Le grand prix de Monaco  
 

Histoire du Grand Prix de Formule 1 de Monaco


 


monacoposter1929_241C’est en 1929, le 14 avril à 13h30, sous la Présidence d’Honneur de S.A.S. le Prince Louis II (le grand-père du prince actuel S.A.S Le prince Albert) que le Grand Prix de Monaco est né grâce notamment au Président Anthony Noghes qui, par sa volonté et son travail, a pu organiser dans le plus petit état européen (après le Vatican) un événement de cette ampleur. Son idée soutenue par le Prince Louis II a pu être concrétisée grâce aussi au soutien du célèbre pilote monégasque, Louis Chiron.old-formule-1_341


A cette date, 16 concurrents participent à une course sur un circuit de 100 tours. Cette année-là, la vitesse moyenne horaire était de 80.194 km/h.



Aujourd’hui, le Grand prix de Monaco est connu internationalement même par les moins passionnés de sport automobile et après diverses modification sur le tracé initial (virage Sainte-Dévote, le tour du restaurant « La Rascasse »), le circuit mesure 3.367 Km. De part sa longueur, on limite le Grand Prix à 78 tours et la vitesse moyenne est de 147.312 km/h.

Le circuit
gp_monaco_450


Sa particularité est qu'il n'est pas permanent et qu'il nécessite des installations de qualité pour accueillir les coureurs. En effet, les monoplaces s'accommodent mal du contact avec les rails délimitant ce circuit difficile, installé pour l’événement au cœur de la ville.
monaco-tabac_640
Les qualifications sont toujours déterminantes, les dépassements en course étant quasi impossibles. Le nombre d'abandons restant élevé, une bonne conduite peut assurer une place dans les points.monaco_casino_729-420x0_597
Ce fut le deuxième circuit de l'histoire à être parcouru par les formules 1 en 1950 (21 mai), après Silverstone, mais il avait déjà accueilli des courses à partir de 1929. Il reste l'un des derniers "circuits d'hommes" où le talent du pilote fait encore la différence (Ayrton Senna le remporta 6 fois, dont 5 fois d'affilée entre 1989 et 1993). Le tracé, qui est resté quasi identique depuis 1950, fait 3,340 km de long. Passé la ligne, on se retrouve face au premier virage à Sainte Dévote, lieu de nombreux accrochages au départ. La piste remonte jusqu'au gauche-droite très serré du Casino et, de là, redescend jusqu'au virage à droite du Mirabeau. Elle continue ensuite jusqu'au virage Fairmont. Virage en épingle le plus lent du championnat situé au niveau de l'Hôtel Fairmont Monte-Carlo. La section Portier conduit à la mer, où la piste emprunte un tunnel pour accéder à la chicane près du port. Ensuite, le virage à gauche du Bureau de Tabac, la section de la Piscine, puis le terrible virage à droite à la Rascasse, suivi du virage Anthony Noghes, puis enfin la ligne des stands.




Les conditions du circuit





Nombre de tours : 78, Longueur du circuit : 3.340 Km
Distance de course : 260,52 Km , Soleil - Air à 24°C, piste à 35-47°C


Quelques aménagements qui ont marqué ces dernières décennies


1973, la route de la piscine a permis d´installer les stands sur le Quai,
1976, deux nouvelles chicanes sont mises en place respectivement à Ste Dévote et à la sortie de l´épingle de la Rascasse,
1986, l´élargissement du Quai des Etats-Unis favorise la création d´une nouvelle chicane,
1997, le premier "S" de la piscine est redessiné et baptisé virage "Louis Chiron",
2003, la première phase d´aménagement du circuit n´a touché uniquement que la partie sud du port. 5000 mètres carrés de terrain ont été gagnés sur la mer. Le circuit compris entre le 2nd "S" de la piscine et La Rascasse a été déplacé de 10 mètres par rapport à son emplacement initial et complètement redessiné. Mise en place d´une chicane à la sortie du 2nd virage de la piscine,
2004, la réalisation des travaux concernent le doublement de la largeur de l´esplanade accueillant la zone des stands au niveau du Boulevard Albert 1er, par la création d´un bâtiment sur l´emprise de l´ancienne piste entre la piscine et La Rascasse. De nouveaux stands représentant une surface de 250 mètres carrés seront mis à la disposition de chaque écurie.


