Le tableau  
 

Jean François Laguionie a commencé sa renommée avec en 1978 une palme d'or à Cannes pour un film d'animation, La traversée de l'Atlantique à la rame. Puis, il continue sa passion pour l'animation en réalisant divers films : Gwen le livre de sable 1985, Le château des singes 1995, L'île de black Mor 2003 et Le tableau cette année. Avec  ce dernier film, il évoque les thèmes de la discrimination, la tolérance, l'émancipation, l'art, l'amour.


untitled-1_copy_550


Dans un tableau, trois types de personnages s'affrontent : les Toupins, ceux que le peintre a finis, rutilants dans leurs couleurs et leurs costumes, les Pafinis à qui il manque des couleurs, et les Reufs, les esquisses, les plus méprisées, et que les Toupins surnomment "les raclures".


affiche_la_tableau_356


Les Toupins  décident de prendre le pouvoir  en asservissant les Pafinis et les Reufs. Pourtant un amour entre Ramo, un Toupin, et Claire, une Pafini, va bousculer cet univers. Ramo, aidé de Lola, une Pafini, et Plume, un Reuf, vont partir à la recherche du peintre afin de rétablir l'ordre et l'égalité dans leur monde. Ils vont traverser différents tableaux dans lesquels ils rencontreront Garance, Magenta un soldat, un auto portrait du peintre, et découvriront aussi le carnaval de Venise, ennivrant et inquiétant. Au gré de leurs obstacles, ils comprendront l'importance de la solidarité et de l'égalité. Ils soulèveront, par ailleurs, diverses réflexions sur la tolérance, la discrimination, l'art et ses enjeux, l'amour. Le personnage de Lola est celui qui est le plus en quête d'une réflexion sur l'art , animée par le désir de comprendre le peintre et ses intentions.


Une des scènes clés de ce film est celle où Plume portant un de ses amis reuf, écrasé par les Toupins, pour le faire redessiner, répond à la question:" Comment il était ?" "Il était gentil". En effet, comment dessiner la gentillesse ? Les apparences ne sont pas ce qu'elles laissent croire et peu à peu c'est un voyage vers l'âme qui se dessine. Comment par cette aventure initiatique arriveront-ils à retrouver le peintre et comment pourront-ils sortir de la tyrannie ?


Un film étonnant aux  décors inspirés par l'architecte Gaudi, mêlant des images de synthèse avec des images proches de la peinture à l'huile. Un univers 3D bercé de lyrisme et de beauté qui nous porte, enfants et adultes, hors du temps. Ce film pourrait être vu aussi comme une métaphore sur l'enfance où les êtres pas finis seraient comme les enfants en attente de devenir des adultes. Un film à ne pas manquer!


Bande annonce ici


 


©Muriel NAVARRO –centre International d’Antibes-  janvier 2011