Edito du mois

Blogueurs et blogosphère

Depuis quelques années déjà, les noms de Norman et de Cyprien sont devenus de plus en plus familiers aux internautes francophones. Encore inconnus il y a quelques années, ces jeunes gens se sont lancés dans la conception de vidéos humoristiques mises en ligne sur youtube. On les appelle les youtubeurs. Le succès a été au rendez-vous, à telle enseigne que Norman se produit désormais sur scène et remplit les salles. L'histoire dira si cette célébrité soudaine sera ou pas un feu de paille. Mais le paysage des youtubeurs ne se limite pas à Norman et Cyprien : musique, cinéma, histoire, jeux vidéos et même jeux de rôle En attendant...parlons-en ! En route pour un vol au-dessus d'un nid de youtubeurs.

1-La vie de tous les jours

 A tout seigneur, tout honneur. Commençons par les plus célèbres : Norman et Cyprien. On ne peut plus désormais les ignorer. Leur nom est sur les lèvres -sur les claviers- de tous les internautes de moins de 30 ans. Les blogueurs se sont taillé un succès inattendu à coup de sketchs vidéos. Les sujets ? Sans surprise, il y est essentiellement question de la vie quotidienne : les anniversaires, les rapports de séduction, mais aussi la dyslexie, le bilinguisme, l'alcool... Difficile, dans des conditions pareilles, de ne pas s'y retrouver tant les sujets abordés parlent à tout le monde. Le ton, humoristique, est suffisamment accrocheur pour attirer l'attention, et suffisamment léger pour laisser un bon souvenir à l'auditeur. Aussi, on retrouve avec plaisir Norman ou Cyprien -dans leur propre rôle,  internet et télé-réalité obligent- traitant des mille sujets de notre vie de tous les jours.

Mais on ne peut pas parler des youtubeurs sans évoquer une série phare qui les a inspirés. Plus célèbre encore, l'éphémère série Bref, de Kyan Khojandi, a  en effet remporté un franc -et immédiat- succès en 2012. Là encore, il n'est question que de vie quotidienne (le travail, l'appartement, les rencontres et déceptions amoureuses, les fêtes...). Les moyens dont a bénéficié le créateur de la série, le soin apporté à l'écriture et à la post-production lui ont permis de faire la différence. Si la série est fortement marquée de l'air du temps -et donc, de ses limites- elle peut se prévaloir d'un léger surplus de qualité. Un prof de langue française y trouvera de la matière. Par exemple, l'épisode se déroulant dans le métro pour parler des transports en commun, ou celui intitulé Bref, j'aime bien cette photo, pour reprendre la description physique et aborder les relations avec les autres, le lexique des sentiments, etc... Il est à préciser qu'il vaut mieux éviter de traiter ces vidéos en compréhension orale "pure" (si ce n'est sous forme de défi), même au niveau B2, le débit du narrateur ayant été accéléré volontairement. La matière reste suffisamment riche pour permettre d'aborder de nombreux sujets. Un petit travail de didactisation rendra plusieurs épisodes exploitables pour la classe de langue.

 

2-Musique et cinéma

Peut-être plus consistant que ses grands frères si populaires, Le Point Culture se propose de traiter différents sujets qui ne soient pas réductibles à la seule vie quotidienne : la peur, les chats, Batman, les chansons... Par exemple, un opus s'attaque à la chanson Est-ce que je t'aime ? de Maître Gim's. Ce n'est pas pour en dire du bien, mais avouons que c'est amplement mérité et que ça défoule. La critique n'a rien de gratuit et, si le ton est parfois un peu sentencieux, elle a le mérite de souligner ce qu'il faut bien appeler des failles. Avec une verve réjouissante, ce blog passe à la moulinette petits et grands succès de la chanson française mais s'interroge aussi sur la mort, l'astronomie, les films d'horreur. Photo le joueur du grenier.jpg

Moins évident à exploiter en classe, mais très bien fait et amusant, Le Joueur du Grenier passe en revue d'anciens jeux vidéos, en général mauvais, et joue les testeurs énervés face aux tares vidéoludiques qui auront marqué les 25-35 ans. Amusement garanti. Un blog  qui nourrit la nostalgie de toute une génération, mais qui fera passer un bon moment quand bien même on ne serait pas directement concerné.

Si c'est le cinéma qui vous intéresse, vous trouverez peut-être votre bonheur chez Le Fossoyeur de films. Ancien élève de Science-Po qui s'est dirigé vers la sociologie, il a consacré sa thèse à la relation entre spectateur et cinéma.  Force est de reconnaître qu'il s'est taillé un certain succès puisqu'il anime des projections de film un peu partout en France. Récemment, il est intervenu sur TEDx. On sera d'accord ou pas avec ses goûts, mais on lui reconnaîtra le mérite d'être un passionné.

