A cause d'elles  
 

alain_souchon_299 Alain Souchon, ne perd rien de sa jeunesse à 67 ans. Né à Casablanca en 1944, il quitte le Maroc à 6 mois et passe son enfance à Paris. Plus attiré par la musique que les longues études, il commence en 1971 avec des débuts un peu difficiles. En 1974, sa rencontre avec Laurent Voulzy va lancer ses premiers succès, J’ai 10 ans (repris dans ce nouvel album)  et Bidon en 1976. Les albums s’enchaînent et les succès dont C’est comme vous voulez 1985, Ultra moderne solitude 1988, Foule sentimentale 1993 de l’album C’est déjà ça, l’un des plus réussis de l’auteur. Acteur à ses heures, L’Eté meurtrier avec Isabelle Adjani, film marquant de sa carrière sur le grand écran, il trouve son public tant au cinéma qu’en musique.


Ce dernier album, A cause d'elles, réalisé par Renaud Létang est bercé par la joie, le rire, malicieux comme un dessin de Sempé; d’ailleurs c’est Sempé qui a illustré la couverture de ce disque.


photo_cd_souchon_254 Avec ces 14 titres, il nous fait partager les chansons de son enfance ; celles que lui chantait sa mère et qui l’ont accompagné toute sa vie. A cause d’elles nous livre l’enfant rêveur qui cherche, au travers de la fenêtre, à s’enfuir de sa réalité avec Le jour et la nuit : «  Il y a le jour il y a la nuit.. le jour on me colle à l’école et au petit collège .. addition, soustraction au bout d’un moment on s’ennuie .. on vole en rêvant comme Peter Pan .. ». Chacun a connu un moment comme celui-là.


Puis sur un ton proche des fables de La Fontaine, on retrouve des animaux avec le titre J’ai lié ma botte : «  Où allez vous papa loup chapeau mou médaille au cou, vous a-t-on nommé shérif des montagnes et des récifs ? .. ». Un monde où la nature apaise et charme par sa poésie avec L’Hirondelle : «  la nuit est limpide.. le bois semble un géant qui dort .. aucun bruit n’agite la terre au repos.. ».


Comme tous les enfants de ce monde, nous avons tous rêvé qu’un jour : « En sortant de l’école nous avons rencontré un grand chemin de fer qui nous emmenait faire le tour de la terre.. » et qu’Alain Souchon nous dévoile dans Simone. D’autres textes plus champêtres et malicieux comme La chanson de Marianne et l’inoubliable J’ai dix ans que nous avons tous fredonné et qui est devenu un des classiques de notre répertoire français.


Inclassable parmi les adultes, indocile parmi les enfants, Alain Souchon garde cette fraîcheur que le temps n’altère pas.


À découvrir ici


©Muriel NAVARRO - centre International d'Antibes- décembre 2011