Littérature

L'Homme à l'envers - Fred Vargas

Une fois n’est pas coutume, faisons un bond de 18 ans en arrière, pour suivre notre fil rouge de l’été au Centre International d’Antibes qui fêtait La Provence. Nous allons nous plonger dans l'Arrière-pays de Nice, au cœur des Alpes du Sud et du Parc du Mercantour cher à tout habitant de la Côte d'Azur qui, par temps de canicule, délaisse le littoral pour se réfugier dans ses forêts et alpages. Nous allons le faire grâce à Fred Vargas qui y situait l'intrigue de l'Homme à l'envers.

de Fred Vargas - Editions Viviane Hamy, paru le 18/03/1999, 302 pages

Fred Vargas est le pseudonyme sous lequel se cache l’écrivaine Frédérique Audouin-Rouzeau, archéozoologue et médiéviste française de renom. Ce talent artistique qui l’a menée vers l’écriture n’est pas anodin puisqu'elle est elle-même fille de l’écrivain Philippe Audouin et sœur de l’artiste-peintre Jo Vargas qui a influencé son nom de plume. Fred Vargas commence à écrire dans les années 80 en parallèle de sa vie professionnelle et connaît son premier succès avec Les jeux de l’amour et de la mort qui lui vaudra le Prix du roman policier du festival de Cognac en 1986. S’en suivront une trentaine de romans à succès  dont Pars vite et reviens tard , en 2002, qui reçut le Grand Prix des lectrices de « Elle ». Ce roman sera adapté quelques années plus tard au cinéma, en 2007, avec Marie Gillain et José Garcia en tête d’affiche.

L’univers de Fred Vargas s’inscrit dans un genre littéraire qui n’appartient qu’à elle, « le rompol », combinaison de « roman » et « policier », un genre dans lequel se combinent poésie, humour et liberté, le tout lié par une structure organisée du forfait commis à l’arrestation du coupable. Le roman qui nous intéresse aujourd’hui n’échappe pas à cette règle. Avec L’homme à l’envers, Fred Vargas nous emmène en voyage dans le Mercantour, parc national ancré dans les Alpes du Sud, à une  cinquantaine de kilomètres de Nice, dans les Alpes-Maritimes. On y retrouve Adamsberg, commissaire de police et directeur de la brigade criminelle de Paris, personnage récurrent des romans de Vargas au cœur d’une enquête où réalité et superstitions s’entremêlent.

Pour tout Azuréen qui se respecte, le parc national du Mercantour1 est célèbre pour ses montagnes et ses nombreuses randonnées de Lantosque les loups.jpg à Saint-Martin-Vésubie où depuis quelques années déjà, Le Parc Alpha2 fait fureur auprès des touristes et des locaux. Ce parc accueille 3 meutes de loups en semi-liberté, soit 22 loups au total qu’on peut venir observer dans un espace naturel à couper le souffle. 

C’est dans ce cadre féérique, entre Parc du Mercantour et vallée des Merveilles que va se tisser notre intrigue, plus précisément autour du village de Saint-Victor. Lawrence, reporter pour un magazine canadien s’est installé dans ce petit village des Alpes du Sud pour venir y observer les loups, réintroduits en toute liberté dans les massifs alpins, au grand dam des bergers des environs. Il s’installe tous les jours dans une bergerie désaffectée pour suivre « Le vénérable Augustus », un loup solitaire d’une quinzaine d’années, dans ses chasses nocturnes. Mais au village, la colère gronde et les attaques de troupeaux s’accentuent. Brebis et agneaux sont retrouvés égorgés et la peur se fait sentir lorsqu’on ne parle plus des attaques des loups du Mercantour, mais « Du Loup » qu’on finira par appeler « La Bête du Mercantour », tant la puissance et la férocité de ce carnage laissent les autorités locales perplexes. [Au reste, on ne parlait plus des loups, mais du loup  du Mercantour. Un reportage haletant, plus nourri que les précédents, lui était consacré en début de journal. On réveillait l’effroi, la haine. On mêlait dans un bain insalubre les ingrédients cousins de la jouissance et de la terreur. On maudissait les carnages avec volupté, on détaillait la puissance de la bête : insaisissable, féroce et, surtout, colossale. Cela, avant toute chose, formait le levier de l’intérêt passionné que le pays entier portait à présent à la « Bête du Mercantour ». Sa taille hors norme, en l’arrachant au vulgaire, en l’excluant du commun, lui faisait prendre rang au sein des cohortes du diable. On s’était découvert un loup de l’enfer et pour rien au monde on n’y aurait renoncé.] p.39

