FICHE PEDAGOGIQUE : Moi, raciste ?

 


a
  • Type de support :Article de presse, publicités, images
  • Niveau : De B1 à B2
  • Source du document : Publicités du début du XXème siècle à caractère racial, article de presse issu du journal Outre-mer 1ère
  • Public : Adolescent et adulte

  • Activité : Tous les documents utilisés sont des documents authentiques qui réunissent plusieurs clichés racistes à l’égard de la population noire. Les activités suivent une démarche interculturelle qui suscitera l’interaction entre les étudiants et la réflexion face à l’altérité. Ils pourront exprimer leur point de vue et comprendre certains préjugés à travers l’image de l’homme noir d’hier à aujourd’hui.

  • Objectifs : L’objectif de cette fiche est interculturel, communicatif et actionnel. Les étudiants pourront alors se décentrer de leur propre culture en s’ouvrant à d’autres visions du monde. Ils seront alors capables de relever les stéréotypes et préjugés présents dans nos sociétés et les analyser. Réflexion sur l’image dégradante de la population noire, réflexion sur les clichés explicites et implicites, analyse du rapport langue-culture, développer des connaissances concernant les droits des noirs, raconter des faits et justifier.


DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

Nous travaillerons à partir d’images que les étudiants devront analyser. Ils pourront ainsi découvrir ou redécouvrir les clichés relatifs aux noirs. Tous les documents proposés permettront aux étudiants d’adopter une attitude réflexive et de se rendre compte que nos mentalités n’évoluent pas toujours en matière de racisme.


Séquence 1:

Mise en route

Durée  : de 10 à 15 minutes


Remue-méninge autour de la dichotomie NOIR/ BLANC
Quelle image avez-vous du mot « noir » ? Quelle image avez-vous du mot « blanc » ?
Les étudiants pourront mettre en avant leurs représentations de ces deux couleurs et prendre conscience du rapport langue-culture.


Séquence 2:

Durée : environ 30 minutes


Le professeur pourra commencer par montrer ces trois publicités aux étudiants.

 

  • Pour chaque image, l’apprenant devra identifier la nature du document ainsi que le produit dont il est question et le point commun des trois documents.

  • Analyse de l’image 1 : Le noir sale.
    A qui se produit est-il destiné ?
    Quel est l’élément utilisé pour vendre ce produit ?
    Observez le slogan de la marque : « Le savon Dirtoff me blanchit », « Le savon Dirtoff nettoie tout ». Quel élément est repris par le pronom personnel « me » ? Quelle est donc l’image implicite et stéréotypée que renvoie l’utilisation de ce pronom ?
    Pourquoi la marque a-t-elle décidé d’utiliser une personne de couleur ?
    Quel stéréotype racial renferme cette publicité ?
    Grâce à ce type de questions, les apprenants pourront aborder le sujet de la propreté associée aux Hommes blancs et opposés à la saleté associée aux Hommes noirs.
    La réflexion effectuée sur la langue permettra aux étudiants de prendre conscience de la valeur culturelle présente dans la langue et dans le choix grammatical opéré par les publicitaires de l’époque. Ce travail est une première étape vers un travail sur les rapports langue-culture.

  • Analyse de l’image 2 : le noir esclave
    Le professeur demandera aux étudiants de décrire la publicité.
    A partir de là, la question de la signification du mot « battue » se posera. Le professeur expliquera alors la signification du mot « battre » en proposant par exemple diverses phrases mettant en usage les différents emplois de ce verbe.

Exemple d’exercice pouvant être utilisé :
Associez les verbes aux phrases :

 

VAINCRE Une femme a été battue par son mari, celle-ci se trouve actuellement à l’hôpital
FRAPPER La France a été battue 3 à 0 par l’Allemagne
FOUETTER (mélanger ou exercer un geste répétitif avec dynamisme) Battre les blancs des œufs

A partir des diverses définitions du verbe « battre », le professeur demandera aux étudiants d’expliquer son utilisation dans cette publicité et de dire quel est le stérétotype émergeant de ce slogan.


Les étudiants pourront alors arriver à la conclusion que l’utilisation d’un jeu de mot avec le verbe « battre » et ses différentes significations permettent de donner une image de l’homme noir esclave.

 

  • Analyse de l’image 3 : la couleur de peau, les traits physiques caractèristiques
    Faites la description physique du visage présent sur la boîte de cirage.
    Est-ce que cette image renvoie à la réalité des choses ?
    Est-ce l’image stéréotypée que les gens de votre pays ont des traits physique d’une personne noire ?