 


Le Palmarès des 5 dernières années du Grand Prix de Monaco


mark_webber_1200Le grand gagnant de 2012 est Mark Weber ( Red Bull Racing Renault ) avec un temps de 1 :46 :06 :557 pour une moyenne de 147.312Km/h


 


 


 


 


 


 
































































































70e Grand Prix de Monaco - Dimanche 27 mai 2012 - 78 Tours



Temps



Moy. en km/h



 



Vainqueur



Mark WEBBER (Red Bull Racing-Renault)



1:46:06.557



147.312



Record du tour



 



 



-



69e Grand Prix de Monaco - Dimanche 29 mai 2011 - 78 Tours



Temps



Moy. en km/h



 



Vainqueur



Sebastian VETTEL (Red Bull Racing)



2h09'38''373



120.574



Record du tour



Mark WEBBER (Red Bull Racing)



1'16''234



-



68e Grand Prix de Monaco - Dimanche 16 mai 2010 - 78 Tours



Temps



Moy. en km/h



 



Vainqueur



Mark WEBBER (Red Bull Racing)



1h50'13''355



141.814



Record du tour



Sebastian VETTEL (Red Bull Racing)



1'15''192



-



67e Grand Prix de Monaco - Dimanche 24 mai 2009 - 78 Tours



Temps



Moy. en km/h



 



Vainqueur



Jenson BUTTON (Brawn GP Formula One Team)



1h40'44''282



155.166



Record du tour



Felipe MASSA (Ferrari)



1'15''154



-



66e Grand Prix de Monaco - Dimanche 25 mai 2008 - 76 Tours



Temps



Moy. en km/h



 



Vainqueur



HAMILTON Lewis (McLaren Mercedes)



2h00'42''742



126,170



Record du tour



RAIKKONEN Kimi (Ferrari)



1'16''689



-



 


Le prix des places et leurs tribunes


Les tarifs allant de 2700 euros pour la terrasse du Yacht package VIP. Les autres places les plus chères étant celles situées sur les terrasses VIP gold, silver et platininum. Les autres variant de 600 à 150 euros et les moins chères sur les parkings à partir de 35 euros. Il y a même des places enfants de 265 à 1 euros. Si vous êtes tentés pour 2013, les ventes sont déjà en ligne ! 
http://www.formula1-grand-prix.com/redirticket.php?idgp=15&lang=fr


 


Les Tribunes et leurs emplacements (voir plan)




. Sainte-Dévote : A1, A2, A3
. Casino : B
. Portier : C
. Quai Kennedy : Z1
. Bureau de Tabac : K
. Piscine : L, M, N, O, P
. La Rascace : T
. Anthony Noguès : V
. Quai Albert 1er : X1, X2
. Rocher : Secteur Rocher


 


