Rentrer au port  
 

mano_solo_rentrerVoilà que quasiment au terme de 2009, il nous livre une autre formidable œuvre où l’on retrouve à la fois des textes d’une beauté et d’une puissance auxquelles il nous avait habitués et une voix d’écorché qui tantôt clame de la pure poésie (Des années entières) tantôt oscille entre infinie tendresse et révolte (Les enfants des autres ; Partir ailleurs).

A écouter ses albums on devine une certaine filiation avec le grand Léo Férré car, outre cette comparable façon de clamer des textes puissants, Mano, tout comme lui, ne peut porter un regard sur notre société sans crier ce qui le bouleverse, on se souvient ainsi, entre autres, du poignant Habitants du feu rouge (les SDF) de l’album Dehors (2000).


Ici les chansons sont portées par cette voix ample, souvent tendue, vibrante, et une orchestration où l’accordéon de Régis Gizavo  joue les premiers rôles. Le tout créant une belle atmosphère de « blues parisien ». Les textes parfois rappellent son parcours de miraculé de la vie (Tu m’as vu) lui, qui a failli être emporté par le Sida.


Mais le titre qui ouvre l’album (J’avance) est empreint de l’optimisme de celui qui sait tout ce que le jour doit à la nuit (pour reprendre le titre de Yasmina Khadra) et qui assume cette vie de combats intimes sereinement sans se plaindre, et tant pis pour ceux qui, eux, ne cessent de le plaindre (ça scintille).


 Ecoutez l'album Rentrer au port sur Deezer, cliquez ici


MANO SOLO EST MORT
La nouvelle est tombée hier, dimanche 10 janvier. C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Mano Solo.
Lui, qui se savait en sursis et qui depuis une vingtaine d’années faisait un pied-de-nez à la mort a donc fini par être emporté.
Il était malgré tout, habité par un courage et une rage de vivre exceptionnels qu’il nous faisait partager sur scène. Ce fut le cas cette nuit d’été de 2005 à Vence lors du festival Nuits du Sud.
Tous les amoureux de la chanson française garderont en mémoire un talent, une générosité et une lucidité rares . C’est pour cela que nous l’aimions tant.


© Alexandre Garcia