Edito du mois

Entre le 15 octobre et le 13 novembre 2016, un automne de commémorations

Mois de recueillement et de souvenir, c’est ainsi que ce mois de novembre 2016 nous apparaît aujourd’hui, un an après. Désormais, inévitablement, nous associerons novembre à la tragédie que des "fous de Dieu" ont déchaînée sur Paris, son Bataclan et ses terrasses de restaurants en 2015.
Un an plus tard, le Bataclan considère que la vie doit continuer malgré tout et s'apprête à commémorer la tragique nuit du 13 novembre en offrant sa scène à Sting. Le gentleman chanteur l'a acceptée. Il s'y produira le 12 novembre et ne demandera pas de cachet. La recette de cette soirée si particulière sera reversée aux deux associations d'aide aux victimes.
Le 15 octobre 2016 a eu lieu l’hommage de la nation aux 86 victimes de l’attentat du 14 juillet sur la Promenade des Anglais. Trois mois après le massacre, le pays devait dire de manière solennelle, toute son émotion et toute sa solidarité.

Commémoration du 14 juillet 2016

Comme nous l’avons fait pour la tuerie de Charlie Hebdo et de l’hyper Kacher  et lors des attentats de novembre, nous tenons à nous associer  ici  à l’hommage rendu par l’ensemble de la nation aux victimes de l’attentat qui a endeuillé Nice. Pour cela, nous avons voulu reprendre le beau et émouvant discours de Cindy Pellegrini qui a perdu six membres de sa famille :

[En ce 14 juillet 2016, vous vouliez simplement admirer le ciel et non le rejoindre. Votre tort, notre tort, vouloir être en famille, entre amis, à la terrasse d’un café ou d’un restaurant. Votre tort, notre tort, vouloir profiter de cette belle fête nationale qu’est le 14 juillet. Notre tristesse est indéfinissable. Nous voulons, par cet hommage, que chacun d’entre vous, ici présent ou devant votre téléviseur, imaginiez une minute cette situation : comment vivre avec ces blessures physiques ? Comment vivre avec ces blessures morales ? Comment vivre suite à la perte d’un enfant, d’une épouse, d’un mari, d’une maman, d’un papa ? Comment vivre suite à la perte d’une sœur, d’un frère, d’une mamy, d’un papy ? Comment vivre lorsqu’on a perdu plusieurs membres de sa famille, si chers à notre cœur et que nous aimons plus que tout ? Votre réponse : « Impossible » ! Et pourtant c’est ce que nous vivons chaque jour depuis ce 14 juillet 2016. Mais nous espérons, au plus profond de notre cœur, que désormais chaque 14 juillet, chacun d’entre vous admirera le ciel en pensant que chaque étoile qui brille est une vie brisée à jamais.]

Cliquez ici pour écouter le discours de Cindy Pellegrini.

Après son allocution, une rose blanche fut déposée par les élèves du Lycée Masséna de Nice, à l’annonce hommage rose du nom de chacune des 86 personnes qui furent assassinées ce soir de fête.  [Ils étaient des époux, des compagnes, des frères, des sœurs, des parents, des enfants, le plus âgé avait 92 ans, il s’appelait Mario, il était Italien, il est mort avec sa compagne Maria et les deux amis avec lesquels il était venu passer quelques jours à Nice. La plus jeune avait un peu plus de 2 ans, elle s’appelait Léana, elle était Niçoise, elle est morte comme son cousin Yanis, sa grand-mère Laurence, leur ami Mohamed qui était là avec sa femme et ses 3 filles. Sur les 86 victimes arrachées à la vie ce soir-là sur la Promenade des Anglais, 15 avaient moins de 18 ans. Des enfants dont la vie a été broyée sous les yeux d’autres enfants par la même haine aveugle.] extrait du discours prononcé par le Président de la République.

 

Commémoration du 13 novembre 2015

Nous aurons tous une pensée émue au cours de ce premier mois de novembre qui intervient un an après la terrible tragédie vécue par la capitale. Mais restons fidèles à ce que nous sommes, à notre art de vivre : Ne dit-on pas qu'en France tout finit par des chansons ? Pour rendre hommage à ces victimes et à celles tombées en janvier 2015, nous relayons ici la chanson "Un automne à Paris". Une initiative du ministère de l'éducation nationale qui a voulu qu'une oeuvre artistique à forte portée symbolique soit créée et soit mise à la disposition de tous les élèves et des enseignants. C'est l'écrivain académicien franco-libanais Amin Maalouf qui est à l'origine de ce beau poème mis en musique par son neveu, le célèbre trompettiste Ibrahim Maalouf. il est chanté de manière poignante par la jeune actrice et chanteuse Louane. Un automne à Paris a fait l'objet d'une mise à disposition de ressources pédagogiques auprès des enseignants sur le site Éduscol.

Cet enregistrement de la chanson a été réalisé à la Maison de la Radio avec l’Orchestre national de France et la Maîtrise de Radio France, le samedi 9 janvier 2016.

Cliquez ici pour pouvoir écouter "Un automne à Paris" et voir défiler les paroles.

Cliquez ici pour pouvoir voir l'interprétation de Louane et d'Ibrahim Maalouf.

 

Alexandre Garcia - Centre International d'Antibes

D'autres articles en catégorie edito du mois

« La France incarne tout ce que les fanatiques religieux haïssent: la jouissance de la vie ici, sur terre, d'une multitude de manières : une…

Suite du Grand chambardement, initié dans le numéro d'avril 2017. Ici, nous verrons les deux épisodes livrés au cours du mois de mai : l'

Le Grand chambardement eut sa saison 1, pleine de suspens, assortie d’un épilogue tout à fait inattendu qui vit les Britanniques vouloir filer à…

Incroyable mais vrai ! Alors que les Français semblaient engagés depuis des années dans un concours de pessimisme1, voilà qu’un individu sorti de…

En coorganisant avec l'Association des enseignants de français de Russie (l’AEFR), son 26ème Séminaire national du 28 janvier au 4 février 2017

De prime abord, le mois de janvier peut paraître bien ingrat : glacial dans biens des régions de France, humide, il a mauvaise presse au regard de…

Depuis quelques années déjà, les noms de Norman et de Cyprien sont devenus de plus en plus familiers aux internautes francophones. Encore inconnus il…

En ce mois de mars que le Centre International d'Antibes consacre à la francophonie, nous vous proposons de vous intéresser à une célèbre -par…