Cinéma

Les Saveurs du palais

Avec Les Saveurs du palais, sorti en salles quelques jours avant la 23ème édition de La semaine du goût, Christian Vincent signe un film formidable, touchant et drôle, dans lequel Catherine Frot (la cuisinière Hortense) et  Jean D’Ormesson (le président de la République) forment un duo bien mené. Le cinéaste s’y inspire librement de l’expérience vécue par Danièle Delpeuch qu’elle a narrée dans ses Carnets de cuisine, du Périgord à l’Élysée paru en 1997, lorsqu’elle s’activait derrière les fourneaux de François Mitterrand de 1988 à 1990.
Une « fantaisie dramatique » dont le thème est la France : son goût des hiérarchies, son insatiable nostalgie…et ses truffes du Périgord.

les-saveurs-du-palais_portrait_w858_1000Recommandée par Joël Robuchon, Hortense est arrachée à son Périgord pour un rendez-vous à l’Élysée ; elle  y restera 2 ans, chargée de mitonner des petits plats pour un président de la République fin gourmet. Côté papilles, on se régale donc, d’autant que les échanges entre les deux sur les produits du terroir1 ne manquent pas de saveur ! L’authenticité de sa cuisine séduira rapidement le président…et les spectateurs.

Mais une visite au 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, c’est aussi la promesse de découvrir les arcanes du pouvoir. Et de fait, on y a droit : dans les coulisses du pouvoir, Hortense s’impose avec son caractère bien trempé face aux jalousies des chefs de la cuisine centrale du Palais de l'Élysée. Un univers où il faut savoir [dire bonjour avec déférence car on ne sait pas sur qui on tombe !] L’énergie  de Catherine FROT sied à cette artiste des fourneaux, autoritaire et perfectionniste. C’est elle qui fait le spectacle !

Une cuisinière en majuscules qui [aime bien quand les choses viennent de quelque part] et pour qui [un cuisinier, c’est un artiste qui peut faire des merveilles] avec de tout petits riens. Hortense, c’est [la cuisine de mère], de celle qui nous ramène au goût authentique et  qui ranime de profonds souvenirs. En cela, elle aura un complice, le jeune pâtissier à son service, qui ne démérite en rien tant la justesse de son appui à Hortense est riche en patience, saveurs et goût du travail bien fait. Un accessit donc  - vous l’avez deviné - au jeune comédien, Arthur Dupont.

8019873714_63e43d6d07_500

Quant à Jean d’Ormesson2, il incarne un François Mitterrand gourmand à souhait, nourri des Éloges de la cuisine française d’Édouard Nignon3 qui fait [venir du pays de Pierre Corneille un caneton des plus replets], en guise d’introduction à une bonne vieille recette. [Donnez-moi le meilleur de la France], c’est ainsi qu’il définit d’ailleurs son contrat avec Hortense. Notons qu’à 87 ans, cet Académicien fait des débuts exquis  à l’écran  pour se mettre dans la peau de son « meilleur ennemi » !

Au bout du compte, Les Saveurs du palais sont un univers délicieux à découvrir, un film idéal pour une soirée ciné-restau !

 

 

© Sylviane Colomer – Centre International d’Antibes

 

1.Terroir : les produits du terroir signalent des produits authentiques, traditionnels, artisanaux, différents des produits de l'agroalimentaire industriel.

2. Jean d’Ormesson : philosophe, romancier et chroniqueur au Figaro ; élu à l’Académie française en 1973 ; la dernière personnalité à avoir été reçue par François Mitterrand.

3. Édouard Nignon : un des grands chefs cuisiniers de la première moitié du XXè siècle, d’abord cuisinier du Tsar puis de l’empereur d’Autriche, avant de devenir propriétaire du célèbre restaurant Larue, rue royale à Paris.

Partager

Nos autres coups de coeur cinéma

Barbara… 2017 est l’année de commémoration de notre Dame brune, notre clown noir disparue en novembre 1997. Comment raconter cette artiste de légende

Les films biographiques ont le vent en poupe. En 2016, nous avons ainsi pu plonger dans les vies de Cézanne et Zola, Cézanne et moi de Danièle…

La critique, une fois n'est pas coutume, semble unanime. Le dernier film d'Albert Dupontel, Au revoir là-haut, adapté du roman de Pierre…

Nadir Moknèche est de retour. Après plusieurs films engagés , le cinéaste franco-algérien offre le premier rôle de son nouveau long-métrage, Lola…

La Confession, sorti le 8 mars, est une adaptation libre du roman de Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre. C’est un pari pas facile qu’a relevé et…

Avec Sage Femme, Martin Provost réunit deux grandes actrices françaises, Catherine Deneuve et Catherine Frot pour une comédie emplie de finesse et…

Ce nouveau long-métrage d'Édouard Deluc, Gauguin - Voyage de Tahiti, est inspiré librement de Noa Noa, le carnet de voyage illustré du peintre.

Ce 29ème long-métrage de Jacques Doillon n'est pas un simple biopic. Il se rattache avant tout au drame sentimental : c'est la jalousie et…

En attendant l’ouverture du Festival International de Cannes et sa sélection officielle des films en compétition, c’est un film nominé 8 fois à la…