en offraient 3 brins à leurs ouvrières et petites-mains !


Ce n’est qu’en 1907 que le muguet du 1er mai sera associé à la fête du travail2 : les manifestants le porteront à la boutonnière en commémoration des mouvements ouvriers de Chicago de 1886 réclamant que la journée de travail passe à 8 heures. Est-il besoin de rappeler que cinq d’entre eux seront condamnés à mort et exécutés. C’est en avril 1947 que le gouvernement issu de la Libération fera de ce 1er mai un jour férié, chômé et payé. Il fait, par ailleurs, l’objet d’une règlementation  : dans les cas particuliers où le travail est autorisé (comme, par exemple, les hôpitaux), les salariés qui travaillent perçoivent une rémunération doublée obligatoire. Aujourd’hui, la tradition est maintenue : le muguet se vend librement à tous les coins de rue ce jour-là et nombreux sont ceux et celles qui l’offrent en gage d’amitié et de porte-bonheur.


Le 8 mai et le jeudi de l’Ascension


Ce sont des jours fériés ordinaires : ils ne sont pas nécessairement chômés et le salarié qui travaille (à défaut de dispositions particulières résultant de la convention collective ou du contrat) n’a droit qu’à son salaire habituel.


8_mai_755


Le jour férié du 8 mai a une histoire pleine de rebondissements. Le 8 mai 1945 marque la fin de la Seconde guerre mondiale pour l’Europe. A l’origine, ce jour commémoratif n’avait pas de caractère férié. Il ne sera déclaré tel qu’en 1953 mais non chômé. Il faudra attendre 1981 et une loi qui rétablissait le 8 mai comme commémoration nationale pour qu’il soit férié et chômé. Il en est ainsi aujourd’hui où les Monuments aux morts sont officiellement fleuris.3


L’Ascension est l’une des principales fêtes chrétiennes qui célèbre l’élévation au ciel de Jésus Christ ressuscité. Elle a lieu quarante jours après Pâques, ce qui explique qu’elle tombe toujours un jeudi. En France, elle est devenue une fête d’obligation, au même titre que Noël, lors de la signature du Concordat entre Napoléon Bonaparte et le pape Pie VII, le 16 juillet 18014. Le texte définissant le catholicisme comme religion de la grande majorité des Français. Fête d’obligation, donc jour chômé, qui n’est pas pour déplaire même aux non-croyants !


Le mois de Marie


Toujours dans le registre chrétien, on aurait choisi le mois de mai pour fêter la Vierge Marie (peut-être parce que ce mois était considéré dans l’Antiquité comme défavorable au mariage). Les Romains évitaient de se marier en mai car c’était aussi celui des esprits malins et force est de constater que s’est transmise cette superstition au vu des dictons qui sont encore de mise dans certaines régions de France : Mariages de mai ne fleurissent jamais ou encore : Si le dicton dit vrai, méchante femme s’épouse en mai. Dans la réalité historique, c’est au début du XVIIIème siècle que la dévotion de Marie est apparue à Rome, sous l’influence des jésuites,  approuvée au début du XIXème siècle par le pape Pie VII, précédemment cité.


Les saints de glace


affiche-saints-glace-2012_856Située, selon les croyances populaires européennes, autour de saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais5, respectivement les 11, 12 et 13 mai, cette période climatique demeure un marqueur pour les jardiniers et les agriculteurs. Ce sont les derniers gels avant lesquels on évite de semer. Bien qu’aléatoires  à cause des variations locales et du réchauffement, la popularité des saints de glace est encore vivace dans les zones rurales, de nombreux dictons en attestent, qu’on peut encore entendre. Le plus connu de tous et le plus redouté des jardiniers : Saints Mamert, Pancrace et Servais sont toujours des saints de glace.


La rose de mai ou la rose de Grasse


Du côté de Grasse, capitale de la parfumerie, une variété de rose est récoltée quelques semainesrosa_centifolia_677 seulement en mai. Cette fleur est très recherchée par les parfumeurs, elle est en quelque sorte leur Graal. Ce rosier hybride aurait été créé vers la fin du XVIIème siècle en Hollande. Le Centifolia (cent feuilles), doit son nom aux nombreux pétales qui constituent ses fleurs très parfumées.


L’arbre de mai


Dans le centre de la France et dans une grande partie du monde occitan, du Limousin au Val d’Aoste, on a coutume de planter un arbre décoré d’un drapeau tricolore devant la maison du nouvel élu qu’on veut honorer. L’élu, en remerciement, doit régaler généreusement ses électeurs !


arbre-mai_350D’où viennent donc ces « mais » aux élus6 ? Des arbres de la liberté peut-être, mais plus vraisemblablement des « mais », symbole de la franchise populaire dans la tradition agraire : l’arbre consacre et renouvelle le pacte entre la nature et les hommes… Voici le mois de may/Que tout se renouvelle, la végétation, l’amour, le pouvoir. Aux élus de se montrer dignes de cette marque honorifique !


Est-ce par référence à ce « renouvellement » que le mois de mai est aussi, de longue date, le mois des élections présidentielles et qu’il a été le mois d’une explosion de la contestation en 1968 ?


Une leçon à méditer !


La fête des mai à Nice


Au temps des Romains déjà, on célébrait à Nice (Cemelenum, quartier de Cimiezfete-des-mai_542 aujourd’hui) le renouveau de la nature en plantant dans un temple un « mai » (un grand pin) que l’on décorait de fleurs et de lauriers. Au fil des siècles, la coutume devint le vira lou mai, littéralement : tourner autour des mai. On les dressait dans les endroits symboliques du Vieux-Nice, on se régalait de spécialités gourmandes et on jouait au pilou.


Aujourd’hui, la tradition perdure et on est retourné aux origines de la fête des mai puisque le festin se déroule au beau milieu des oliviers centenaires des Jardins de Cimiez, construits sur les ruines de l’ancienne cité romaine, Cemelenum, à deux pas du Monastère de Cimiez et du musée Matisse.


Alors, du 1er mai au 25 mai, venez fêter le printemps tous les dimanches, si le cœur vous en dit, dans les Jardins de Cimiez ! Vous y découvrirez des jeux, danses, dégustations, théâtre, dans la plus grande tradition niçoise !


Décidément, ce mois de mai est bien joli !


 


©Sylviane COLOMER - Centre International d’Antibes

1 Apollinaire, poète français du début du XXème siècle. Les vers cités sont tirés d’un poème, mai, des Rhénanes publiées en 1913 dans le célèbre recueil, Alcools.


2 En 1889, le congrès de la IIème Internationale des partis socialistes et ouvriers, réuni à Paris, décide d’organiser à date fixe, à partir du 1er mai 1890, une manifestation internationale des travailleurs. Il restera un jour non chômé jusqu’en 1947.


3 Les monuments aux morts (pour la France) sont aussi fleuris en commémoration de l’Armistice de la Première guerre mondiale en 1918.


4 De nombreux pays européens fêtent l’Ascension, comme l’Allemagne et d’autres pays du nord de l’Europe. L’Espagne, pourtant catholique, n’en fait pas un jour férié.


5 Saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, réputés pour leurs coups de gel légendaires, ont été remplacés respectivement par Sainte Estelle, saint Achille et sainte Rolande sur nos calendriers actuels.


6 L’arbre, le pouvoir et la vie de Marie-France Houdart, éd. Maïade

Chez nous le mois de mai c'est aussi, le Festival de Cannes et le Grand prix de Monaco.


Le grand prix de Monaco