Le Fossoyeur de films : un pseudo accrocheur et sympathique pour une chaîne qui ne l'est pas moins. Grand connaisseur de cinéma, pas uniquement français, le Fossoyeur nous propose régulièrement des vidéos portant sur des films anciens ou récents. Le cinéma américain y est largement majoritaire, et ce n'est pas un mal. En effet, qu'on le veuille ou non, presque tout le monde consomme du cinéma d'Outre-Atlantique, et principalement les jeunes. On n'aura pas à chercher longtemps un pont interculturel tout trouvé. Le Fossoyeur présente un film dont il commente quelques extraits, le tout assaisonné de remarques humoristiques -elles plairont ou pas, mais l'effort de mise en scène est louable- , style commun à quasiment tous les youtubeurs. La chaîne du Fossoyeur a le mérite de revenir également sur des films inclassables -Zardoz- ou devenus des classiques "exigeants" -tel Fitzcarraldo de Werner Herzog.  Il peut ainsi attirer l'attention d'un public jeune désormais habitué à internet et le mener, peut-être, vers des oeuvres a priori peu accessibles par leur style ou leur éloignement dans le temps.

La musique n'est pas en reste puisqu'un blog qui lui est consacré a fleuri sur le net. Il s'agit de Partoche spéciale. L'auteur choisit la partition d'un morceau célèbre -parfois même du classique-, en général la bande originale de films à succès, y compris des films d'animation tel que le très beau Princesse Mononoké. Il arrive même qu'il évoque la musique d'un jeu vidéo, ce qui vaudrait la peine de s'y attarder, pour un professeur de langue française, afin d'accrocher les jeunes.  Rapidement, la blogueur a cessé de se mettre en scène pendant toute la prestation pour nous montrer des pages de partition animées qu'il analyse, en nous expliquant des points techniques :  ce qu'est un accord, la différence entre le mode majeur et le mode mineur... Partoche spéciale s'est même attaqué au Confutatis du Requiem de Mozart, mais peut-être d'une manière que même un non-musicien trouvera un peu rapide. Une chose cependant est certaine : le ton est léger, le résultat est plaisant et se laisse suivre avec plaisir. L'épisode consacré à Star Wars parlera à presque tout le monde.

 

3-OVNI

Et maintenant, un ovni : Solange vous parle. Étrange et décalée, la parfaite bourgeoise bohème nous parle d'un peu de tout, sur ton résolument décalé.

Une voix "flottante" voire éthérée... Les misères du quotidien, là encore. On ne sait pas trop à quel type d'exploitation pour la classe de FLE peut se prêter ce genre de prestation mais on ne sait jamais... Le ton se veut parodique (il est vrai qu'il ne fera grand mal à personne), mais Solange y parvient-elle vraiment ? On peut en douter...

 

4-  Ecriture ?

l'odieux connard.png

 

Place à l'écriture ! Le blog de L'odieux connard... C'est de la provocation, mais ce n'est pas une blague. Derrière ce pseudonyme se cache un ancien professeur d'histoire que la plume démange. Son hobby : passer au crible les ridicules, les tics, les impasses du film américain à grand spectacle que nous consommons. L'odieux connard retrace l'intrigue en soulignant les absurdités et les failles qu'elle comporte, ajoute des commentaires et dialogues de son cru, pour le plus grand régal du lecteur. La justesse de la critique côtoie la pire mauvaise foi, assumée et revendiquée comme telle. Lire ce blog, c'est l'assurance de passer un bon moment à savourer les ratages que nous percevons nous-mêmes, les facilités auxquelles cède le cinéma à grand spectacle. Un blog victime de son succès puisque son auteur vient d'être publié aux éditions du Seuil.

 

 Ce bref survol nous aura donné un aperçu du fameux "quart d'heure de célébrité" dont on nous dit qu'il serait résolument moderne. Ce qu'on en retiendra dans dix ou quinze ans, nul ne le saurait dire... En attendant, les youtubeurs collent à l'époque, et il faut bien qu'un professeur de FLE fasse quelques concessions s'il veut trouver du matériau à exploiter.

 

© Olivier Dalmasso – Centre International d'Antibes

Nos autres coups de coeur edito du mois

Mois de recueillement et de souvenir, c’est ainsi que ce mois de novembre 2016 nous apparaît aujourd’hui, un an après. Désormais, inévitablement

Suite du Grand chambardement, initié dans le numéro d'avril 2017. Ici, nous verrons les deux épisodes livrés au cours du mois de mai : l'

En ce mois de mars que le Centre International d'Antibes consacre à la francophonie, nous vous proposons de vous intéresser à une célèbre -par…

En coorganisant avec l'Association des enseignants de français de Russie (l’AEFR), son 26ème Séminaire national du 28 janvier au 4 février 2017

Le Grand chambardement eut sa saison 1, pleine de suspens, assortie d’un épilogue tout à fait inattendu qui vit les Britanniques vouloir filer à…

De prime abord, le mois de janvier peut paraître bien ingrat : glacial dans biens des régions de France, humide, il a mauvaise presse au regard de…

« La France incarne tout ce que les fanatiques religieux haïssent: la jouissance de la vie ici, sur terre, d'une multitude de manières : une…

Incroyable mais vrai ! Alors que les Français semblaient engagés depuis des années dans un concours de pessimisme1, voilà qu’un individu sorti de…