Les festivals de musique de la Côte d'Azur  
 

En France 841 festivals ont été recensés en 2011 qui représentent 15,6% des droits d'auteur perçus au titre du spectacle vivant soit 12 000 000 d'euros. Parmi ces festivals, 171 soit 20% sont du Jazz et des musiques improvisées. C'est le deuxième genre représenté après les musiques amplifiées (250 festivals soit 30% du total). Par région, Provence Alpes Côte d'Azur est la première pour le nombre de festivals et les droits d'auteur perçus. Le festival de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins (Alpes Maritimes) est ainsi le plus ancien de France.


Nuits du Sud, a ouvert son premier festival en 2008 avec un statut d'association, ce festival de musiques du monde a lieu à Vence de la mi-juillet à début août, avec des concerts chaque week-end. Son but est de favoriser la rencontre de jeunes talents logonds2013jpg-byjy_800_01avec le public tout en offrant un éventail d'artistes connus. Il reste raisonnable quant au prix des places, ce qui permet de pouvoir participer à  différents concerts en un soir. Cette année, il se déroule du 12 juillet au 10 août. Il accueille notamment comme chanteurs français : La grande Sophie (La place du fantôme 2012, Des vagues et des ruisseaux 2009, Le Porte-bonheur 2001, Rachid Taha (Zoom 2013, Made in Medina 2000, Carte blanche 1997), Cali (Vernet les bains 2012, Elle m'a dit 2004, L'amour parfait 2003


Le Nice Jazz Festival, appelé à l'origine Le festival du jazz, est un festival de musique organisé à Nice en France une première fois en 1948, puis annuellement depuis 1971. Il est parfois considéré comme « le premier festival de jazz à avoir acquis une importance internationale ».


La première édition du festival international de jazz de Nice, organisée par Jacques Hebey (co-créateur en 1960 njf2013_380de Jazz à Juan) sous la direction artistique d'Hugues Panassié, président du Hot Club de France, a lieu le 25 février 1948. Louis Armstrong et son groupe The All Stars et Django Reinhardt sont les vedettes principales. Le festival se déroule à l'opéra de Nice, et au casino municipal de la place Masséna. C'est pendant cette première édition que Suzy Delair chante pour la première fois la chanson C'est si bon dans un cabaret. Le festival ne reprendra qu'en 1971, organisé par la ville de Nice dans le jardin Albert 1er au Théâtre de verdure, suite à la suspension du festival de jazz d'Antibes - Juan-Les-Pins.


1974-1979 : La Grande Parade du Jazz


En 1974, l'organisation du festival est confiée au producteur américain George Wein, aux côtés de Jean-Louis et Simone Ginibre. Le festival est rebaptisé Grande Parade du Jazz, et s'installe aux arènes de Cimiez sur les hauteurs de Nice, lieu particulièrement propice à ce type de festivités. Les concerts ont lieu simultanément sur trois scènes (les arènes, Matisse, les jardins) autour d'un grand parc d'oliviers où chacun peut se restaurer dans des échoppes conviviales. Ce site permet ainsi aux organisateurs d'accueillir plusieurs styles de musique (bop, blues, jazz fusion, new Orleans, etc.), avec différentes générations de musiciens, des artistes locaux et des stars internationales. Les spectateurs, circulent d'une scène à l'autre en fonction des programmes, qui changent toutes les heures ; profitant des jardins et de leur atmosphère chaleureuse. Les rues de Nice participent également à la fête avec chaque jour des parades et des concerts improvisés. Les musiciens se retrouvent le soir à l'hôtel Beach Regency où le spectacle se prolonge en jam sessions tard dans la nuit. La notoriété de la Grande Parade du Jazz se développe encore avec les enregistrements de Jean-Christophe Averty diffusés à la télévision. La Grande Parade du Jazz reste pour les amateurs l'âge d'or du festival.


1980-1993 : JVC Nice Jazz Festival


Avec l'arrivée du mécénat, le festival devient en 1980 JVC Grande Parade du Jazz puis JVC Nice Jazz Festival en 1992. JVC est alors partenaire de plusieurs grands festivals de jazz à travers le monde, dont celui de Newport ou de Londres. L'augmentation de la fréquentation et les enjeux financiers nécessitent l'ouverture de la programmation à d'autres courants musicaux : world music, reggae, rock, toujours aux côtés de grandes figures du jazz et du blues.


