Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France  
 

Mais qui sont donc ces étrangers, et comment les auteurs de ce Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France dirigés par Pascal Ory, professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne, ont-ils fait leurs choix?


Outre la pratique de la langue française, ils s'en sont tenus à un critère juridique simple pour éviter toute subjectivité : "être né sous statut étranger", que ce soit en territoire français ou non1, qu'on le soit resté ensuite (comme Pablo Picasso), qu'on ait obtenu sa naturalisation ( comme Yves Montand), qu'on l'ait abandonnée  (comme Igor Stravinsky). L'historien et maître d'oeuvre, qui enseigne également à l'Ecole des hautes valls-dico_660_01études en sciences sociales (EHESS) ainsi qu'à Sciences-Po Paris, apporte avec recul -30 ans de recherches- et sobriété - le parti pris du dictionnaire- un éclairage salutaire sur l'histoire de la France depuis la Révolution2. C'est en visitant le Musée de l'immigration sur Ellis Island, nous apprend-il, qu'est née l'idée de donner corps à cette mémoire des immigrants français.


Pour Pascal Ory, il n'est pas question d'interpréter l'histoire de ces migrants mais de dresser un constat réel. Il s'agit de faits, de biographies, de destins, qui ne peuvent être ni déformés ni détournés. Et que des baron Bich (le créateur du stylo Bic), Frédéric Chopin, Picasso ou Guillaume Apollinaire n'aient pas été intégrés à la France aurait manqué à son rayonnement. C'est bien là le vrai message de l'historien.


La difficulté à s'intégrer n'est pas absente non plus de l'ouvrage et représente elle aussi un fait bien réel. L'exemple le plus probant nous est donné avec la biographie d'Henri Bergson, cet éminent philosophe français, prix Nobel en 1927, qui a dû batailler pour faire sa place et se faire reconnaître dans son pays d'adoption.


bich-chopin-appol-pica_736


Du point de vue symbolique, que dire de l'extraordinaire intégration de René Goscinny1, fils d'immigrés juifs polonais, et Albert Uderzo, issu de l'immigration italienne, ces pères d'Astérix, l'incarnation de l'esprit gaulois, donc français.


asterix5_533


Aux côtés de ces 1120 notices individuelles, figurent des notices collectives. Il y est fait référence à ces migrants inconnus qui ont, eux aussi, contribué à faire la France : des ingénieurs britanniques dans le lancement de la révolution industrielle française du XIXème siècle ou celle des Italiens à la fois collectivement dans l'industrialisation du XXème siècle et individuellement dans les arts du spectacle à la même période, des dockers sénégalais à Marseille après la Seconde Guerre mondiale, des manouches également dont le rôle dans la diffusion du cinématographe n'est pas des moindres.


Des notices portant sur les communautés africaines subsahariennes, algériennes, allemandes - pour ne citer que le début d'un ordre alphabétique qui se termine avec les Yougoslaves- viennent s'ajouter et font de ce Dictionnaire un monument sans équivalent élevé en hommage à tous ceux qui, du mineur de fond au Prix Nobel de physique, ont contribué (...) "à faire la France" et écrit des pages essentielles de son histoire.


Beaucoup à apprendre avec ce dictionnaire, beaucoup de surprises aussi! Merci à Pascal Ory et à Marie-Claude Blanc-Chaléard, et aux auteurs (plus de soixante) qui ont collaboré, à leurs côtés, à cette belle entreprise.


 


© Sylviane COLOMER – Centre International d’Antibes

 


1- Se trouvent ainsi exclus les Français nés à l'étranger, dans les colonies ou départements comme l'Algérie, les descendants d'immigrés et les binationaux. On ne trouvera donc ni Nicolas Sarkozy, ni Zinedine Zidane, ni René Goscinny pour ne citer que les personnalités les plus en vue.


2- La Révolution française et plus exactement l'autoproclamation de la Nation française lors de l'Assemblée nationale du 17 juin 1789.