informations_circuitplan_694



Les coulisses du circuit durant les qualifications



Alors qu'on attendait une Lotus, une Ferrari ou une McLaren, Nico Rosberg et sa Mercedes ont dominé le dernier entraînement samedi à Monaco, devant Felipe Massa (Ferrari) et Sebastian Vettel (Red Bull). Cinquième temps pour Romain Grosjean (Lotus). Ross Brawn et Norbert Haug, qui dirigent Mercedes AMG, ont complimenté Michael Schumacher, samedi. Samedi 26 mai, juste avant l’ouverture du circuit, Schumacher et Webber annoncent la couleur avec Mercedes et Red Bull. Michael Schumacher (Mercedes) a dominé la qualification (« la qualif » sur le circuit) mais, suite à une pénalité, il a laissé la place à Mark Webber (Red Bull). Et comme il a « bien » fait puisqu’il est le grand vainqueur de ce 70ième grand prix ! C’est le sixième vainqueur en autant de courses. Déjà remarqué lors des sélections, Mark Webber qui tenait sa "pôle position" a réussi un bon départ transformé en victoire. Le GP de Monaco a été marqué par un seul dépassement à la régulière (Vergne sur un Schumacher à bout de souffle) et beaucoup d’abandons. Les pilotes se sont, pour la plupart, arrêtés une fois et les écarts furent serrés jusqu’au bout. Au final, la première ligne – Webber, Rosberg – n’a pas changé à l’arrivée. Alonso en a profité pour prendre le dessus sur Hamilton tandis que Vettel a réalisé un relais fantastique en dur pour gagner cinq places. Schumacher, le pole man de taille a manqué au palmarès, tandis qu' Alonso a su prendre la tête pendant que Webber passait les rangs.
Avec ce nouveau podium, Alonso réalise la meilleure opération à l’issue du GP de Monaco. Désormais, il ne partage plus la tête du championnat du Monde avec Vettel. Avec ses 76 points, il se démarque ldes deux pilotes RBR, à égalité avec 73 unités chacun. Avant de prendre la piste, l’Espagnol expliquait qu’il était content des améliorations sur sa monoplace. Cette saison 2012 est à l'image des chronos du GP de Monaco. La déception de cette année reste Jenson Button, treizième temps au volant d'une McLaren dont il n'arrive plus à maintenir l'équilibre ; deuxième sortie de suite dès la Q2. Battu six fois sur six en "qualif" par Lewis Hamilton, qui sortira troisième dimanche à 14h00.


 


LES DÉCLARATIONS




michael_schumaker_4b6056522fbc1_450Michael Schumacher (Mercedes): "C'est fabuleux. J'ai dit aux gars après la séance que 'je vais partir en 6e position mais je vais gagner cette course'. Je suis très excité. Cela confirme ce que je ressentais depuis longtemps. On a réussi à assembler toutes les choses ensemble au bon moment. Je dois vraiment remercier mon équipe et les gars qui ont bossé au plus proche de moi. Ca nous soude encore plus. Je suis reconnaissant envers Mercedes d'avoir cru en moi."


 





mark-webber_594Mark Webber (Red Bull): "J'étais très proche de Michael Schumacher. C'était très serré en Q3. Il y avait une stratégie de pneus différente. C'était une belle petite bataille. Michael a réalisé un superbe tour. C'est sympa de démarrer en pôle ici, c'est très important. Les gars ont fait un super travail. La voiture est performante."


 


 


 


ET LES FRANCAIS ALORS ?




Romain Grosjean (Lotus) romaingrosjean_284"Je ne vais pas vous le cacher, je suis déçu", a soufflé Romain Grosjean , au micro de TF1( chaîne de télévision française) . "J'ai fait un très très bon tour avec mon premier train en Q3, et là je me dis c'est déjà pas mal. Et puis, dans ma deuxième tentative, je n'arrive pas à améliorer. J'atteins les limites de la voiture. 0"5 dans le secteur 2 dans un tour où tout se joue à coups de centièmes, c'est trop. Il va falloir comprendre pourquoi." Auteur du cinquième temps, il partira quatrième en vertu de la sanction appliquée à Schumacher.


 


 



Les résultats du GP de Monaco ( le 10 premiers)


 


1. Mark Webber (Red Bull-Renault) en 1:46:06.557
2. Nico Rosberg (Mercedes)  +0.643
3.
Fernando Alonso (Ferrari)
+0.947
4. Sebastian Vettel (Red Bull-Renault)
+1.343
5.
Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) +4.101
6. Felipe Massa (Ferrari) +6.196
7. Paul di Resta (Force India-Mercedes)
+41.437
8. Nico Hülkenberg (Force India-Mercedes)
+42.562
9. Kimi Räikkönen (Lotus-Renault) +44.036
10. Bruno Senna (Williams-Renault) +44.516

Les dix premiers au classement des pilotes (6/20 courses)


