Cinéma

Crime d'amour

Dans une multinationale, un duel implacable va se jouer entre deux rivales Isabelle (Ludivine Sagnier) et Christine (Kristin Scott Thomas) autour du pouvoir et de la séduction. Ce jeu cruel et pervers entraînera l'une d'entre elle vers une issue fatale. Mais laquelle finalement court vraiment à sa perte ? C'est tout l'enjeu de ce film qui analyse avec finesse l'engrenage du pouvoir et ses répercussions psychologiques.

19468088.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100624_124807_480Dans une multinationale, la jeune Isabelle est aux ordres de Christine à laquelle elle voue une admiration sans limite. Christine, consciente de son pouvoir et désireuse de l'exercer sans morale, utilise la jeune femme pour mieux servir sa soif de pouvoir et de séduction. Elle l'entraîne alors dans un engrenage pervers allant jusqu'à lui laisser son amant comme appât. Le piège se referme sur Isabelle. La crise est proche, inévitable.
La scène d'humiliation, filmée à l'insu d'Isabelle, orchestrée par Christine, et volontairement projetée en pleine réunion, marque le point de non-retour de ce personnage qui va basculer dans une obsession de vengeance.
Alors s'engage une vraie mise à mort. Une dérive psychologique où l'on ne sait plus qui est le machiavel de l'histoire.
Les soupçons évidents deviennent de futurs stratagèmes. Le coupable idéal trouve l'Innocent pour porter son crime. Le jeu des actrices tient tout ce film et son suspens. On comprend pourquoi le réalisateur voulait au départ l'appeler "la femme parfaite".

Pourtant, si le jeu des actrices et des acteurs porte la tension dramatique à son comble, la mise en scène reste plus fragile. Des moments un peu trop attendus qui enlèvent à l'intensité de l'action.
Le jeu de Ludivine Sagnier a parfois le ton de celui de Swimming Pool de F. Ozon, même si dans cet univers il est poussé à son paroxysme. Finalement, l'engrenage du pouvoir montre bien que nul n'en réchappe, et qu'Isabelle, en apparence victorieuse, reste sous la menace d'un chantage possible. Elle est devenue ce qu'elle haïssait : l'Autre, en utilisant ses armes jusqu'à la destruction radicale. Cette réflexion sur le pouvoir et ses enjeux est éloquente en ces temps de crise au travail, de harcèlement et de suicides répétés.

 

© Muriel Navarro – Centre International d’Antibes

Nos autres coups de coeur cinéma

Ce nouveau long-métrage d'Édouard Deluc, Gauguin - Voyage de Tahiti, est inspiré librement de Noa Noa, le carnet de voyage illustré du peintre.

Ce 29ème long-métrage de Jacques Doillon n'est pas un simple biopic. Il se rattache avant tout au drame sentimental : c'est la jalousie et…

Courgette? Non, ce n’est pas l’histoire d’un légume dans un potager, c’est le surnom d’Icare, un garçon courageux et créatif. Ayant perdu sa mère qui…

Nadir Moknèche est de retour. Après plusieurs films engagés , le cinéaste franco-algérien offre le premier rôle de son nouveau long-métrage, Lola…

"La fille de Brest"" est inspiré de la vie d’Irène Frachon et de son livre, "Mediator 150mg : combien de morts ?", publié…

Avec Sage Femme, Martin Provost réunit deux grandes actrices françaises, Catherine Deneuve et Catherine Frot pour une comédie emplie de finesse et…

La Confession, sorti le 8 mars, est une adaptation libre du roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre. C’est un pari pas facile qu’a relevé et…

Les films biographiques ont le vent en poupe. En 2016, nous avons ainsi pu plonger dans les vies de Cézanne et Zola, Cézanne et moi de Danièle…

En attendant l’ouverture du Festival International de Cannes et sa sélection officielle des films en compétition, c’est un film nominé 8 fois à la…