Après l'indignation P 228


Le problème est aujourd’hui l’horizon de l’économie financiarisée.
La façon dont elle est articulée ou plutôt non articulée à un projet
civilisationnel, politique (…) La réalité est que certains financiers sont devenus
pour l’économie mondiale et les économies nationales ce que sont
les extrémismes aux religions : des ennemis de l’économie elle-même.
mais aussi des ennemis des valeurs de la République.
La question n’est pas ici celle du libre-échangisme et des modalités à retenir
pour l’organisation du commerce mondial, mais celle du crime et de la malhonnêteté
portée aujourd’hui par les spéculateurs financiers bafouant toutes les règles d’égalité,
de fraternité et in fine de liberté qui fondent notre projet de société
et la modernité politique depuis plus de deux siècles.