FICHE PEDAGOGIQUE : Les lauriers sont coupés

 


a
  • Type de support : Les huiles essentielles
  • Niveau : A0+

  • Activité : Compétences visées : Compréhension de l'oral et de l'écrit - Production orale et écrite - Structure : Qu'est-ce que ça sent ? - Ҫa sent bon ? - Qu'est-ce que c'est ? - La forme négative - La contraction de l'article défini avec la préposition de (introduction ou révision).
    - Lexique : les adjectifs « fort » et « doux » - les verbes aimer et préférer - Phonétique : les sons nasaux - le « e » final muet

  • Objectifs : Assimiler les structures essentielles énumérées plus haut. L'activité pourra servir, au choix, d'introduction de ces notions ou bien de consolidation. Associer l'audition à une activité olfactive et manuelle de découverte. Matériel nécessaire : une boîte, des huiles essentielles (8 semble un minimum).
    Suggestion : tenter de trouver un équilibre entre odeurs douces (verveine, citron, orange douce…) et fortes (thym, romarin, origan, menthe poivrée…). Eviter le bouleau, qui sent vraiment très fort.
    Où se procurer des huiles essentielles ?
    - en pharmacie
    - sur le site Aroma Zone


DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

Il s'agit de se familiariser avec les tournures de base de la communication via un support original et attractif. De plus en plus d'apprenants ont, au minimum, entendu parler des huiles essentielles et de leurs vertus, supposées réelles, aussi se prêtent-ils volontiers au jeu. De plus, l'activité présente un aspect synesthésique, dans la mesure où l'odeur est associée à la vue (des flacons contenant les huiles, et des fiches représentant les plantes). Les apprenants vont découvrir une nouveauté ou conforter des connaissances partielles, tout en assimilant des structures fondamentales du français. Petite précaution d'emploi : évitez de déposer l'huile sur la peau car certaines huiles peuvent irriter la peau (le romarin, par exemple).


SÉQUENCE 1 :

Présentation des huiles

Durée  : 20 à 30 à minutes environ - CO/CE



Le professeur, après avoir déposé sur la table le coffret comprenant les huiles, choisit un premier flacon et dépose une goutte sur une languette de papier (une feuille fait l'affaire) et fait sentir l'huile à chaque apprenant. Il pose à chaque fois la question « qu'est-ce que c'est ? ». On peut faire circuler deux languettes de papier, en fonction du nombre d'élèves. Pour chaque essence, le professeur écrit le nom au tableau, puis montre une fiche (cliquer ici pour voir les fiches proposées) qui représente la plante dont est tirée l'essence. On passe ainsi en revue les différentes essences du coffret.

C'est l'occasion de se livrer à un travail sur la phonétique : le professeur demande aux étudiants de répéter le nom des plantes. On pourra travailler les sons nasaux (romarin, thym, lavande...), le e final muet (l'orange douce, la verveine) et, à partir du nom des plantes, introduire ou rappeler quelques autres mots du lexique courant à la prononciation identique.


 

SÉQUENCE 2 :

Exprimer une préférence
Durée :30 minutes - CO/PO/PE


Le professeur reprend les huiles, puis pose la question : « C'est une odeur forte ou une odeur douce ? ». On fait venir un apprenant au tableau, et on classe les odeurs en deux catégories, fortes ou douces. Le travail se fait à l'oral puis à l'écrit : tout est répertorié au tableau en deux colonnes. On introduit alors (ou on réactive) aimer/ne pas aimer ainsi que préférer, que l'on conjugue intégralement au tableau. Les formules « j'aime/je n'aime pas » ; « et toi ? », « je préfère » étant inscrites au tableau, les apprenant vont travailler en binômes et poser la question à leur comparse.

 

 


Séquence 3 :

Test en aveugle
Durée : 15 à 20 minutes - CO/PO



Le professeur inscrit le nom des étudiants au tableau, son rôle se bornera :

 


1) à compter les points, un par essence devinée. Ce rôle peut être ténu par un étudiant, au choix du professeur, en fonction de la classe. Il peut être possible de départager les étudiants par binômes plutôt que de façon individuelle, en ce qui concerne le comptage des points, à la guise de l'enseignant.

2) à prendre note des erreurs de prononciation, pour y remédier si nécessaire, à la fin de la séquence

 

 


Démarche :

Un apprenant se lève, choisit une huile en cachant l'étiquette du flacon. Il imbibe une languette, qu'il fait passer devant chaque étudiant. Le tour de table terminé, l'apprenant, demande aux autres : « Qu'est-ce que c'est ? ». Si personne ne trouve, l'apprenant montre les fiches comprenant les noms des essences une à une, jusqu'à ce que quelqu'un trouve, ou que toutes les fiches aient été passées en revue.
Exemple : L'étudiant, debout, demande « C'est le romarin ? Un autre étudiant répond « Oui » ou « -Non, ce n'est pas le romarin, c'est... »
On renouvelle la démarche jusqu'à ce que le contenu de tous les flacons ait été deviné.

 

 


Séquence 4 :

Dessin et production écrite
Durée : 10 à 15 minutes - CO/PO


Les apprenants dessinent, en copiant la fiche, la plante de leur choix, et y ajoutent un texte bref : « C'est + nom de la plante ». « J'aime l'odeur de… ».


 

Cette activité permet :

1) de réviser la contraction de l'article avec la préposition de, si cette notion a déjà été abordée.
2) de l'introduire en enchaînant avec un exercice de grammaire « classique » permettant de manipuler et d'acquérir cette structure.

En fonction du niveau de la classe et sa progression, on pourra aborder également le partitif. Exemple « Qu'est-ce que c'est ? =>C'est DU romarin/ DE LA menthe poivrée ». On proposer une approche inductive, et on mènera les étudiants, à partir des exemples, à la formalisation de la règle.


Séquence 5 :

Production écrite
Durée : 15 minutes - CO/PO


 

 

L'activité peut se prolonger par une production orale puis écrite, en fonction du niveau de la classe et de sa progression, sur les différents usages des plantes.

Voici quelques suggestions :



Le petit-grain, l'orange douce, la lavande sont anti-stress et détendent.
Le menthe poivré tonifie/donne de l'énergie.
L'eucalyptus aide contre le rhume.
Le pin et la menthe poivré combattent les mauvaises odeurs.
L'orange douce est utilisée en cuisine, dans les gâteaux.


© Olivier Dalmasso – Centre International d'Antibes


 

L'édito du mois

Édito Juin 2016

Pour notre dernier édito, avant la saison estivale durant laquelle nous interrompons la parution de notre magazine Français-et-vous, il nous a semblé nécessaire de faire le point sur ce printemps fort trouble, tant sur le plan météorologique que politique et social… Mais l’été arrive et son cortège d’événements culturels et artistiques pour nous distraire de cette morosité ambiante !


Lire