Depuis 1994 : Nice Jazz Festival


Depuis 1974, le Nice Jazz festival se déroulait de 19 heures à 0 h 30 tous les ans au mois de juillet durant huit jours, puis il est réduit à seulement 5 jours en 2011. Sa fréquentation est d'environ 45 000 spectateurs par an, 2001 ayant vu un record de fréquentation avec 55 000 entrées. Depuis 1994, ce festival est de moins en moins marquée jazz (Leonard Cohen, Maxime Le Forestier, Julien Doré, Phil Collins, Jacques Higelin, Earth, Wind and Fire…), plus éclectique pour répondre aux goûts variés du public selon les organisateurs, et attirer un plus grand nombre de spectateurs. En 2011, la programmation revient nettement au jazz et à ses proches courants.


Le Festival de Jazz d'Antibes Juan-les-Pins, créé le 7 juillet 1960 par Jacques Souplet en collaboration avec Jacques Hebey, est le premier festival de jazz organisé en Europe. En 1960, les États-Unis, berceau du Jazz, sont les invités d'honneur du festival de jazz 15414-2_350_01d'Antibes. Participent à cette première édition l'orchestre de Wilbur De Paris avec le bassiste Charlie Mingus, Bud Powell, Dizzy Gillespie ou encore Sister Rosetta Tharpe. Le festival se déroule sur neuf soirées. Le programme comporte la "Grande finale du tournoi de jazz 1960" organisée par l'ORTF qui se déroule la veille de l'inauguration. Durant le festival, les musiciens en compétition doivent se produire en deux lieux différents : dans l'enceinte du stade Fort Carré d'Antibes et dans la Pinède Gould. Mais dès la prestation du 10 juillet 1960 donnée en hommage à Sidney Bechet dans la Pinède, les organisateurs comme les musiciens privilégient ce site. Suite au succès remporté par la première édition de 1960, le Festival d'Antibes est reconduit tous les ans. La manifestation connaît une récession en 1971 et 1972, période durant laquelle la ville de Nice en reprend l'organisation. En 1973, le festival est relancé à Juan-les-Pins par le producteur Norbert Gamsohn, son nouveau directeur artistique, et va progressivement acquérir une notoriété internationale. Norbert Gamsohn y programme les plus grands noms mais apporte une ouverture de style qui fait la différence avec tous les autres festivals, permettant ainsi à de jeunes artistes et à de nouvelles musiques de s'exprimer. Il inaugure également la retransmission des concerts à la télévision, auxquels Jean-Christophe Averty participe activement et dont la diffusion connaît un réel succès.


De 1960 à 1990, se succèdent notamment Louis Armstrong, 350px-maitres_jazz_classique_354Ray Charles, Count Basie, Dee Dee Bridgewater, John Coltrane, Miles Davis, Dizzy Gillespie, Nina Simone, Ella Fitzgerald. Jusqu'en 1996, le festival souhaitant immortaliser ses légendes, des moules sont constitués à chaque passage des artistes : un dessin de Claude Nougaro gravé dans l'argile, les empreintes des mains de Ray Charles, Sonny Rollins, Oscar Peterson, Roy Haynes, George Benson, Keith Jarrett, Elvin Jones, ou encore de Michel Petrucciani. À l'origine de cette démarche, une idée de Victor Lévy-Perrault, à l'époque directeur de l'office de tourisme et directeur artistique du festival. Il est également à l'origine de celles des stars du palais des festivals de Cannes. Les artistes n'étaient pas rémunérés pour se prêter à ce jeu. Actuellement, il peut accueillir de 3000 à 6500 spectateurs. En 2010, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la manifestation, le marché d'appel d'offre de l'Office du tourisme pour l'organisation du festival retient la candidature de la Société anonyme monégasque d'entreprises de spectacles (SAMES), filiale de la Société des bains de mer de Monaco (SBM), dirigée par Jean-René Palacio.


 


©Muriel NAVARRO -Centre International d'Antibes




Pour retrouver leurs sites et découvrir leurs programmes 2013


Pour Juan les pins : lien


Pour Nice : lien


Pour Vence : lien