Musique

Dignes, dingues, donc...Véronique Sanson, 2016

En 1972, une chanteuse (auteur, compositrice et interprète) au style difficilement classable se taille un succès inattendu. Une voix haut perchée qui peut descendre aisément dans les graves, un vibrato un peu étrange qui n'appartient qu'à elle dans le monde de la variété : une artiste est née. Véronique Sanson, impose son style unique dans la chanson française.
Aujourd'hui, 45 ans plus tard, Véronique Sanson démontre qu'elle est toujours l'une des artistes phares de notre chanson.

Album sorti chez COLUMBIA/SONY le Le 4 novembre 2016

Chez Véronique Sanson, l'influence de Michel Berger, qui fut un temps son compagnon, a été décisive, même s'il s'agit, à bien y regarder, d'un jeu d'influences réciproques voire d'une forme de "gémellité" (ce sont les mots de Véronique Sanson). Par la suite, la chanteuse a également emprunté d'autres voies qui sont venues enrichir son style, notamment la musique américaine au point qu'on l'a parfois appelée "la plus américaine des Française ou la plus française des Américaines". Le succès ne s'est jamais démenti, ni l'amour du public. Des tubes comme Vancouver  ou Bernard Song ont jalonné sa carrière. Il faut noter qu'il est arrivé qu'on demande à Véronique Sanson si elle n'était pas tentée par la composition musicale seule, peut-être en se dirigeant vers le classique...

Inépuisable. Un adjectif qui va comme un gant à une vieille routarde de la chanson française. A 67 ans, elle revient avec un nouvel album déjà disque d'or. La voix est toujours là, plus nette encore qu'il y a quelques années, le vibrato intact -un miracle après les différents épisodes alcooliques que l'artiste a vécus-. On songe en parallèle à Renaud : son retour, pourtant largement auréolé de succès, laisse sceptique certains de ses fans les plus endurcis, compte tenus de certaines performances sur scène : l'amour du public et le plaisir de le retrouver sont là, la forme et la voix plus guère... Dans le cas de Véronique Sanson, la question ne se pose pas un quart de seconde, performances à l'appui.  Mais au fait, pourquoi revenir ? N'a-t-elle pas tout dit en bientôt 50 ans de carrière ? "Je pense qu' on voudra toujours de moi, mais de moins en moins" avait dit l'artiste dans une interview il y a quelques années. Pour l'heure, pas de désamour avec le public, ne serait-ce que parce que Véronique Sanson reste dans son registre, là où elle excelle : celui de la chanson tantôt rythmée -un peu rock- tantôt sentimentale à tonalité nostalgique. Mais il s'agit toujours d'une mélancolie qui a du rythme et qui emprunte au blues, un désespoir "qui balance bien" comme dirait la chanteuse.

Les fans de la première heure ne seront pas surpris par le dernier album. On retrouve ce mélange d'influences rock et blues et de chansons mélancoliques qui sont sa signature. Toujours auteur, compositeur et interprète de la très grande majorité de ses chansons, Véronique Sanson est une artiste complète. Le nouvel opus ne fait pas exception. La chanson Dignes, dingues, donc qui donne son titre à l'album propose un air entraînant comme l'artiste en a déjà signé par le passé.  Quant à la musique, elle n'avait plus été aussi inspirée dans ces précédents albums. A entendre la musique et le grain de la voix, on croirait  retrouver la Véronique Sanson du début des années 90, à l'époque de Sans Regrets, l'album sorti en 1992, disque de platine (ceux des années suivantes n'ayant été que parfois double-disque d'or). Véro, comme l'appellent ses fans, tient une forme olympique !

Que propose donc ce nouvel album ? Une touche très américaine, normale pour Véronique Sanson, un côté très blues, un duo avec Zaz : Zéro de conduite. Dans l'ensemble, un album plutôt insouciant qui donne la pêche. Et qui sait encore se démarquer : là où d'autres pensent qu'il faut trouver des paroles absconses pour se démarquer ou "faire artiste", Sanson va au plus simple, sans jamais oublier un petite touche d'autodérision : "Et si les dieux te font chanter/Dis-leur que t'as plus de quoi payer/ Juste un fa dièse harmonisé" chante-t-elle dans Des X et des I grecs. Par ailleurs, si on trouve souvent une forme de fatalisme chez Véronique Sanson (elle évoque à plusieurs reprises "les dieux" dans ses textes), elle n'en oublie pas l'humour pour autant, notamment dans ce nouvel album qui nous propose une chanson amusante, La loi des poules, dont le titre seul fait sourire.

 Ecoutez Ces moments-là

 Dignes, dingues, donc...

 Merci à Véro d'avoir toujours la pêche !

 
© Olivier Dalmasso – Centre International d'Antibes

 

 

 

Partager

Nos autres coups de coeur musique

Priscilla Betti est une artiste qui n’a pas attendu longtemps pour nous faire profiter de ses talents d’interprète. Ayant débuté sa carrière à douze…

OUÏ est le cinquième album de Camille, sorti le 2 juin dernier. Après six ans d’absence discographique, la chanteuse (auteur compositeur interprète…

Son prénom signifie "rosée du matin" en hébreu et elle fait partie aujourd’hui des chanteuses françaises les plus populaires. Née en Israël

Année de commémoration de l’inoubliable interprète Barbara, légende de notre chanson française, puisqu’elle mourut en novembre 1997. 20 ans déjà. Un…

Vianney fait partie de ces jeunes talents dont le parcours est des plus prometteurs. Natif de Pau, en Nouvelle-Aquitaine, ce beau gosse aurait pu…

Auteur compositeur interprète et arrangeur, Albin de la Simone a longtemps été musicien et a accompagné de nombreux grands artistes (en tant que…

Avec ses tenues excentriques et son style musical inimitable, -M- (nom de scène de Matthieu Chedid) ne passe pas inaperçu. Le chanteur, né en 1971

Quel est le point commun entre un village tunisien troglodytique et un groupe de rock brestois adepte de musique folk ? On serait tenté de répondre…