Puis un jour, tout s’accélère à Saint-Victor lorsque Suzanne Rosselin, riche éleveuse à la ferme des Ecarts, à l’ouest du village, est retrouvée égorgée elle aussi. La nouvelle fait couler beaucoup d’encre dans la presse nationale et la peur s’installe. C’est ici qu’entre en scène le commissaire Adamsberg qui suivait l’évolution des événements depuis Paris et, avec son acolyte Danglard il va se retrouver mêlé à l’enquête. En effet, au village, se trouve Camille, la petite-amie de Lawrence, notre reporter, et qui n’est autre qu’une ex-petite-amie de longue date d’Adamsberg à qui elle va faire appel pour résoudre ce mystère. Est-ce un loup ou une autre créature qui s’acharne sur Saint-Victor ? Lorsque le commissaire arrive, tout s’emballe et les meurtres s’accumulent ; cela ne fait plus aucun doute : il ne s’agit pas d’une Bête, mais d’un tueur en série…

Pour connaître le dénouement, je vous invite à lire ce roman, qui vous mènera de surprises en surprises. Grâce à cette intrigue bien ficelée et ses personnages mystérieux auxquels on s’attache ou qu’on maudit, Fred Vargas nous emporte dans son univers et fait monter la pression et le suspense. Un style inimitable de  la maîtresse du « rompol » et un livre à dévorer sans modération. Il a par ailleurs été récompensé en 2000 par le Grand Prix du roman noir de Cognac ainsi que du Prix mystère de la critique la même année.

 

 

Notes :

1. Le Parc national du Mercantour fait partie des 10 parc nationaux de France.

2. Le loup, animal mythique qui avait alimenté tant de contes et de légendes avait disparu du territoire national au XIXe siècle. Il réapparaît mystérieusement au début des années 1990 dans le Parc national du Mercantour, et obtient le statut d’espèce protégée. Bergers et protecteurs de la nature ne cesseront de s’affronter. En 2005, l’idée de présenter le loup au grand public dans un parc thématique qui lui serait dédié se matérialise avec le Parc Alpha-Loup.

 

 

© Fanny Deloche – Centre International d’Antibes

 

 

Partager

Nos autres coups de coeur littérature

Nous avons tous nos souvenirs de bancs d’école puis ceux que nos parents et nos grands-parents nous ont contés. Chaque génération a connu ses joies…

Paru en août 2016, Petit Pays de Gaël Faye a, depuis, reçu le prix du roman Fnac, le prix Goncourt des lycéens, le prix du premier roman et tout…

Le conflit qui, depuis 2011, déchire la Syrie n'est plus à présenter, pas plus que ses funestes conséquences ni les commentaires et analyses plus…

Grande nouvelle pour les fans de la première heure comme pour tout amateur de science-fiction : la série des Valérian, close après 21 tomes et 40…

Une grande nouvelle pour la littérature française et francophone est tombée le 9 octobre : Jean-Marie Gustave Le Clézio a obtenu le prix Nobel de…

Ce recueil de textes choisis mêle des lettres de civils, des textes d’écrivains ou d’historiens, des discours de personnalités politiques ou encore…

Le 3 janvier dernier Daniel Pennac a ravi ses lecteurs en nous livrant Le Cas Malaussène I - Ils m’ont menti, la suite des aventures de la famille…

Peu connu du grand public, Francis Schull a été un proche de quelqu'un de bien plus connu, un humoriste acerbe et lettré disparu en 1988 et qui…

Après avoir enseigné la sociologie à Strasbourg de 1973 à 1982 et publié cinq essais salués par Roland Barthes, Pierre Bourdieu et Jacques Derrida…