Séquence 3:

Discussion autour du thème
Durée : environ 20 minutes en fonction de la dynamique de classe+ recherches et exposé



A ce stade, le professeur pourra poser quelques questions aux apprenants afin de créer une discussion de groupe permettant à chacun de réagir et de réfléchir à l’image de l’homme noir dans la société actuelle.
Exemple de questions possibles : Ces trois images de l’homme noir existait-elle à l’époque dans votre pays ? Ces images existent-elles encore de nos jours ? Quelle image vous faites-vous des hommes noirs ? Est-ce que ce type de publicité serait encore accepté à l’heure actuelle ?
Cette discussion permettra une confrontaiton de points de vue et une vue d’ensemble sur l’état actuel des choses.

Par groupe de deux ou trois, réalisez une recherche concernant l’évolution des droits des personnes noires dans votre pays et en France, ce travail sera à présenter à la classe en exposé oral (le professeur pourra bien sûr mélanger ses étudiants en fonction de leur identité culturelle afin que les élèves soient confrontés à d’autres perspectives pendant leurs recherches)

 


Séquence 4:

Durée : 20 minutes environ


Dans cette activité il sera question de faire surgir les représentations et stérétypes conscients ou inconscients des apprenants en les invitant à émettre des hypothèses à partir d’un document. Pour susciter la curiosité, le professeur aura effacé l’élément essentiel de la photo. Les étudiants pourront ainsi, selon une démarche active, laisser libre cours à leur imagination en proposant plusieurs alternatives. Cette activité permettra de provoquer une certaine surprise qui les poussera à s’exprimer et à réagir lorsqu’ils découvriront l’image réelle.

 

  • Pour ce faire, le professeur pourra dévoiler cette photo à la classe et poser des questions :


    Quel est le type d’événement dont il est question ?
    Où sommes-nous ?
    Qui voyez-vous sur cette photo ?
    Quelle est l’atmoshère ressentie ?
    Que font-ils ? Décrivez l’expression du visage de ces deux supporters. 
    (Ce type de questionnement permet au professeur de faire ressentir l’ambiance aux étudiants, ce qui les guidera vers la compréhension du geste dont il est question.)
    A ce stade, les étudiants devront alors émettre des hypothèses concernant cet élément manquant :
  • Imaginer quel est l’objet ou le signe que ce supporter brandit

Séquence 5:

Durée : 20 minutes environ selon la dynamique de classe

 

Après avoir travaillé sur les stéréotypes, il est possible que les étudiants fassent des déductions  et émettent des hypothèses relatives à ce sujet. Quoi qu’il en soit, le professeur ne dévoilera l’image dans sa totalité qu’après avoir laissé le temps aux étudiants de se poser des questions.



Selon vous pourquoi brandissent-ils une banane ? Quel est le message qu’ils veulent faire passer ? Quel symbole revêt la banane dans vos pays d’origine ? Y-a-t-il une connotation raciste ? Lorsque l’on voit de tels gestes, peut-on dire que l’image de l’homme noir a réellement évolué ?
Y-a-t-il du racisme dans le monde du football dans votre pays ? Selon vous, pourquoi ce sport suscite-t-il autant de haine ? Pour quels autres événements ou à quel type d’occasion pouvons-nous avoir affaire au racisme ?
Le professeur laissera libre cours à la conversation afin de susciter la réaction des étudiants. Ceci permettra de faire un lien entre la situation actuelle et la situation passée et de faire prendre conscience aux étudiants qu’un racisme subsiste toujours de nos jours et qu’il est même encore aujourd’hui, très ressemblant de celui d’autrefois.
Lorsqu’ils répondront à cette question, les apprenants pourront se rendre compte qu’ils connaissent la symbolique de la banane comme marque de racisme envers les noirs. Il est bien sûr possible que certains étudiants ne sachent pas répondre à cette question puisqu’il est probable que ce symbole ne fait pas partie de l’inconscient collectif de toutes les cultures. Cependant certaines cultures en présence pourront y répondre, ce qui permettra aux autres de découvrir un fait idéologique de l’imaginaire des autres cultures en présence.



Séquence 6:

Durée : 20 minutes


Le professeur pourra alors proposer l’article (Outre-mer 1, le 20 novembre 2013) aux apprenants :



Racisme "La banane est une icône très efficace", selon l'historien Pascal Blanchard  

La banane, qu'elle soit dessinée à côté d'une figure noire ou jetée à l'encontre d'une personnalité, symbolise depuis longtemps le mépris et le racisme. Pourquoi? Les explications de l'historien Pascal Blanchard. 
Un symbole que l'on retrouve régulièrement au premier plan des attaques racistes à l'encontre des Noirs. Comment ce fruit, certes exotique, a-t-il pu devenir un symbole du racisme? Pourquoi est-ce qu'aujourd'hui, lorsqu'on veut attaquer un homme ou une femme noire, il suffit de lui jeter une banane dans un stade de foot ou de le caricaturer avec le fruit dans la main?
Nous avons interrogé l'historien Pascal Blanchard pour tenter d'en savoir plus.
Pourquoi l'image de la banane est-elle régulièrement collée à celle de l'homme ou de la femme noire?
 