1. Fernando Alonso (Ferrari) 76 pts
2. Sebastian Vettel (Red Bull-Renault) 73 pts
3. Mark Webber (Red Bull-Renault) 73 pts
4. Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) 63
5. Nico Rosberg (Mercedes) 59 pts
6. Kimi Räikkönen (Lotus-Renault) 51 pts
7. Jenson Button (McLaren-Mercedes) 45 pts

8. Romain Grosjean (Lotus-Renault) 35 pts
9. Pastor Maldonado (Williams-Renault) 29 pts
10. Sergio Pérez (Sauber-Ferrari) 22 pts


 


LES CONSTRUCTEURS


Red Bull 1 - McLaren 2 - Ferrari 3 Mercedes 4 - Lotus 5 - Force India 6 - Sauber 7 - Toro Rosso 8 - Williams 9 - Caterham 10 - HRT 11  - Marussia 12


 


LES PILOTES accompagnant les constructeurs


Sebastian Vettel | Mark Webber 1, Jenson Button | Lewis Hamilton 2, Fernando Alonso | Felipe Massa 3, Michael Schumacher | Nico Rosberg 4, Kimi Räikkönen | Romain Grosjean 5, Paul Di Resta | Nico Hulkenberg 6, Kamui Kobayashi | Sergio Pérez 7, Daniel Ricciardo | Jean Eric Vergne 8, Pastor Maldonado | Bruno Senna 9, Heikki Kovalainen | Vitaly Petrov 10, Pedro de la Rosa | Narain Karthikeyan 11, Timo Glock | Charles Pic 12.


 


LES GRAND PRIX  INTERNATIONAUX


GP d'Australie, GP de Malaisie, GP de Chine, GP de Bahreïn, GP d'Espagne, GP de Monaco, GP du Canada, GP d'Europe, GP de Grande-Bretagne, GP d'Allemagne, GP de Hongrie, GP de Belgique, GP d'Italie, GP de Singapour, GP du Japon, GP de Corée, GP d'Inde, GP d'Abu Dhabi, GP des Etats-Unis, GP du Brésil.


 


LE TOP 5 DE L'HISTOIRE DU GRAND PRIX




5meilleurspilotes_786


 


1. Alain Prost : 4 victoires (1984, 1985, 1986, 1988)
2. Maurice Trintignant : 2 victoires (1955, 1958)

3. Jean-Pierre Beltoise : 1 victoire (1972)
4. Patrick Depailler : 1 victoire (1978)

5. Olivier Panis : 1 victoire (1996)




Les pilotes actuels ont tous un monstre sacré qui a marqué ce circuit. Voici quelques grands noms inoubliables :


 


1. Ayrton Senna : 6 victoires (1987, 89, 90, 91, 92, 93) Brésilien
2. Graham Hill : 5 victoires (1963, 1964, 1965, 1968, 1969) Britannique
3. Michael Schumacher : 5 victoires (1994, 1995, 1997, 1999, 2001) Allemand
4. Alain Prost : 4 victoires (1984, 1985, 1986, 1988) Français
5. Stirling Moss : 3 victoires (1956, 1960, 1961) Britannique
6. Jackie Stewart : 3 victoires (1966, 1971, 1973)
Ecossais


 


L'intérêt d'un tel circuit est qu'il est imprévisible et que les plus grands eux mêmes ne savent jamais comment ils s'en sortiront. Il révèle le talent d'un coureur, sa manière d'aborder chaque ligne droite, chaque virage. Ce n'est pas le type de formule 1 qui fait le vainqueur, c'est sa capacité à la conduire et à réagir face aux imprévus. C'est bien entendu tout le travail commun et constant d'une écurie qui ne peut tolérer aucun faux pas de la part d'un de ces membres. Souvent oubliés sous les projecteurs de la victoire, les ouvriers des ateliers, les mécaniceins jouent un rôle important dans l'enjeu d'une victoire. Ils sont ce que les brodeuses, "les petites mains" sont à une maison Chanel ou Dior.


 


00-monaco_695


 


© Muriel NAVARRO – Centre International d’Antibes