Pascal Blanchard: L'association de la banane aux populations noires, africaines ou antillaises a toujours existé. Dès la fin du XIXe siècle, on a tout simplement associé un produit, originaire d'une région à ses habitants. Ça a été la banane comme les palmiers, les cocotiers…
L'association Noir – banane a été d'autant plus efficace que ce fruit est immédiatement identifié comme provenant d'une terre exotique: tout le monde sait que les bananes ne poussent pas dans l'Hexagone. Mais sa couleur a également joué un rôle important. Le jaune du fruit, contraste naturellement avec la peau noire des hommes et des femmes qu'on a pu représenter à côté. Cette association de couleur a notamment inspiré la publicité, et la marque Banania par exemple.
A partir de quand cette association est devenue délibérément raciste?
 
Pascal Blanchard: Au départ, il ne s'agissait que d'une dimension économique et commerciale. C'est plus tard, à partir des années 1920-1930  que la dimension raciste est intervenue. L'homme noir est montré comme un amateur de bananes et est immédiatement associé au singe. Cela a commencé par des dessins humoristiques puis les racistes s'en sont emparés. Cet imaginaire raciste est entré dans l'inconscient collectif, tout comme l'idée que l'homme noir s'apparente à un singe, qu'il est plus proche de la nature que de la culture.
 
Tout cet imaginaire s'est basé sur une culture populaire, faite de représentations et de films, comme Tarzan avec Johnny Weissmuller par exemple, lorsqu'on le voit enseigner à Cheetah comment éplucher une banane.
 
Aujourd'hui le supporter de football qui jette des bananes à un joueur noir n'a aucune notion de cette histoire-là. Tout ce qu'il veut c'est prôner l'inégalité des races, que l'homme noir est un singe, un animal. Et il n'a pas besoin d'expliquer son geste pourtant extrêmement violent : tout le monde le comprend.
 
Déshumaniser le Noir, ça fait partie du processus?
 
Pascal Blanchard: Tous les racistes renvoient à une animalisation de l'être humain. Ce n'est pas du tout spécifique aux attaques contre les Noirs. […] Prêter à un individu les traits d'un singe c'est le faire remonter dans l'arbre. C'est propre à toutes les formes de racisme.

Questions :

 

1) De quel type de document s’agit-il ?


2) D’où provient ce document ?


3) Qui intervient dans cet article ?

 

4) Vrai ou faux : citer la phrase du texte qui justifie votre réponse
> la banane est un symbole raciste reconnu de tous
> La connotation raciale a toujours été présente dans l’inconscient collectif

 

5) Citez les différents facteurs qui ont provoqué cette association.


6) Quels sont les différents supports ayant permis la diffusion de cette image ?


7) Connaissez-vous d’autres symboles racistes ? (Que ce soit envers la population noire ou autre.)


8) A partir de nos différentes activités, vous tenterez de définir le terme « racisme ».
Ce texte a caractère historique sera idéal pour que les étudiants comprennent l’évolution de ce symbole. Comprendre l’histoire et l’évolution de certaines représentations culturelles permet de mieux appréhender la réalité actuelle.

 

 


Séquence 7:

Tâches à préparer en devoir à la maison pour le lendemain

 

Production orale : à l’aide de votre travail de recherche ou en imaginant, par groupe de deux, créez un récit dans lequel vous avez été victime d’un acte ou de propos racistes, vous raconterez ce récit à la classe.


Autre proposition :  par groupe de deux, créez un récit dans lequel vous avez été victime d’un acte ou de propos discriminants par rapport à votre apparence physique (votre taille, votre poids, la couleur de vos cheveux ou autre).



© Marjorie Lawniczak – Centre International d'Antibes


 

L'édito du mois

Édito Juin 2016

Pour notre dernier édito, avant la saison estivale durant laquelle nous interrompons la parution de notre magazine Français-et-vous, il nous a semblé nécessaire de faire le point sur ce printemps fort trouble, tant sur le plan météorologique que politique et social… Mais l’été arrive et son cortège d’événements culturels et artistiques pour nous distraire de cette morosité ambiante !


Lire